Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 17:51
« Maintenant ou jamais ! transition du milieu de vie » Christophe Fauré, psychothérapeute et psychiatre

Passage en opportunité de se reconstruire, avec plus d’intériorité ou il y a moins d’enjeux personnels, ou l’on cherche à sortir de nos rôles ou l’on cherche moins à trouver sa place, à se plier aux injonctions de notre culture, société, ou l’on a envie de quelque chose d’autre. Entre 40, voir 30, et 60 ans, on voit son corps se transformer, sa relation de couple se déliter ou se banaliser, ses parents vieillir, ses enfants partir, sa situation professionnelle ronronner, et on ressent une urgence à s’accomplir. On vit aujourd’hui plus vieux, et à 50 ans, on a encore 30 années devant soi. Les femmes, plus proches de leurs émotions et plus conscientes de ce changement biologique dans leur corps, sont, de ce point de vue, plus aptes à conscientiser ce passage que les hommes, qui ont tendance à se jeter dans l’action. On peut échapper à la maladie, à la dépression, à la crise si l’on accepte réellement de travailler et de préparer cette deuxième moitié de vie. Plutôt que crise de milieu de vie on parlera plutôt de transition, de remises en question, de frictions, de grands questionnements, ce que Carl G Jung nomme le processus d’individuation. Ce processus est forcément spirituel par essence car l’on commence à voir se profiler la fin de la vie, ou nos actes vont avoir des conséquences sur les années qui viendront, ou l’on se demande par zoom arrière quel est le sens de tout cela..On ne va plus rechercher à l’extérieur de soi, mais dans notre fondement, notre socle, dimension qui a toujours été là, d’un ancrage intérieur pour aller vers le plus vaste, le soi dans un élargissement de perspective, c’est là que commence la mise en œuvre du chemin spirituel avec les qualités à développer. On comprend que chercher le bonheur à l’extérieur c’est comme boire de l’eau salée qui nous donne de plus en plus soif, il va falloir alors trouver l’ami, l’amour en nous-mêmes, le contentement. En répondant à cette aspiration de transcendance en nous, on ne s’enferme pas, mais on va au-delà de soi, se construire dans l’intériorité ouvre au souci de l’autre. Avoir accepté de rencontrer ses deuils et ses abandons, avoir lâché ses regrets permet de vivre davantage dans l’instant présent.

L’essence du travail du Dr Fauré, basée sur plus de 20 ans d’expérience en tant que psychiatre alliées à 15 ans d’étude et de pratique du bouddhisme, se fonde sur la conviction que chacun d’entre nous porte en lui d’insoupçonnables ressources pour se libérer de l’étau de la peine et parvenir enfin à l’apaisement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Sarasvati
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories