Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 10:53

A de multiples raisons d’être habile.milarepa.jpg

Comme il appartient à une succession bénie,

Il reçut la virtuosité de cet héritage.

Il reçut l’art du Lama-racine à l’amour infini,

Celui qui détient la totalité des instructions,

Il reçut l’habileté de Marpa le Traducteur.

Il reçut l’agilité de la vue

Qui transcende l’intellect et ses limites ;

Il eut dés l’origine l’art de la pureté.

Quand il s’est détaché serein, des constructions mentales,

Il eut la virtuosité de la méditation

Méditant toutes les influences mêlées,

Il connut l’habileté de l’expérience pratique,

L’amitié de chaque manifestation

Et reçut celle de la grande luminosité.

Revoir : 4ème lune…Mais au fait, qui est Milarepa ?

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
28 février 2010 7 28 /02 /février /2010 10:47

0228084400DVB-TFrance-2.jpgTristan Lecomte, formation HEC, directeur d’Alter-éco, commerce équita0228084417DVB-TFrance-2.jpgble, groupement de petits producteurs ou l’homme est au cœ0228084441DVB-TFrance 2ur des préoccupations. Le 1er en France est l’abbé Pierre en 1975, ce projet depuis une dizaine d’années malgré des débuts difficiles se retrouve maintenant dans les circuits classiques de distribution. Il a rencontré le désir profond en chacun de nous d’altruisme, l’attente intime dissimulée sous les étiquettes trop générale de consommateurs, ou l’on achète désormais avec de la conscience des produits qui ont du sens, de l’amour.C'est à chacun de nous d’agir dans une démarche personnelle pour s’élever vers qq chose de supérieur pour se relier au principe universel.  Dans cette notion de changement intérieur et dans une démarche intégrale, des temps de silence ou de méditation collective sont institués pour laisser de la place au moi profond. Une philosophie intégrale nommée ainsi car le spirituel en France est connoté comme une allégorie pour l’interdépendance de nos actes avec préservation de l’environnement et pratique spirituelle où il s’agit plus de sauver les riches. Tristan Lecomte, participe aussi au reboisement avec l’aide d’un moine, tradition des moines de la forêt en Thaïlande, à ce jour 2 millions d’arbres replantés. Revoir l’émission : ici

Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 10:42

Pourraient bien s’être trompés d’ascension… »

Les yeux malicieux, Michel Serres philosophe et humaniste nous prévient des  erreurs de parcours. Tous ceux  qui se sont empressés de gravir le sommet jouant de leurs coudes et laissant loin derrière eux tous les faibles, les fragilisés ont de fortes chances cette fois d’être mal placés pour reprendre une autre ascension.0908133029DVB-TFrance-2.jpg Comme nous l’a dit Guillaume Blanc, ne pas sous estimer la formidable ingéniosité de celui que l’on a exclu, laissé au bord du chemin, celui là a pu apprendre à rebondir et a pu développer la solidarité.

L’ascension vouée au Dieu EGO se déroule sur un sol précaire, glissant voué à toutes les possibilités de chûtes et ou l’on finit par se retrouver à force d’éliminer, très solitaire.

Les richesses amassées sont bien encombrantes et peuvent être dilapidées en un tour de crise, reste la renommée et les relations bâties sur des carnets usés dont les pages peuvent être vite tournées.

La Fontaine nous avait pourtant prévenus, rien ne sert de courir pour celui qui veut arriver à point, juste jauger le parcours celui de la compréhension et des qualités humaines pour les plus avisés mais aussi pour tous les laissés pour compte.

Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article
25 février 2010 4 25 /02 /février /2010 10:50

La plongée dans la précarité est le revers de la normalité sociale, la décompensation de la normalité elle-même par rapport à une longue construction sociale de soi. Une malédiction sociale qui défait les liens et transforme une injustice en honte, inacceptable à l'échelle d'une société.  La précarité n'en est pas moins le statut fondamental de tout existant, la vie est précaire, mais les conditions de vie ne doivent pas l'être, d’ou l'ambivalence d'une notion ou il faut admettre notre propre fragilité de vie et pouvoir la combattre collectivement. Réfléchir à la précarité c’est réfléchir au fait  que nous sommes gb.JPGvulnérables, exposés à la blessure et à la fragilisation de nos existences. C’est pourquoi il faut penser la précarité au sens politique, dans la cité, aux propriétés minimales des droits, l’exclu est rendu hors du dispositif, livré à lui-même, ce qui est une violence sociale entre un monde célébré et un monde de la désaffiliation. Le travail est un univers de haute fragilité, par l’incertitude, et en même temps de haute protection par son milieu tempéré. La précarité ne peut pas être pensée d’en haut, lorsqu'il s'agit de produire une société décente avec des institutions qui n’humilient pas les gens. Développer un programme de civilisation, donner des moyens de liberté en rapport souvent à l’ingéniosité de l’investissement du quotidien avec les moyens du bord, ex de Soweto à Johannesburg, dans un rapport de bienveillance et de tolérance. Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie, son travail porte plus spécifiquement sur la question de la « critique sociale ». Il s’emploie à explorer les limites complexes qui distinguent précarité, exclusion, vie décente et normalité. Il a publié sur ce sujet : Les maladies de l'homme normal,  Vies ordinaires, vies précaires  L’invisibilité sociale ainsi qu’un roman : Sans domicile fixe

Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article
23 février 2010 2 23 /02 /février /2010 10:35

Plusieurs témoignages de Florence Aubenas, journaliste qui s’est remise de sa captivité pour aller enquêter et faire son travail à « hauteur d’hommes ». Livre de journaliste qui s’est plus transformé en journal intime, prise par le rythme imposé. Elle s’est inscrite à un pôle emploi à Caen en Normandie « Je veux bien tout faire », surprise de se rendre compte qu’on n’avait rien à lui proposer pour ceux du « fond de la casserole » et a du attendre 2 mois pour obtenir 2hs de ménage. Masse de gens écartés par la centrifugeuse de l’emploi et qui inlassablement avec héroïsme courent les petits boulots. Autre constat tout le monde peut être touché, retraités, 0218134205DVB-TFrance-2.jpgjeunes, mères de famille, ceux qui ont basculé dans un autre monde dont on n’entend pas parler. Un héroïsme du quotidien car plus personne n’espère un CDI, elle a fini par parvenir à un salaire de 700 E, son plus gros mois, en cumulant jusqu’à 6 employeurs et en se levant à 4h du matin debout jusqu’à 11h le soir. On ne trouve pas de travail mais des heures à 8, 71E l’h fragmentées avec plus d’hs de trajet que d’hs de travail effectives. La précarité c’est nous tous, avec le système débrouille, on n’a pas de RDV chez les dentistes et on doit attendre de se faire arracher les dents dans les urgences. Philippe Claudel, écrivain dont une pièce se joue en ce moment avec Gérard Junot « le paquet », parle de ces gens qui se confondent avec le mobilier urbain. La solitude c’est de ne plus être vu par les autres. La déchéance étant l’indifférence dont parle Yasmina Khatra, écrivain avec « l’olympe des infortunes ». Olympe ou se décomposent les divinités, qui vivent avec leurs arrangements pour ne pas être dérangé, mais se dire que tant qu’on est en vie, rien n’est perdu, aller jusqu’ au bout de la vie, la vraie liberté étant de connaitre ses limites.

Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article
22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 10:39

Dans l’Upanishad, ensemble de textes sanscrits, composés à partir du VI° siècle avant JC, c’est une littérature ésotérique transmise de maitre à disciple ou apparait la notion d’Atman ou Soi, intériorité en rapport avec le Tout (Brahman). Dans le « banquet » Platon décrit un passé mythique ou la sexualité avait 2 modes de structuration moniste, androgynique et dualiste, unisexué, ce qui place l’individualité humaine à l’universalité cosmique. Schopenhauer va présenter sa philosophie comme la perpétuation de la sagesse hindouiste, le Monde 0924141359DVB-TARTE.jpgcomme Volonté. Kant distingue le phénomène, la réalité du monde extérieur et de la chose en soi : le Monde comme représentation prépare le Monde comme volonté, ce qui fait du monde sensible l’illusion dont il faut soulever le voile pour atteindre le noyau authentique des choses. Ce qui les rapproche c’est cette même intuition générale du monde « expression directe de la pure aperception ». Freud s’en inspire avec l’expression d’une même vérité à double visage dans son texte « d’au-delà du principe du plaisir », le désir en un tourbillon vital ou principe de vie s’incarne dans les individualités organiques sexuées. L’unité primitive, le Soi, principe anonyme et solitaire, pris de désir, cliva son Moi en 2 parties sexuées en référence au mythe Platonicien, déjà illuminé par la vérité de la tradition orientale. Freud s’inspire dans son appareil psychique qui hérite de la subjectivité transcendantale par les formes nécessaires de notre pensée, caractéristique atemporelle des processus inconscients, subjectivité des formes spatio-temporelles en structure universelle de l’esprit humain de Kant ou théorie organique, organes au moyen duquel le monde est conçu de Schopenhauer. L’intellect est mis à l’origine des formes subjectives au moyen de ces structures-organes que sont l’espace, le temps et la causalité : Monde comme volonté et représentation, c’est la causalité qui forme le lien entre le temps et l’espace. « Comme le physique, le psychique n’est pas nécessairement en réalité ce qu’il nous semble être ». Le degré le plus élevé de « l’objectivité de la volonté » ou inconscient freudien est l’émergence de l’individualité humaine alors le monde comme représentation surgit tout à coup, perdant ainsi son essence originelle sous le primat de l’affectivité et de la sexualité comme « vouloir-vivre ». Paul Laurent Assoun dans « Freud , la philosophie et les philosophes »

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 10:43
commenté par (album) Guéshé Tènzin Lodènorne.JPG

Ce texte explique principalement comment sortir du cycle des existences en examinant la nature du corps, des sensations, de l’esprit et des phénomènes. Nous apprenons à voir que notre corps constitue la base de toutes nos expériences de souffrance, ce qui nous amène à souhaiter  obtenir un corps de sagesse, pur et libre de toute expérience de maladie et de douleur.

La manière de développer le calme mental et la vue pénétrante y est expliquée ainsi que les résultats obtenus selon que la production de ces deux qualités est alliée ou non à la bodhicitta ou à d’autres états mentaux comme le renoncement, la vue juste, etc. Ainsi l’étude de ce texte peut devenir une cause pour éliminer l’existence cyclique et donner comme résultat l’éveil ou la bouddhéité.

Enseignement donné dans le cadre du peba (Programme d'Etudes bouddhiques approfondi) dans la tradition Guelupa de sa SS Dalaï Lama en lien sur ce blog

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 10:43
0218131147DVB-TFrance-2.jpg Si seulement les hommes ou femmes politiques avaient juste une amorce de conscience du ridicule de leurs positions…Non seulement les avoir mais y camper dessus devient le summum du ridicule, qui on le sait ne tue pas sinon il y aurait longtemps que…etc etc…Il parait que nos amis dirigeants chinois s’intéressent à tout ce qui retourne de la psychologie, ce qui demande on le sait un petit regard sur soi même (!). Comment peut on dans une mondialisation fortement prononcée pouvoir encore conserver des attitudes paranoïaques et immatures alors que l’on souhaite assister aux débats entre chefs d’états et démocratiques de surcroit. Démocraties il est vrai qui n’ont parfois aucunes leçons à donner en ce qui concerne la répression sous toutes ses formes et des moins visibles, mais tout de même lorsqu’on s’assoie autour d’une table il y a un certain nombre de pré-requis dont le dialogue démocratique. Toute la planète a été scandalisée par les répressions brutales et les calomnies envers un prix Nobel de la paix, mais toute la planète a de la même façon aussi détourné les yeux quand les tortionnaires ont fait les gros yeux, mention spéciale à certains chefs d’états qui choisissent délibérément la prosternation, contrats en poche, non le ridicule ne tue décidemment pas. Pourtant, hier, un chef d’état a osé s’affranchir de ce ridicule et maintenir le RDV pris avec le prix Nobel tant décrié, ce qui pourrait devenir ridicule serait justement de croire en l’exception, alors qu’on vient de sauter d’un pas la cour de maternelle…
Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article
18 février 2010 4 18 /02 /février /2010 10:44

0215133842DVB-TFrance-2.jpgElisabeth a les yeux bleus perçants pour parler de notre société individualiste ou l’on assiste depuis qqs années à un discours culpabilisant pour les femmes et les mères. Les mères doivent affronter de plus en plus de devoirs et une pression sur l’allaitement maternel dans un modèle souterrain de la « bonne mère ». Si l’on assigne les mères à leurs conditions de mammifères il serait bon de prendre acte de la diversité et de la possibilité de choix de la femme. On pourrait en sourire de ce didact de plus d’une société de biens pensants mais il s’avère que l’on assiste insidieusement à une situation de plus en plus dégradante pour la femme et pour les mères car la question dans une société du chacun pour soi et de l’interchangeable semble être : que fait on des enfants ? « y-a-pas-papa » disait Emma la clown, qui va assumer les enfants ? Paupérisation de la situation des femmes car, dans le couple, la tendance est plutôt à la mère de lâcher un travail et de se retrouver par la suite souvent seule, contrainte à accepter des CDD sans plus aucuns droits. Quelques cris d’alarme car dans l’interdépendance ou nous intersommes que deviennent les enfants dans ces conditions précaires, ceux sur lesquels la société va reposer à terme ? Revoir aussi : La libération des femmes s’avère plus celle des hommes dédouanés de leurs responsabilités

Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 10:40

…laisse un dépôt de sentiments hostiles, inamicaux » nous a dit  Freud sur la rétivité affective. Rétivité affective car nous fonctionnons sous le mode désir-attachement et qui dit attachement dit inévitablement appropriation. Le bon objet c'est celui que l’on désire pour nous même et ne pas l’ogrimaces.jpgbtenir pour soi entraine inévitablement frustration-colère. Objet sur lequel on va inévitablement projeter notre monde intérieur, notre propre histoire ou vécu. Appropriation par désir de posséder les propriétés ou qualités que l’on a attribué selon nos propres critères à cet objet convoité. Qualités qui ont des chances d’être alors largement surestimées par un manque de confiance en soi et ce qui entraine aussi inévitablement la jalousie, sentiment d’hostilité. Jalousie non seulement en défendant notre territoire sur le mode compétitivité sur cet objet désiré mais jalousie de l'objet lui même ou de ses qualités attribuées, source de notre attachement. Ce qui laisse effectivement un dépôt de sentiments hostiles, inamicaux alors que l’on souhaitait développer une relation affective intime avec une personne…Revoir articles :  Des états d'âme aux états d'esprit 

Et si nous parlions d'amour

 

Alors que « le non-attachement consiste, lui, à ne pas être attaché à quoi que ce soit : ni aux objets extérieurs, ni à soi-même. Le non-attachement véritable est en fait la liberté intérieure. Libre d’attachements, on est sans liens, pleinement disponible aux situations qui se présentent. On est pleinement réceptif, et ainsi en parfaite adéquation à l’instant présent. Cette adéquation à l’instant présent, développée par la pratique de la méditation, est l’état dans lequel l’action et la vie quotidienne peuvent se dérouler d’une façon optimum. » Enseignement sur sangha rimay

 

 

 

 


Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories