Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 octobre 2018 5 12 /10 /octobre /2018 08:42

issue de la dualité Platonicienne et du christianisme du bien contre le mal, l’intelligible contre la matière d’un au-delà contre un ici bas. Une vision nihiliste, une dévalorisation des autres, une haine de la vie en fin de compte, dénoncée par Sartre et Camus, de façon plus solaire pour ce dernier, une tragédie de la vie pour Schopenhauer.

Cioran « Le monde est un enfer dont chaque instant ressemble à un miracle », comment « apprendre à danser le chaos en place du psychodrame tragique ». Alors comment donner du sens ?

Nietzsche en exaltation de la vie et Schopenhauer avec un monde comme volonté dont la représentation n’est qu’une illusion, nous ne pouvons avoir accès qu’au seul présent, dans l’instant est l’éternité.

Une approche naturaliste d’adaptabilité dans l’essence de l’être « croître ou dépérir « , une immanence de l’être toujours en devenir, en mouvement et accroissement.

Que nous disent les poètes ? Que faire de notre mal être ou comment s’émerveiller aujourd’hui ? Par « la capacité enfantine de s’arracher à la terreur du monde » Christian Bobin par « le feu d’artifice d’un sourire ». Une innocence que le quotidien peut tuer selon Alexandre Jolien car parler vraiment c’est s’appuyer sur sa vérité « comme une pensée scintillante qui luit de notre cœur » CBobin par « la vibration d’une goutte de rosée tombant sur un nénuphar que les yeux entendent ».

Partager cet article
Repost0

commentaires