Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 09:43

 

Dans la suite de l’article (cliquer): Platon, Kant, Schopenhauer et Freud inspirés par les traités védiques , dans la lignée de Platon, Kant, Pascal et lui-même repris par Nietzsche, Clément Rosset, toute une pensée occidentale dans un « monde comme volonté, monde comme représentation ». On a cru trop vite à une pensée pessimiste en reconnaissant le mal comme une réalité pleine et entière, la question du mal avait en qq sorte été refoulée par la philosophie occidentale dans un panthéisme, alors que pour Spinoza il n’est qu’une privation du bien ou cela par quoi le bien est possible, Leibniz.

arche-de-noe.pngHéritier de Locke, Kant, pour la conditionnalité d’un monde objectif qui ne peut qu’être une construction de l’intellect et de son produit la science. Pour aller au-delà d’une représentation sensible du monde, l’expérience peut permettre de surprendre ce qui se cache en deçà, par le corps comme volonté, objet privilégié de l’expérience, restant le seul phénomène qu’il nous soit donné de connaitre de l’intérieur même. Pour Schopenhauer, la volonté que je suis, en mouvement dans mon corps, constitue également l’essence du monde et parle d’un vouloir universel unique qui est partout à l’œuvre et c’est là la nouveauté : une pensée athée, car son essence affirmatrice se donne sans terme ni finalité assignable. Ce qui permet de comprendre l’irréductibilité universelle du mal par la manifestation du vouloir dans la destruction ou exploitation des autres, une volonté sous forme d’une pluralité condamnée à une lutte éternelle avec elle-même. Un organisme en lutte constante contre le besoin et les forces qui l’entourent, le plaisir n’étant que le soulagement de la douleur, et la souffrance plus que du manque correspondant au désir provient du caractère insensé d’un homme condamné à être victime et bourreau du monde, d’une volonté soumise au principe d’individuation et donc de la négation de la volonté d’autrui. « Schopenhauer pas à pas » avec Guillaume Moreno

Schopenhauer, s’il ne l’a pas expérimenté lui-même, pose les bases mêmes de la méditation, de la posture, du corps sur son esprit et du renoncement comme libération de la volonté et du désir en cultivant une éthique et perfection de qualités pour enrayer les passions.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories