Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2018 3 21 /03 /mars /2018 11:25

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2018 6 17 /03 /mars /2018 16:59

ou comment passer au dessus des difficultés tout en gardant une certaine fraîcheur.

Restons une fleur épanouie en plein hiver malgré les résistances, juste accueillir sans vouloir transformer. Quand je contemple une personne qui me « haine », je dois la voir en profondeur au-delà de ses aspérités. Comment pourrions nous aimer, pardonner si nous n’arrêtons pas de courir, la méditation est un chemin merveilleux pour s’arrêter. Une méditation c’est l’amour, nous ne le reconnaissons pas, nous attendons autre chose, mettons tout dans des boites. Prendre soin, savoir être attentif, présent, utilisant la vue juste, sans compréhension il n’y a pas de compassion, se glisser dans la peau de l’autre, laisser tomber nos idées toutes faites car 90 % de nos perceptions sont erronées. Rentrons en profondeur dans la relation, pour une vision profonde à travers mes actes. Rester en joie, sans joie il n’y a pas d’amour, si cette joie demeure c’est du bonheur, la cultiver, j’ai trouvé un moyen de soulager ma propre souffrance et celle de l’autre.

Si l’on se réjouit du bonheur des autres c’est de l’amour authentique, avec l’équanimité on le rend vaste, car nous sommes du même tissu, l’autre comme moi même.

Rester en contact avec les éléments dont nous sommes constitués, nous permet de revenir à nous mêmes, de nous relier avec l’univers dans son entier. Ce que nous mangeons nous transmet l’énergie de vie, manger en conscience, apprécier, est une méditation, c’est se promener dans des endroits ou nous n’avons pas l’habitude d’aller, cela peut permettre de gérer aussi notre avidité.

Nous pouvons revenir au big bang ou même avant, dans cette ouverture constante du cœur et de l’esprit et rencontrer la vie dans ce qu’elle est vraiment.

Observer le cycle de la terre, des saisons, dans sa transformation, le sans forme, pas de début ni fin, seules des apparences, on se déplace avec l’instant présent. Étions nous déjà là avant notre naissance, déjà vivants avant de se manifester, avant les cellules, un potentiel, un être en devenir. Chercher dans la réalité quotidienne, la non mort, 2017 se prolonge dans 2018, dépasser le concept de naissance et mort, ce n’est pas parce que nous ne le voyons pas que les choses ne sont pas potentiellement là. La méditation c’est ouvrir la porte, rencontrer la beauté du monde, ce qui est caché, visiter le cosmos, la matrice originelle, la réalité telle qu’elle est, au-delà des mots, c’est une histoire d’amour. Tout naît de l’esprit, nous avons déjà tout, la méditation se glisse partout, tout est méditation avec l’aide de la respiration consciente, toujours là, ce qui nous permet de vivre, présent à notre souffle dans la détente du corps, le silence intérieur, l’arrêt de la radio interne. Trouver des moments d’espace, repos cérébral, puis développer la concentration pour approfondir la stabilité, puis l’investigation ce qui nous permet de sourire intérieurement, la joie de vivre. Notre vision du monde va complètement changer, un être comblé par soi même en complétude, retourner en soi, se re- poser, laisser les 6 sens et le mental. Se tenir sur ses 2 jambes.

soeur Giac Nghiem

Partager cet article
Repost0
15 mars 2018 4 15 /03 /mars /2018 17:17

Aurélien Barrau astrophysicien : le trou noir se définit par sa masse et sa vitesse de rotation soit sans aucune forme de propriétés ou empli d’informations. On parle de désordre, de paradoxal ou le temps se change en espace et vice et versa, tout devient infini, l’espace temps atteint son achèvement.

Les trous noirs ont la particularité de rassembler les 2 théories et de la relativité et du quantique, de l’infiniment petit. Il existe plusieurs facettes de la réalité, une diversité de l’univers, certains parlent de multivers, d’univers bulles avec d’autres fonctionnements, de la théorie des cordes et de l’inflation. C’est la que penser c’est faire violence aux idées reçues car l’être humain est aveugle aux ondes électromagnétiques, gravitationnelles, etc, l’univers lui-même est en vibration.

Ce que l’on sait c’est qu’à partir du bigbang apparait l’espace temps, avec un espace dense, chaud, courbe, comme en brisure de symètrie, plus qu’un bigbang un bigbounce ou retour continuel d’un univers en contraction qui s’étend à nouveau.

Partager cet article
Repost0
14 mars 2018 3 14 /03 /mars /2018 16:26

https://youtu.be/XeZDt43Pij8

Nous pouvons décomposer en une multitude les sensations tactiles, auditives, visuelles etc, alors que tout cela nous paraît lié, ainsi le Moi serait supposé faire l’unité dans notre conscience et faire notre identité personnelle. Non seulement dans l’instant présent, mais durerait dans le temps, c’est la mémoire qui ferait l’unité, thèse soutenue par John Locke mais qui amène à beaucoup d’impasses, aussitôt déconstruit par David Hume et bien d’autres.

Comment peut on avoir tous ces Moi enfant, ado et souvenirs en même temps en un seul Moi, un sacré encombrement dans le même instant !

Un Moi qui ne peut exister raisonnablement avec la décomposition en 5 agrégats de notre supposé Moi unifié  par Siddhartha : en matière, sensations, perceptions, volitions, conscience…

Ce que l’on peut soutenir c’est effectivement un flux de minuscules expériences sans unité ni continuité, qui nous donne l’ illusion d’un Moi qui persiste. !A moins de prendre du LSD ou autre substance, par la méditation nous pouvons arriver à des états de conscience ou il n’y a pas de permanence, pas d’essence, pas d’unité.Un flux constant de données d’expériences dont parle Russel et déjà Héraclite 5ème s av JC« tu ne peux entrer 2 fois dans le même fleuve », l’unité du Moi serait donc une fiction utile voir adaptative entre autres pour l’organisation sociale.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2018 2 13 /03 /mars /2018 09:41

Pourquoi personne n’a encore écrit une vraie « vie : mode d’emploi», ce serait plus utile ! Quelque chose de sérieux, pas un énième livre bien-être d’un pseudo-psy dont on voit les chroniques à la télé, les conseils d’un médecin réputé à la recherche d’un complément de retraite, ou ceux d’un sage, adepte du yoga et de la méditation transcendantale...Non.

J’aimerais tellement trouver mieux, je cherche des heures dans les librairies. Mon angoisse : passer devant, juste à côté sans le voir, manquer le livre qu’il me fallait, qui aurait auquel je n’ai pas pu rester insensible… »

On dit qu’il faut avoir connu suffisamment de malheurs, de frustrations pour arriver à s’éveiller, à toucher son être en profondeur, bienvenue ! Isabelle a inscrit dans sa chair les dégâts d’un égoïsme forcené, de parents défaillants, narcissiques, au point de ne plus voir leurs propres enfants, des êtres qui eux mêmes n’ont eu aucune attention, aucun amour.

Pas de solution miracle non ! Mais des méthodes qui demandent oui de l’entraînement, voir sur ce blog entre autres : http://sarasvati.over-blog.net/2014/06/ils-venaient-parce-que-certains-aspects-de-leur-vie-ou-de-leur-corps.html ; http://sarasvati.over-blog.net/article-meditation-et-psychotherapie-pour-une-medecine-des-emotions-video-43088000.html  et depuis peu sur facebook pour le partage de mes lectures, formations, belles rencontres, accessible depuis 10 ans, simplement envie de partager les bonnes méthodes que j’ai moi même testé en petits ateliers avec des résultats, une véritable aide pour des personnes en prise à la dépression, anorexie...Ils sont connus certes mais on ne peut pas ne pas les citer le neuro psychiatre Christophe André à St Anne et beaucoup d'autres Daniel Chevassut Marseille, lyon etc  j’ai pu même observer des améliorations dans des psychoses...

Les méthodes de la psychologie que l'on nous avaient enseignées a eu donc ses limites , l'amour ?

La psychanalyse qui ne fait que conforter la rumination et donc l’ego que nous voulons combattre, reste à se plonger en préambule dans des livres qui nous parlent écrits par des d'êtres éveillés, d'une longue transmission, qui ne parlent eux mêmes que de ce qu’ils ont expérimentés.

Partager cet article
Repost0
11 mars 2018 7 11 /03 /mars /2018 11:41

L’Unique rencontre pour l’Unique fois, car rien ne sera pareil et rien ne se passera de la même façon.

Le pouvoir miraculeux de l’ordinaire dans la simple rencontre de la prise du thé et du repas, pour nous qui aimons tant la nouveauté, cela ne va pas de soi de rendre ces moments nécessaires et agréables.

C’est quelque chose de répétitif, qui nous nourrit, en relation avec les autres, au sein de l’impermanence, du fluctuant et transitoire.

L’éveil n’est pas séparé du phénoménal, l’ordinaire est le terrain de jeux de l’éveil, on n’est pas séparé des autres, du reste, on a besoin des autres pour exister.

« Prends donc une tasse de thé avant de partir » il reste toujours quelque chose de la rencontre, essayons d’avoir de la présence et de l’écoute, c’est le cœur de notre pratique. Pas de séparation avec notre méditation sans objet sans intervention dans ce qui arrive, notre pratique personnelle reste en relation avec l’universel. Avec Brigitte Crépon

Partager cet article
Repost0
9 mars 2018 5 09 /03 /mars /2018 17:07

car la terre va mal, elle est déréglée. Néanmoins, dans les jours à venir, le chant des oiseaux va se faire plus présent, le soleil baignera la ville un peu plus tard, le soir. 
La lune, la nuit, sera plus haute. 
Les branches sèches de l’hiver, qui semblaient mortes, vont, petit à petit, laisser la vie éclore, improbable. Les pétales fragiles, délicats vont apparaître sur la vieille branche sèche, qui une fois encore, a tenu sa promesse. 
La pelouse deviendra de plus en plus verte, les pâquerettes viendront danser dans les jours qui se rallongent, avec le vent moins frais.

Bientôt, la fleur deviendra fruit et puis ce sera le repos verdoyant de l’été, des longs jours de l’été.

Le monde, malgré nos égoïsmes, malgré nos guerres, malgré nos compromis, aura tenu une fois encore la promesse du printemps.
Et cela nous enseigne qu’il en est tout autant pour nous.
Ne croyez pas que la branche sèche soit sèche à jamais. Ne croyez pas que la branche sèche de vos abandons, de vos manques, de vos déceptions, de votre fatigue soit sèche à jamais.

Faites attention à cela.
Il suffit qu’un regard bienveillant vienne fleurir sur la branche que nous sommes, il suffit qu’apparaisse le fruit d’un être aimé, il suffit que nos prairies intérieures rencontrent le calme bienveillant pour que nos printemps aussi infinis tiennent leurs promesses.
Laissez-vous enseigner par toutes les choses. ….

Laissez-vous enseigner par toutes les choses car demain lorsque vous ne serez plus là, les arbres continueront de fleurir, les prairies ne cesseront pas de balancer entre le vert de l’été et le brun de l’hiver. Soyez attentifs à vos floraisons maintenant. 
Où sont vos floraisons?
De quoi est fait votre printemps ? 
De quoi est-elle capable, cette branche sèche ?

Inspirez et expirez. Il y a tant de floraisons en vous que vous ne soupçonnez même pas et qui, déjà, embellissent le monde comme les pruniers et les cerisiers des campagnes.
Ne passez pas à côté de vos floraisons sans vous arrêter , vous asseoir et les contempler.

Inspirez et expirez."

