Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2010 1 11 /01 /janvier /2010 10:29

On peut aller au devant de vraies catastrophes avec le sourire ravi aux lèvres sans un minimum de réflexions. Comme le dit avec humour SS G Drukpa: La motivation juste… , lâchez, pour sauver de l’abattoir qqs dizaines de poulets dans votre jd09.JPGardin, jusque là zone neutre, il peut alors vite devenir zone de terrorisme pour une autre population celle de vers, utiles on l’a vu à la fertilisation des sols. On peut déjà difficilement éduquer les hommes à cohabiter entre eux mais empêcher que les animaux s’entredévorent est mission impossible. Cela demande de réfléchir aux conséquences de tous nos actes et pas seulement à court terme…Cela demande de comprendre comment les choses fonctionnent. Les organisations humanitaires l'ont compris en orientant leurs aides vers le durable, construction de puits, techniques d’exploitation adaptées, aides au développement raisonnées etc…Bien souvent outre l’aide de 1ère nécessité quand elle arrive en constat, l’éducation et l’accompagnement s’avèrent tout autant indispensables. La complexité des comportements humains supposent une large variété de moyens habiles pas toujours visibles et n’exigeant pas en retour de la reconnaissance…Pour ceux aidant. Le cœur ( !) du problème serait alors de revoir nos véritables motivations …Reconnaissance, pitié suscitée par la gène, se donner bonne conscience, « bonne » occupation, pouvoirs, enrichissements etc… Mais : « Peu importe le flacon pourvu qu’il y ait l’ivresse » diraient certains, pourvu que des besoins soient pourvus, sauf que des effets mal jugés entrainent des conséquences incontrôlables et comme tout est interconnecté ne pas négliger l'effet boomerang.  Certains moyens sont même loin comme pour les enfants de susciter la reconnaissance immédiate ni souvent dans l’avenir comme le savent les éducateurs, les entrepreneurs, ceux qui essaient d’être responsables. A chacun d’utiliser les recettes qui fonctionnent dans une visée d'interdépendance, nous sommes tous reliés, et de…s’oublier un peu ! Photo de groupe avec SS Gyalwang Drukpa lors de la retraite de ce début d'année, Revoir :  La compassion relationnelle est une disponibilité aux autres

Pensez pour nos amis d'Haïti à une aide pour les urgentistes mais aussi ensuite pour la reconstruction

Pour les organisations humanitaires vérifiez le comité de chartre.

Et oui je suis bien sur la photo vous avez trouvé ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article

commentaires

beautemps 11/01/2010 21:48


je retiens la conclusion de ton article - impressionnant - je te souhaite une bonne soirée et à très bientôt


Sonam 11/01/2010 22:18


S'oublier un peu? La voie de la libération! Soi, les autres: c'est un peu pareil mais on met du temps à le découvrir A bientôt!


Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories