Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 mai 2018 6 19 /05 /mai /2018 19:53

que de les trancher à la racine et d’apporter les solutions définitives. Les réponses temporaires que nous trouvons pour occuper l’esprit le rend encore plus confus, les situations difficiles sont toujours dues à des états d’esprit indisciplinés. On ne peut pas se dire « c’est comme ça, je ne peux pas changer », il faut d’abord identifier la souffrance, notre esprit suit les reflets de la conscience, il surimpose des qualités. Pour remédier à ces distorsions, utilisons la production dépendante en engendrant les causes appropriées aux effets, c’est une relation infaillible, utilisons notre

intelligence. Un pays pour se développer doit avoir des lois, des règles de vie, ainsi de façon individuelle pour ne pas souffrir nous devons nous protéger, pacifier l’esprit avec des règles de vie appropriées. Le problème n’est pas d’avoir toutes sortes de choses, d’occupations mais bien d’en être obsédé et d’en devenir l’esclave. Notre esprit fabrique les expériences, notre réalité, utilisons notre sagesse discriminante, notre conviction. Ce corps auquel nous sommes si attachés, n’est déjà pas le notre, il est issu des humeurs d’autres corps.

Il y a un gouffre entre l’apparence et la réalité, tous les phénomènes sont des illusions, aucun être n’existe en soi, ainsi nous pouvons avoir la conviction que la liberté est possible, nous pouvons transcender ces nuées de confusion. Nous pouvons donner des portées plus vastes à nos activités, tourner notre esprit de façon utile, bénéfique, nous n’avons pas encore goûté à la saveur de l’altruisme, c’est le remède, le joyau qui exauce tous les souhaits. Se souvenir de notre objet de méditation, par l’introspection pour contrer notre saisie du soi avec l’espion de la vigilance. On peut accumuler un tas d’erreurs qui peuvent vite nous conduire à la dépression, nous pouvons dans un vrai engagement les laisser derrière nous, nous améliorer, employer notre sagesse qu’on peut emporter partout et qui ne connaît jamais l’épuisement. Reconnaissons ouvertement nos erreurs, faisons de notre mieux, prenons soin de soi de façon honnête et s’il n’y a plus de solution, déposons la fleur fanée au compost. Avec l’entraînement cela se fera sans effort, c’est ainsi que l’on transforme son esprit.

Partager cet article
Repost0

commentaires