Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2015 6 27 /06 /juin /2015 15:06
Transformer et pacifier son esprit dans notre vie quotidienne

Commencer par stopper les obstacles et choses indésirables en évitant déjà tout ce qui pourrait être malsain et en réfrénant nos penchants négatifs. Les problèmes qui s’élèvent dans notre vie sont dus à la façon dont nous déformons la réalité motivés par notre autochérissement, le problème est là. Nous projetons nos attentes et nous créons notre propre point vue en toute chose : sujet, action, objet, ami, ennemi, étranger, possessions, notre corps. Voilà d’où vient toute notre confusion, nous voyons les choses d’un point de vue trompeur, c’est pourquoi nous devons y porter toute notre attention, sur comment nous envisageons nos relations, mais même en vivant seul la dépression peut s’installer. Cela demande de faire une pause sur le défilement de nos pensées et d’observer nos conceptions trompeuses pour retrouver un cheminement plus harmonieux, la méditation est une profonde méthode psychologique. Il faut s’attaquer aux racines du poison pour que peu à peu on puisse parvenir à une certaine sérénité, méditer n’est pas réservé au religieux mais est bien devenu une thérapie.

En vérité nous donnons des sens très changeants aux sujet, action, objet, ami, ennemi, étranger, sous le contrôle de causes et conditions, tout peut même cesser à tout instant, nous n’avons donc aucune raison de nous en rendre malheureux. Si nous devenons insatisfaits c’est que nous n’avons pas vu la réalité des choses, nous n’avons pas pris la peine de méditer dessus et d’analyser combien tout cela pouvait être changeant et temporaire. Nous ne pouvons dépendre ou donner quelque consistance à de tels objets externes, il n’y a rien de désirable en réalité la dedans. Parce que nous avons toujours été envahis par ces expériences ordinaires nous n’avons jamais pu expérimenter la paix qu’entraine l’arrêt de toute attente, c’est quand nous renonçons qu’une profonde sérénité peut s’installer. Nous avons toujours cru que devaient être satisfait toutes ces attentes, nous les avons assimilées à du bonheur, alors que le contentement évite justement aux obstacles d’apparaitre, que vous soyez seul ou en compagnie, les pensées de colère, d’attente ou autres perturbations ne vont plus réussir à s’immiscer. C’est juste un problème d’incompréhension, si nous ne comprenons pas d’où viennent les problèmes et leurs causes, nous ne pourrons pas avoir alors de réelle paix de l’esprit. Cela demande le sacrifice de nos pensées d’autochérissement qui ramènent tout au Moi forcément insatisfait avec ses conceptions fausses, cet effort ne peut se faire qu’à travers la méditation ou temps consacré à l’analyse. Prendre le temps d’analyser si le bonheur c’est de suivre ses attentes et continuer à croire qu’on ne peut vivre sans leur courir après, ceci est très réducteur. Evidemment si l’on n’a jamais expérimenté une réelle sérénité en renonçant on n’en n’aura aucune d’idée, et l’on n’en récoltera pas ses infinis bénéfices. On continuera à connoter et figer le soi, l’action, l’objet, son corps, ses possessions, relations C’est pourquoi il est important de pratiquer l’analyse de la vraie nature du sujet, action, objet et d’examiner nos labels, une personne peut se montrer généreuse dans une situation et voler dans une autre, prendre tel ou tel titre : père, fils, directeur, employé, escroc, mécène etc : rien ne peut être définitivement établi. De la même façon étudions ce que nous nommons « je », pouvons nous le situer, dans le corps, le cerveau, en dehors ? C’est le corps, l’esprit, l’association des 2 ? Tout dépend d’autre chose, seule l’imputation ou dénomination crée une entité artificiellement figée, une projection artificielle.

Le « je » n’est pas l’esprit, ce sont les pensées trompeuses qui l’entretiennent, elles sont si nombreuses émergeant par secondes conscientes ou non, où mettre le « je », nous avons 51 facteurs mentaux, 51 « je » ? Si l’esprit n’est pas le « je » alors le corps avec tous ses fonctions conscientes ou non font combien de « je » ? S’il est l’association du corps et de l’esprit, nous voyons que cela ne peut qu’être imputé, il ne peut exister figé de son propre côté, ce ne sont que des labels dans tout ce que nous faisons. Nous avons une très forte projection de la réalité de son existence de son propre côté, un label que nous saisissons pour désigner la forme, la sensation, la cognition, la composition des agrégats, et la conscience, eux-mêmes désignés pour regrouper une collection de parties ou fonctionnants jusqu’à la plus petite particule, elle-même en parties. Chaque chose pour nous « n’existe » que par son nom, sujet, action, objet, ami, ennemi, étranger, complètement imputé par l’esprit, et sur chaque label d’autres labels se surajoutent. Un problème est labellisé sinon il n’aurait aucune existence…Si nous n’interprétons pas une situation comme problème ou si nous ne croyons pas à notre label rien ne nous apparait ! Le mauvais, le bon, peu importe nos étiquettes, le problème commence quand nous commençons à y croire, nous pouvons multiplier les situations labellisées problèmes, la vie peut devenir difficile si vous labellisez « j’ai un problème » ou « c’est un problème » alors effectivement il y a un problème. Le problème ne vient rien d’autre que dans notre esprit, nous devons voir clairement que cela est notre propre création, ceci est la base de la transformation de notre pensée. L’esprit est une TV avec une quantité de chaines, avec chacune leurs problèmes, combien de programmes ! Il est très important de se rappeler que la vie nous apparait selon notre interprétation, selon nos chaines favorites, il nous appartient d’en changer, ceci est entre nos mains, de ce que nous faisons avec notre esprit, de ce que nous choisissons comme chaine, ceci est notre liberté nous avons cette incroyable opportunité. Nous pouvons nous libérer et libérer les autres des perturbations et gagner la paix de l’esprit, ne gaspillons pas cette possibilité et orientons nos efforts tant que nous le pouvons. La transformation de l’esprit c’est voir les choses de façon positive, sur la bonne chaine, se dire que tout provient de notre propre esprit stoppe immédiatement la colère, l’attente, la jalousie. La préoccupation de soi même, quoiqu’ »’il puisse advenir, perdre son travail, son compagnon, un cancer, la situation va devenir problème, ce qui est à blâmer c’est l’autochérissement. D’autre part méditer sur la bonté en tout, même envers un ennemi, ce sont les autres qui nous font travailler la patience, la générosité, la charité, nous n’avons plus de peur, nous sommes relaxes, qu’importe ce qui nous arrive, c’est là la réelle cure de santé. Enseignement traduit de Kyabje Lama Zopa Rinpoche

Partager cet article

Repost 0
Published by Sarasvati
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories