Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mars 2011 7 20 /03 /mars /2011 10:27

Ou comment0313084401DVB-TFrance 2 expérimenter sa nature la plus profonde 0320084437DVB-TFrance-2.jpgpar Philippe Cornu président de l’UBEuropéennne  et enseignant à l’INALCO (Institut National des Langues et Cultures Orientales). D’après la traduction directe de textes cachés du grand Maitre Padmasambhava du VIIIème siècle, réapparus au XIVème mais largement diffusés à partir du XVIIème. La grande libération se fait dans l’état intermédiaire après la mort ou bardo qui est au cœur de la pratique tantrique et de la grande perfection du Dzogchen. La mort est l’occasion de reconnaitre la nature fondamentale de l’esprit appelée claire lumière, à la suite de dissolutions successives des éléments grossiers du corps, les consciences des sens, puis dissolutions 0320084448DVB-TFrance-2.jpgplus subtiles des souffles, les conceptions de l’esprit, jusqu’aux 2 gouttes essentielles provenant du père et de la mère se rejoignant au cœur. Le méditant qui s’est entrainé au cours de sa vie va pouvoir reconnaitre la nature de son esprit, claire lumière, et demeurer dans cet état pour se libérer du cycle des existences. On dit que la mort est le miroir de la vie, sans cette accoutumance, les conditionnements reviennent et on va expérimenter avec le corps mental seul, avant de se réfugier dans une matrice , les visions ordinaires amplifiées, des hallucinations effrayantes dûe à une sensibilisation  9 x supérieure à celle vécue avec l’ancrage du corps. Certaines pratiques comme Powa ou transfert de conscience cependant permet de court circuiter les bardos et d’atteindre des terres pures ou états supérieurs de conscience, d’où l’importance d’ être accompagné au moment de la mort. Revoir l'émission: ici

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sonam - dans regards sur soi
commenter cet article

commentaires

sans objet 21/03/2011 10:25


Il n’y a rien à recevoir qui ne soit une offrande envers votre vraie nature.


Namasté


http://www.blueman.name/Des_Videos_Remarquables.php?NumVideo=1315#NAVIGATION


sans objet 20/03/2011 19:58


Chaque jour de votre existence la même question
vous est sans cesse de nouveau posée,
pour une première et dernière fois :

«  Pour que le corps et l’esprit deviennent la voie,
êtes-vous prête à mourir à vous-même
pour réaliser la vie infinie et éternelle,
votre nature de bouddha? »

Cette même nature offre, à chaque fois,
à la vérité l’impossible survenue de votre « non ».

Vous gardez alors le silence, généreux nourrisseur
de la propension de l’espace infini de votre « oui ».

Par la répétition attentive de ce questionnement
la réponse se vide, d’elle-même, peu à peu de son contenu.
Votre « oui » retourne alors, sans attache, à sa source silencieuse.

L’affranchi du bruit du monde des mots
revient à la conscience claire de votre cœur brillant.

À cet endroit, n’engendrant
ni naissance, ni mort.
ni reconnaissance, ni remord,
il vit par vous, avec vous, et en vous,
éternellement.


Namasté


Sonam 21/03/2011 10:38



Des mots  bienveillants qu'on peut laisser couler par ses effets apaisants se laisser emporter sur la voie pour mourir au conceptuel sortir d'un rêve et se dissoudre dans l'ainsité.


 



Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories