Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 avril 2009 4 02 /04 /avril /2009 09:49

Pour rencontrer le dharma, il faut rencontrer un maître qui sera soit un maître dans le sens complet ou simplement, dans un premier temps, un ami spirituel, un ami de bien. Cette rencontre est essentielle, parce que c'est au travers de cet ami spirituel que l'on peut comprendre ce qui est à faire et ce qui est à abandonner, que l'on peut comprendre ce qui est juste et ce qui ne l'est pas, et comment progresser sur la voie vers l'éveil.
Cette rencontre est donc essentielle pour une pratique profonde et fructueuse. Il est important de rencontrer un ami spirituel doté de toutes les qualités qui le caractérisent. La rencontre d'un maître parfait et d'un disciple parfait est très rare; on en voit très peu, c'est un peu comme voir des étoiles en plein jour! Il y a donc forcément des compromis. Si le maître n'a pas trop de qualités mais que le disciple en a beaucoup, ce n'est pas trop grave, parce que, si le maître est ordinaire, mais que le disciple au travers du maître et surtout au travers de sa confiance perçoit la nature ultime, il retirera de cette relation la bénédiction de l'esprit éveillé. Le maître finalement n'est qu'un vecteur de transmission dans ce cas. C'est donc la dévotion du disciple qui va tout faire et le maître n'est alors qu'un corps qui permettra au disciple de diriger sa dévotion et, du fait de cette qualité exceptionnelle de confiance, celui-ci recevra la bénédiction de l'esprit éveillé au travers de ce maître qui n'est pas tout à fait parfait. L'inverse est plus délicat: si le maître est pleinement réalisé mais que le disciple n'a pas l'ombre d'une qualité, il n'y a rien à faire parce que le disciple ne verra dans le maître que l'être ordinaire. Sa vision erronée ne lui permettra pas de reconnaître la nature éveillée du maître. Il ne verra qu'un être ordinaire et il pourra même projeter ses défauts sur ce support qu'est le maître. L'idéal est tout de même que le disciple ait beaucoup de qualités, et qu'il trouve un maître parfait. Mais si on n'y arrive pas, on peut se contenter d'un maître un peu moins parfait ! (suite) : Lorsqu'on médite souvent...

Partager cet article

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article

commentaires

marie 02/04/2009 14:14

merci Sonam,
que la lumière soit sur le chemin de nos vies,
bien à vous,
marie

Sonam 02/04/2009 16:39


Oui mieux vaut être éclairé sur ce cheminement...Pour continuer d'expliquer: sans rechercher pour autant la fusion, le sein maternel dans sa demande à un guide
spirituel, comme on le voit trop souvent dans des cercles de "pratiquants"! Il y a là sûrement un travail analytique à faire avant! Bien à vous Marie


Yog 02/04/2009 12:05

J'ai un peu de mal à admettre cela...
A revoir

Bises!

Sonam 02/04/2009 13:58


Compréhensible! Nos défenses égotiques sont bien là, on a l'impression qu'on va perdre qq chose, quoi? L'ego! Il va pas lâcher! Reste l'expérimentation, après avoir
cotoyé les philosophes et psys,on fait la différence d'avec un maître authentique! A défaut on sait que les amis spirituels sont aussi en chemin comme nous et qu'ils peuvent aussi guider parfois,
ne serait ce que par l'expérience. Reste aussi un certain nombre de qualités à développer et un certain nombre de névroses à éliminer! C'est un cheminement qui ne peut qu'être personnel!
Bises


Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories