Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 mars 2012 4 15 /03 /mars /2012 09:53

Et à force d’adopter toutes les stratégies d’évitement pour finir par la fuite, on leur laisse toute latitude à terroriser une famille entière pour nos tyrans domestiques ou tout un service pour les despotes professionnels. Très difficile on l’a vu de faire rire un paranoïaque cf :  « Comment faire rire un paranoïaque ? » François Roustang psylosophe , reste la patience que le thérapeute situe entre démission et exigence car il ne faut pas leur lâcher la pression tout en étant très humble sur le résultat.2012-03-15_094809.jpg

Le stressé-pressé dans une forme plus attirante que le parano, car il faut le reconnaitre nous rend beaucoup de services par son efficacité, est lui aussi en guerre contre les autres, contre ceux  qui se trainent, qui ne comprennent rien etc…Et il est ainsi le candidat aux problèmes cardiaques…

Autre casse pied : Narcisse « Moi moi je je » , bien malheureux on le sait car condamné à n’aimer que son reflet le rendant incapable de s’intéresser à l’autre. Ce n’est pourtant qu’une question de degré avec tout un chacun car nous n'en avons que trop d’exemples ne serait ce que sur la scène politique.

Question de degré aussi avec l’hytrioniste, version plus actuelle de l’hystérique, bien malheureuse dans sa soif de reconnaissance et d’affection, condamnée à faire tourner les têtes et de s’enfuir avant les 12 coups de minuit.

Et si l’on avait le sourire facile, le négativiste va très vite se charger de vous le faire perdre : tout va décidemment bien mal surtout votre effort joyeux qui doit alors chercher très loin ses ressources.

 Le pervers, on n'arrive pas à comprendre  sa jouissance à faire le mal psychologiquement et physiquement, notre naïveté en prend un coup. cf : « Je tu(e)il » Michel Cautaerts où comment nous traversons tous…

Quand au passif-agressif, notre société peut contribuer à en faciliter l’émergence, car il ne supporte pas l’autorité et reste un des meilleurs saboteurs de l’ombre, il faut le prendre avec douceur si l’on ne veut pas qu’il se sabote lui-même dans ses bouderies.

Merci à l’auteur pour ce petit livre facile à lire avec ses illustrations, pour nous amener à la compréhension de nos fonctionnements, car si l'on s'est reconnu tout au long de la lecture, c’est plutôt bon signe, la guérison est proche.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Sarasvati - dans regards sur soi
commenter cet article

commentaires

Aurore 07/05/2012 15:15

Bonjour :) Dans le même genre j'ai le livre de Willy Pasini intitulé les "casse-pieds" ou il analyse les différents profils de "casse-pied" et donne des pistes pour les reconnaitre s'en défaire ou
propose des stratégie de contournement adapté ! ça sert parfois à voir plus clair ce genre de lecture :) bonne journée

Sarasvati 09/05/2012 08:45



Merci Aurore pour les personnes qui passent, je vais pouvoir le mettre aussi le mettre en lien ! Une personne avertie en vaut 2!


Bonne journée à  toi



Khayaa 17/03/2012 13:08

Bonjour !
Article très intéressant !
Merci pour la référence du bouquin qui a l'air bien sympathique^^
Les "stressés-pressés", tellement nombreux hélas, rendent peut-être service aux autres (quand ils ne les "stressent-pressent" pas !), mais pas à eux, ils sont toxiques avant tout pour
eux-mêmes.
Bonne journée.

Sarasvati 17/03/2012 14:21



Oui on se sent tous" stressés pressés" par le rythme imposé, bien sûr les 1eres victimes sont eux mêmes c'est pourquoi ce livre  donne aussi les conseils pour les aborder et leur rendre
molns de souffrances qu'ils s'en imposent à eux mêmes et... aux autres, c'est pourquoi mieux vaut être averti!


Merci pour ce retour, bonne journée aussi!



Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories