Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 août 2009 7 16 /08 /août /2009 09:00

Par delà le" je" et le "toi"
Que l'enfer entre eux a tissé.
Quand ce voile devant vous est levé, il ne subsiste rien

Des sectes et des credos qui nous ont enchainé.
Toute l'autorité des lois ne peut porter
Que sur ton "je" lié à ton corps et à ton âme.
Quand le "je" et le "toi" ne restent plus entre nous deux
Que sont mosquées, temple du feu ou synagogue?

Poême du soufi Shabistari
Seule la part extérieure de "Dieu" diffère
selon les pays et les peuples :
quant à la part intérieure,
c'est la même pour tous , universelle en sa lumière.
Il suffit de s'abandonner au "maître" qui conduira l'âme    à son centre véritable
loin des embarras de l'apparence.
Dans "le voyage de Théo" Catherine Clément 

Puisse  la pensée précieuse et suprême de l'esprit d'éveil lâcher prise de "je" totalement vide d'existence propre et chérir autrui qui est source de tout bonheur et de toute réussite pour tous les êtres.

Partager cet article
Repost0

commentaires

S
Cher Sonam si on s'envoie TOUS les livres que nous avons lu sur le sujet...de l'auberge nous n'en sommes pas sorti!

C'est de ta compréhension qu'il est intéressant de débattre!


Pantoisement tien
Répondre
S
Tout se passe , à t’entendre cher Sonam, comme s’il y avait en nous , à l’intérieur de notre tête,
Une entité indépendante qui dirigerait nos comportements, à qui il arriverait des « choses »,
(oh lala savez-vous ce qu’il M’arrive ?) qui aurait des sentiments, des humeurs, et surtout qui déciderait et qui aurait le CHOIX LIBRE style : j’ai décidé de prendre ma vie en main (alors que c’est l’INVERSE qui s’opère) cette entité on l’appelle MOI.
Tu dis « ce qui voudrait dire que l’on ne pourrait pas agir sur les choses, comme ton exemple »(qui , entre nous est celui de Bouddha !)
Ce que tu n’as probablement pas saisi c’est qu’il y a action sur les choses de la part d’un corps-mental, mais qu’il n‘est nullement d’ "acteur" !
Renseigne-toi cher Sonam : c’est cela qu’on appelle Maya : l’illusion d’être un être séparé !
Evidemment c’est dur à avaler n’est-ce pas…quoi ce n’est pas MOI qui tire les ficelles de ma vie !?
Je ne comprends pas ce que tu dis :
« Le lâcher prise c'est sur notre saisie justement de la permanence des choses ( ?!?!), de voir les choses comme ayant une existence propre ou de leur propre côté, le lâcher prise va relativiser notre attachement aux choses. »

Question : quel geste intérieur fais-tu pour effectuer ce lâcher prise ?

« Voir que tout dépend de causes et conditions, de ses parties ou fonctionnent par ses désignations, mais rien de solide en soi, d'immuable... » dis-tu, c’est très juste le MOI est un fantôme dans la machine !
« Chaque conscience n'est qu'une fenêtre par laquelle l'univers se regarde lui-même. » ALAN WATTS
Répondre
S

Pour éviter toute incompréhension, une lecture : " les deux vérités selon les 4 écoles" de Guéshé Georges Dreyfus aux éditions Vajra Yogini qui développe la notion de
nature ultime des phénomènes. Merci de l'intérêt


S
tu ne vois pas qui tu es, car tu es mais non "toi" (cheick Al- Halawi)
Répondre
S

En fait on a cette très forte tendance en nous de saisir les choses comme étant permanentes et éternelles alors que notre corps même va en se désagrégeant, ce qui voudrait dire que l'on ne pourrait
pas agir sur les choses, comme ton exemple. Mais c'est justement parce qu'on agit, qu'il y a bien un agent que les choses peuvent fonctionner  et être par là même impermanentes. Les causes et
les effets sont bien agissant et fonctionnant, c'est pourquoi l'on doit agir et développer nos qualités. Et c'est parce qu'il y a cette impermanence qu'il y a transformation ou fonction ou
action.
Le lâcher prise c'est sur notre saisie justement de la permanence des choses, de voir les choses comme ayant une existence propre ou de leur propre côté, le lâcher prise va relativiser notre
attachement aux choses. Voir que tout dépend de causes et conditions, de ses parties ou fonctionnent par ses désignations, mais rien de solide en soi, d'immuable...Le nihilisme est aussi dangereux
que le matérialisme ou éternalisme, il y a une voie médiane, simplement de ce qui fonctionne.
C'est pourquoi il faut se déconditionner et c'est un vrai travail de chaque instant, de notre tendance à tout saisir et solidifier, car tout apparait et disparait selon les causes et conditions,
donc agir pour avoir les meilleures conditions.


S
en effet bouddha dit que des des actions s'éffectuent mais il n'est pas d'agisseur
(c'est moi qui le fait)
le bouddhisme nie l'existence d'un soi individuel.

De toute façon on ne lâche pas prise comme on lâcherait une chaussette que l'on tient à la main...si non ce serait d'un fastoche non ?
c'est semblable à ceux qui disent (quand ça ne va pas)
- oh! n'y pense pas!
Répondre
S
Il y a quiproquo au sujet du "lâcher-prise" celui-ci advient ou pas, mais rien ne peut-être
fait, car il n'est, en réalité, aucune entité présente qui pourrait faire quoi que ce soit
Répondre
S

Très difficile de débattre de cette façon car chacun emploie des termes avec un sens qui lui est propre, dans la philosophie bouddhiste on parle de l'existence conventionnelle ou l'on travaille à
développer des qualités ou vertus pour ne plus encombrer son esprit, et on parle aussi d'absolu ou il n'y a plus alors de dualité et de présence en soi ou inhérente, c'est peut être ce que tu veux
dire.