Federico Dainin Jôkô Sensei
Kusen


 

Partager cet article
Repost0
6 mars 2018 2 06 /03 /mars /2018 11:13

...cette ligne d’horizon uniquement « visible » par le calcul, et au-delà de laquelle il est impossible d’aller. Il y a environ 13,7 milliards d’années, notre Univers a vu le jour en un point chaud et extrêmement dense de chaleur et d’énergie, pas plus gros qu’un atome. Cette boule subatomique n’était pas inscrite dans l’Univers, c’était l’Univers. Mais qu’y avait-il avant ?

La réponse de Hawking ? Rien. Hawking s’est appuyé sur la forme de la Terre comme analogie à la forme incurvée du continuum espace-temps : " Selon la relativité générale d’Albert Einstein, l’espace et le temps se rejoignent pour former un continuum espace-temps, courbé par la matière de l’énergie."

Pour aller un peu plus loin, Hawking s’appuie sur l’approche euclidienne de la gravitation quantique. Dans l’approche euclidienne, le temps réel ordinaire est remplacé par le temps imaginaire, qui se comporte comme une quatrième dimension : « Dans l’approche euclidienne, l’histoire de l’Univers dans le temps imaginaire est une surface incurvée à quatre dimensions comme la surface de la Terre, mais avec deux autres dimensions ». Donc, six dimensions au total. Qu’est-ce que cela veut dire exactement ? Cela veut dire que l’Univers, selon Hawking, n’a pas de frontières. En d’autres termes, le continuum espace-temps euclidien est une surface fermée sans fin, un peu comme la surface de la Terre. De même qu’il est possible de voyager tout autour de la surface de la Terre sans jamais rencontrer de bord, le Big Bang ne serait pas plus le début de l’espace-temps que sur Terre le pôle Nord représenterait le début de la surface de la Terre. « On peut considérer le temps ordinaire et réel comme commençant au pôle Sud, qui est un point lisse de l’espace-temps où les lois normales de la physique tiennent », explique-t-il. « Il n’y a rien au sud du pôle Sud, donc il n’y avait rien autour avant le Big Bang ». Tout comme il n’y a rien au sud d’un point le plus au sud, le temps ne peut pas exister avant le Big Bang. Au lieu de cela, le temps et l’espace s’étendent à partir de ce point singulier dans le temps, comme les degrés de latitude sur la planète Terre. Revoir aussi article Matthieu Ricard plus bas sur cette page

Partager cet article
Repost0
4 mars 2018 7 04 /03 /mars /2018 09:06

Ecouter le silence en se projetant dans l'espace paisible et calme de la conscience, c'est à dire quitter le mental pour aller dans la présence aimante de la pure conscience. 

Thierry Janssen  propose dans son école 4 étapes : Je me pose me dépose et repose :

on commence par une vigilance apaisée sur la respiration

J'ouvre mon cœur : dans une acceptation inconditionnelle en laissant la circulation des énergies au delà des phénomènes passagers saisis par l'ego                                                                   

Je me focalise sur l'arrière plan : le silence prend la place, l'ego va s'y noyer                         

Je suis la pure conscience             

                              

C'est en fait une démystification de l'éveil pour être dans une réalité et cela se partage, là ou la joie peut surgir, pour nous ouvrir à une liberté de choix contre nos réactions névrotiques habituelles. C'est un oui, être paisible, silencieux et aimant, aimer c'est se détendre dans l'espace source.  Voir livres de l'auteur dans l'émission sagesses bouddhistes de ce matin Photo de Sanan Aleskerov

Partager cet article
Repost0
3 mars 2018 6 03 /03 /mars /2018 08:08

 

Quelqu'un qui n'a de cesse de railler et de dégrader la relation que l'on a avec des personnes qui nous aiment ne peut pas déclarer logiquement qu'il nous aime : ce n'est que la manifestation de l'attachement avec la froideur de la possession.

 

Partager cet article
Repost0