Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2010 1 19 /04 /avril /2010 09:35

C’est une espèce occidentale soit disparue soit cachée…Il faut alors pousser la réflexion sur l’interculturel, la question pourrait être qu’est ce qu’on s’imagine être un sage ? De l’ordre du styliste, celui qui rythme l’existence, et qui n’opère pas une simple accumulation d0401222806DVB-TFrance-5.jpge connaissances mais vise la transformation de l’existence pour la scander ou stimuler, l’intensifier. Ce qui semble être commun à toutes ces figures de sagesse, c’est la forme de perfection à atteindre, un idéal d’humanité achevée, non seulement morale mais existentielle. Echapper aux maux de l’humanité, aux pulsions qui nous ravagent pour devenir des êtres humains détachés avec une équanimité d’âme. R P Droit note par exemple chez les sages du judaïsme, que le sage serait d’abord un homme de l’étude qui a ses moments de faiblesse, qui n’échappe pas à la condition humaine et sans visée de perfection pour elle même mais pris dans un processus en marche. Car la fascination pour les sages pourrait être aussi un moyen d’échapper au monde dans une nostalgie du paradis perdu. Socrate a défendu une sagesse de l’ignorance dans le rapport  savoir et ignorance. Il y aurait 2 sortes de sages, l’un sans dieu ou de dessein divin ou l’être humain se construit seul en liaison avec l’univers dans un rapport de l’homme avec la nature ou sa place avec les autres, l’autre en relation avec une parole, décision divine. Dans une recherche de la  perfection, cela donnerait pour les grecs, les Cyniques d’être au plus près de la nature. Mais les sages peuvent être des figures politiques comme Gandhi, le Dalaï Lama, Martin Luther King, et là dans une perspective concrète, historique. Revoir du même auteur l'article : La vertu rend heureux

  

Partager cet article

Repost 0
Published by Sonam - dans regards sur soi
commenter cet article

commentaires

nadette 23/04/2010 22:34


Je pense qu'il y a beaucoup de "sages" sur notre planète mais on ne les connait pas parce qu'ils ne réclament rien; ils sont.Souvent ils sont âgés et la vie les a conduits une vue globale de ce qui
nous entoure, et si on les interroge, on est subjugué par le temps qu'ils prennent pour énoncer leur point de vue, et la justesse de leur vue; les indiens et beaucoup d'autres peuples se tournaient
vers leurs sages quand ils n'arrivaient pas à régler leur conflit, je pense que ce serait intéressant d'impliquer nos anciens dans les décisions municipales et autres; mais le courant ne va pas
trop dans ce sens, tant il faut aller vite, décider vite, agir, rebondir; on ne prend pas le temps de consulter ceux qui ont la mémoire de nos vies; il y a aussi des sages jeunes, moins nombreux
sans doute, mais j'ai eu l'occasion d'en rencontrer un au Maroc, un "jeune" de 40 ans, qui n'a été scolarisé que quelques mois, berbère, qui m'a beaucoup appris en quelques jours sur la capacité de
l'être humain, à choisir sa vie, sans tenir compte, des modes, des envies de ses contemporains, désireux de vivre une vie simple au plus près de la nature; ce berbère, bien qu'au milieu des
touristes européens n'a rien perdu de son désir irréprécible de continuer à vivre sa vie, fidèle à sa culture, à ses origines, à ses valeurs et malgré tout ouvert aux autres; ses copains me
disaient : lui, c'est un vrai berbère. je pense que c'est une chance de rencontrer ces sages, et qu'en ouvrant nos oreilles, en prenant du temps pour rencontrer les autres, on peut croiser leur
chemin.


Sonam 24/04/2010 17:50



Merci Nadette pour ce témoignage, je crois que les immensités du désert sont propices à la comtemplation ou méditation et que cela amène à une certaine justesse ou sagesse. Tu as eu la chance de
rencontrer un sage mais tu es partie au devant de lui dans cet endroit particulier qui sans être un ermitage est tout de même coupé de l'agitation citadine. Je crois aussi qu'on les trouve plus
facilement dans ces endroits là, et puis il faut aussi être prêt comme tu l'as été à écouter...C'est aussi à cette condition! Et je suis d'accord avec toi, notre monde marche un peu à l'envers,
ce sont aux sages à nous gouverner ou du moins une assemblée de sages pas un homme seul qui avance à l'ambition...



witney18 21/04/2010 10:07


être un sage au milieu des hommes, c'est beau et peut être pas facile à vivre ? en tout cas on en a besoin de ces sages là !


Sonam 21/04/2010 10:23



C'est parce qu'en a besoin d'eux justement qu'il reste parmi les hommes...


Oui pas facile car il faut rompre la félicité ou paix pour aller au devant des perturbations, mais c'est aussi dans ce cheminement que s'acquiert sa force.



La librivore 20/04/2010 17:19


C'est très intéressant. Le sage vit-il retiré du monde, dans une espèce d'inconscience heureuse ou vit-il et agit-il parmi les hommes? Cette question s'est également posée à toutes les religions...


Sonam 20/04/2010 22:06



En fait, je ne sais pas s'il a étudié de près toutes les traditions ou seulement certaines puisqu'il parle du judaisme, mais souvent l'étude est cumulée avec des périodes de retraite pour
autant le sage est voué à être parmi les hommes, ce qui fait qu'il est non dans une "inconscience heureuse"  mais au contraire dans une concience heureuse, nuance d'importance!



Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories