Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 10:33

Le monde redevient imprévisible, au sortir de la guerre froide qui avait une fonction de stabilité mondiale. Le problème du libéralisme est dans l’absence de limites afin d’éviter une contradiction entre le travail et le capital, alors que les richesses produites pourraient subvenir à tous, elles sont dilapidées par qqs uns : Gandhi. A chaque changement de civilisation, d’un monde chaotique renait un ordre nouveau, tout  se démêle avec les pays émergents, voir les pays arabes qui contre toute attente sortent de la dictature. Umberto Eco parle d’un xxème siècle ou tout est en régression sauf la conscience des droits de l’homme et du destin de l’humanité.P2220004.JPG Emerge une responsabilité collective à l’échelle planétaire et locale, le processus de mondialisation se calque sur le modèle occidental des démocraties. L’homme doit être acculé par des catastrophes pour réagir de façon responsable, si l’on veut changer le niveau de conscience selon Einstein, il s’agit de ne pas appliquer les mêmes causes pour les mêmes effets. Alors que la vraie révolution ne peut qu’être intérieure en chaque individu, la révolution collective passe par celle individuelle : SS Dalaï Lama. Tous les courants de sagesse prônent la transformation de soi au même titre que la psychologie. Pour Spinoza, la joie est déjà là en nous, mais nous mettons continuellement des obstacles, le bonheur n’est pas lié à l’avoir mais à l’être. La méditation bouddhique sert à chasser les nuages de l’agitation et de l’anxiété par des exercices d’attention et de vigilance, c’est dans l’instant présent que l’on retrouve la joie: vivre est un art alors qu’exister est un fait. Cheminer vers un idéal comme le permet la spiritualité pour acquérir discernement et aller vers la guérison intérieure ou comme le dit Montaigne « Il n’y a de vent favorable pour qui ne sait ou aller ». Pour le savoir, la connaissance, avec le cœur ouvert, une spiritualité dans la déliaison des mauvais liens et une liaison de manière collective, l’individuation à l’intérieur de soi pour se relier à l’universalité en soi. La spiritualité peut justement sauver les religions du dogmatisme et du consumérisme auquel on assiste, en faisant resurgir les forces de bonté en l’homme. Conscience collective ou inconscient collectif de Jung, actuellement avec le quantique, les sciences et la spiritualité se sont rejointes pour sortir du scientisme.Conférence de Frédéric Lenoir

Partager cet article
Repost0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:24

Ce serait plus juste de dire qu’il s’est inspiré comme d’autres des traités védiques et de la sagesse millénaire, d’une dire0922121604DVB-TARTE.jpgction spirituelle avec les pères du désert, plus proches de nous, qui considéraient que l’homme est un tout indissociable et que l’esprit n’a que le corps et le psychisme pour s’exprimer. 

« Thérapeute » vient du grec, du verbe therapeuo qui veut dire à la fois « servir » et « guérir ». Les therapeutés vivaient en solitude, dans le renoncement et la contemplation, prenaient soin de leur âme et de celle de ceux qui souffrent. Une thérapie qui n’est donc pas séparée d’une démarche spirituelle, avec l’utilisation des « apophtegmes » ou préceptes, sentences d’une incroyable modernité comparées aux techniques des nouvelles thérapies brèves, avec la vision bienveillante et optimiste de l’être humain non dénuée d’humour. Avec l’utilisation du recadrage, la solution à nos problèmes peut se trouver justement en dehors d’un « cadre » donné, technique des plus efficaces en thérapie : changer le contexte d’une expérience peut en changer la signification. Càd acquérir une nouvelle compréhension d’une situation en élargissant sa « carte du monde », sa manière de concevoir la vie, les autres et soi même. Autre outil : le métamodèle, faire « accoucher » la personne des solutions qu’elle porte en elle-même à travers tous ses propres filtres. La PNL nous apprend que les 3 grands filtres de la communication sont la généralisation, la distorsion et la sélection, d’où la nécessité de faire préciser ce que l’on veut vraiment dire. Ensuite dans la définition d’objectif, ce qui veut dire déjà arriver à agir non plus en réaction mais en action, dans une sagesse humaine et spirituelle en écartant le risque de l’immobilisme par absence de but et de découragement. Pour poursuivre par la négociation entre parties, qui est un instrument de paix au sein même de la personne. L’utilisation de la parabole et de la métaphore enfin pour révéler ce qui est caché à notre conscience et pour court circuiter les mécanismes de défense et toutes nos croyances ou scénarios de répétition, le plus grand étant l’obstacle au changement. Pour finir par la prescription du symptôme même ou du comportement problématique, dans une injonction paradoxale qui donne l’illusion d’un choix. Sacrés thérapeutes, les pères du désert Emilie Pécheul et Marco La loggia, Thérapeuthes sur Aix en Provence…

 

Partager cet article
Repost0
28 février 2011 1 28 /02 /février /2011 10:39

Nous sommes ainsi persuadés qu’il nous reste beaucoup de temps à vivre. Cette croyance erronée est un danger majeur. Ces atermoiements gâchent nos vies, en particulier lorsqu’elles sont soumises à l’attrait excessif des loisirs et des activités professionnelles. Méditer sur l’impermanence est un bon antidote pour lutter contre cette tendance. D’abord en réfléchissant 0722132622DVB-TFrance-2.jpgsur la mort qui peut intervenir à tout moment, puis sur la singularité de la nature passagère de la vie. La haine et le désir se manifestent à cause de notre attachement au flot des évènements de la vie. Un sentiment d’immortalité nous habite. Cette attitude nous pousse à nous intéresser à des choses superficielles : les biens matériels, les amitiés et les situations provisoires. Voilà une autre caractéristique du cycle de l’existence, disperser à terme ce qui a été rassemblé : parents, frères, sœurs et amis. Peu importe la force de leur amour, les amis peuvent être désunis. Parents et enfants, frères et sœurs, maris et épouses, et les meilleurs amis : peu importe ce qu’ils sont, ils seront finalement dispersés. La perte concerne aussi la richesse et les ressources que nous avons accumulées. La brièveté de la vie nous obligera à l’abandon de nos richesses. Perpétuer l’idée de la fugacité de la vie aide à mieux gérer le temps qui passe et à se consacrer à ce qui est utile. L’engagement dans la pratique spirituelle s’impose avec la perspective de la proximité de la mort. Il bonifie l’esprit pour ne pas gaspiller son existence en vaines distractions : boire et manger, discourir sans fin sur la guerre, les histoires d’amour et les ragots. Il est insensé d’être belliqueux les uns envers les autres qd on comprend ce que nous partageons comme un groupe de prisonniers condamnés, quel sens y a-t-il à se quereller durant les derniers jours de son existence ?Se voir tel qu’on est SS Dalaï Lama

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 10:20

D’où l’importance de ce diagnostique pour chercher à se guérir de toutes nos toxines mentales et chercher une médecine adéquate. La plus grande de nos maladies est cet attachement 0227084453DVB-TFrance-2.jpgà l’ego, cet attachement égocentré et pour s’ extirper de ces maladies intérieures, il est nécessaire d’une Grande médecine avec comme médicament le Dharma, enseignement qui est le traitement pour réaliser la réalité telle qu’elle est, mettre fin à toutes sortes de ruminations de l’exacerbation de notre attachement à nous-mêmes, le fait d’être entièrement centré sur soi. Comme soin développer l’esprit altruiste, comprendre que notre propre bien être dépend de la bienveillance d’autrui, comprendre que nous sommes interdépendants car on ne peut rien accomplir seul dans notre bulle égoïste. Si l’on veut retrouver une qualité d’existence, se sentir plus à l’aise, heure par heure, jour par jour, cultiver cette bienveillance pour les autres, une sollicitude et donner un sens à sa vie, ce qui est la racine de tous les 0227084508DVB-TFrance-2.jpgenseignements de l’0227084438DVB-TFrance-2.jpgesprit d’éveil ou boddhicita. Pour mettre fin à tous nos poisons mentaux, rechercher ce Moi qui nous enchaine, ou est il dans le corps, dans l’esprit, dans le fond de la conscience, propriétaire de notre corps, de notre esprit ? S’il était notre esprit, on ne parlerait pas encore de « notre esprit » comme si le Moi était en dehors de la conscience. Nul besoin de grands traités de philosophie pour observer cela, reste à développer par la méditation analytique une grande certitude pour rester en méditation contemplative. Si le Dharma est le traitement, chercher un Maitre qualifié comme médecin et pouvoir l’examiner sur ses diplômes, expériences avant de lui donner notre confiance afin de traiter toutes nos pensées non vertueuses qui entrainent tant de souffrance. Revoir l’émission avec Rabjam Rinpoché : ici

Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 10:46

Car ne pas s’engager c’est déjà s’engager : on ne peut pas ne pas s’engager, ni rester les bras croisés. Alors que l’engagement est une façon de se planter dans le monde, on prend parti, on donne en gage soi même, cependant l’acte a plus de valeur qd il n’est pas empreint d’intérêt personnel. Se désengager est aussi un engagement qui reflète notre vision du monde, ne serait ce que par un déni du réel, un réel à trous qui restreint une réalité qui nous dérange et en pensant que cela ne nous concerne pas dans une solitude du moi, par égoïsme ou plus précisément 0220133756DVB-TARTE.jpgsolipsisme. Pascal dans « l’infini n’est rien » : nous sommes embarqués qu’on le veuille ou non. Socrate dans le célèbre tableau de JL David, préfère la mort au mensonge, la vérité est le ciel des idées, l’âme doit bien se conduire pour sortir des chaînes de la caverne. Comme pour M Foucault, la vraie vie c’est le geste vers le haut dans un travail sur soi même, la philosophie est ce qui sauve des préjugés. Pour Platon, l’engagement du philosophe c’est se frotter à ce qui est, s’ouvrir les yeux dans un « découvres toi-même ce qui est » ou « ecce homo » dans un dépassement de soi même de F Nietzche, dans un courage de dire vrai.  Passons sur la figure de l’intellectuel, de celui qui éveille les consciences, on peut se demander ce que peut révéler la vie privée de Sartre de cette universalité. Pour M Foucault ce n’est pas parler au nom des autres mais pour dire ce qu’ils ont à dire. S’engager, dans une saturation du déterminisme car c’est assumer l’ouverture du monde, où je réalise ce que je suis déjà. Je suis solidaire de tout ce qui existe et non séparé du reste de l’univers. Revoir : ici

Partager cet article
Repost0
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 10:35

Les problèmes et l’absence de problèmes, ainsi que toute paix et tout bonheur, viennent uniquement de votre esprit. Votre esprit a le potentiel de mettre fin aux problèmes qui viennent de votre esprit. 0430210312DVB-TTF1.jpgCependant l’esprit qui est à l’origine du problème n’est pas le même que celui qui y met fin : c’est un autre esprit, c'est-à-dire une autre pensée, une autre attitude mentale, qui est à même de mettre un terme à tous les problèmes et d’apporter paix et bonheur. Tant que nous croirons que le bonheur doit venir de qq chose d’extérieur à nous, comme d’autres personnes ou encore de notre environnement, nous accuserons toujours qq chose d’extérieur chaque fois que nous rencontrerons un problème. De nombreuses personnes pensent que leurs problèmes viennent de leurs parents. Elles disent : « Je suis ainsi à cause de ma mère et de mon père. C’est la faute de mes parents. » En fait le véritable bonheur n’a rien à voir avec le passé, avec notre vécu ou notre éducation. Le bonheur authentique survient quand nous nous libérons de l’esprit insatisfait, de l’esprit de désir. Il y a satisfaction quand nous nous libérons de cet esprit toujours malheureux qu’est l’esprit de désir. Le bonheur issu du progrès matériel est artificiel, ce n’est qu’une sorte  d’excitation extérieure- aussi fugace qu’un éclair dans  l’obscurité. La joie authentique, la joie durable, naît du plus profond du cœur. Renonce au bonheur qui produit de la souffrance. Chéris le vrai bonheur qui peut même naitre de la souffrance. Comment être heureux lama Thoubten Zopa Rinpoché 

Partager cet article
Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 10:39

au lieu de cellules, d’atomes ou de particules. C’est pourquoi conscience et mgoutte-d-eau.jpgatière  relèvent de nature radicalement différente, et de causes substantielles différentes. Il doit exister un rapport fondamental entre la cause substantielle et l’effet substantiel. La cause substantielle d’un esprit doit elle-même former un élément lumineux et intelligent-un fragment passé de l’esprit. Tout moment de conscience exige donc un instant précédent de conscience en tant que cause substantielle, ce qui signifie qu’il doit exister un continuum de l’esprit sans commencement. La différence de nature entre l’esprit et la matière exige que leurs causes substantielles soient différentes, mais cela ne signifie pas que l’esprit et la matière n’interagissent pas, car ils le font de nombreuses manières. Ss Dalaï Lama

Partager cet article
Repost0
21 février 2011 1 21 /02 /février /2011 10:33

sur nous une emprise aussi forte, nous réduisant ainsi en esclavage.

L’esprit est ce qui crée le samsara et le nirvana. Il ne faut pas conférer aux pensées plus d’importance que nécessaire. Une fois que l’on reconnaît que les pensées sont vides, l’esprit n’a plus le pouvoir de nous tromper. Mais aussi longtemps que nous leur prêter2011-02-20 091020ons une réalité propre, elles continueront de nous assaillir sans fin de la même manière qu’elles continuent de nous tourmenter depuis plusieurs vies. Pour en venir à maîtriser notre esprit, nous devons être conscients de ce qu’il convient de faire et d’éviter. De même, il nous faut demeurer alertes et vigilants en portant une attention soutenue à nos pensées, à nos paroles et à nos actes.

Pour mettre un terme à l’attachement, il est important de comprendre que tous les phénomènes sont vides. Ils sont comme l’eau qui apparaît dans le désert et qui n’est en fait qu’un mirage. La beauté et la laideur des formes ne sont utiles ni ne causent de tort à l’esprit. Libérez-vous de l’espoir et de la peur, de l’attraction et de la répulsion et agissez en toute équanimité en considérant que tous les phénomènes ne sont que des projections de votre propre esprit.

Une fois que vous aurez réalisé la vérité absolue, vous verrez que l’infini déploiement des phénomènes n’est qu’illusion ou rêve. Réaliser que les phénomènes et le vide ne sont qu’un, s’appelle simplicité ou libération des limites conceptuelles.

Partager cet article
Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 10:27

  Telles des vagues, toutes les activités de cette vie se sont déroulées sous forme de flux et de reflux incessants0220084342DVB-TFrance-2.jpg, ne laissant finalement qu’un sentiment de vide. Notre esprit est habité d’innombrables pensées, chacune d’elles donnant naissance à beaucoup d’autres, ce qui ne fait qu’augmenter notre confusion et notre insatisfaction. 

En examinant de plus près ce qui se cache derrière nos habitudes les plus courantes, nous nous rendons compte que nous sommes fondamentalement incapables d’en analyser correctement les mécanismes sous-jacents. Nous nous comportons comme si toute chose existe réellement, alors qu’il ne s’agit en fait que d’une illusion

En demeurant davantage attentifs, nous constatons que le monde des phénomènes ressemble à un arc-en-ciel éclatant, multicolore mais sans existence propre.

Lorsqu’un arc-en-ciel fait son apparition, plusieurs couleurs magnifiques parsèment l’azur - sans qu’il nous vienne par contre à l’esprit de s’en draper comme une pièce de vêtement ou comme une parure. Il n’y a rien que l’on puisse tenir dans notre main. Sa survenance ne résulte que de la conjugaison de conditions variées. Le jaillissement des pensées procède de la même manière. Elles n’ont ni réalité tangible ni existence intrinsèque. Il n’y a aucune raison logique qui fasse que les pensées pourraient avoir sur nous une emprise aussi forte, nous réduisant ainsi en esclavage.

Revoir l'émission : ici. Rabjam Rinpoché a eu cette chance de passer 25 années en sa présence, et en gardé l'exemple vivant des enseignements de ce Maitre réalisé. Il a développé et reconstruit les monastères de Séchen au Népal et au Tibet, préservant la culture tibétaine qui valeur universelle en apportant la science comtemplative et les enseignements intérieurs à un monde matérialiste dont on se pose la question sur son degré de bien être.

Partager cet article
Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 10:30

Avec la voix rocailleuse Wisky Club, ce qui tout juste nous change des volutes de fumée bleue rastas ou encore de l’hexomedil de mamie.

Alors on parle bien de courage, du recommencement en permanence recommencé ?1103152958DVB-TARTE.jpg

« Le poète a toujours raison » on préfèrerait c'est vrai sans l’aide de qqs substances plus ou moins réprouvées ou affichées.

« La vie est un film d’apaches et de cow boys »… « Tu vois un peu le bazar ? »

Si on en voit déjà le bazar et qu’on a fait l’effort de s’en distancier  et si dans un effort de recommencement en permanence recommencé « get up ! stand up !» on en devient même un spectateur attentionné…

là c’est le juxe box ! Ecoutons les poètes ils ont toujours raison :

« La passion amoureuse est comme un mal de tête ça passe avec un cachet d’aspirine » Pas mieux ! Ne diraient les neurobiologistes !

Partager cet article
Repost0