Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 novembre 2010 1 01 /11 /novembre /2010 10:30

0401222806DVB-TFrance 5

Ce corps n’est pas moi.

Je ne suis pas limité par ce corps.

Je suis la vie sans limites.

Je ne suis jamais né, ni mort.

Regardez le vaste océan et le ciel immense là bas,

Etincelant de milliers d’étoiles.

Tout cela est ma propre manifestation, à partir d’un courant de conscience.

Je suis libre depuis la nuit des temps.

La naissance et la mort ne sont que les portes d’entrée et de sortie.

Elles sont un jeu de cache-cache.

Nous nous retrouverons ensemble aujourd’hui.

Nous nous retrouverons ensemble demain.

Nous nous rencontrerons à notre source.

Nous allons nous rencontrer à chaque instant sur des milliers de chemins de la vie. Extrait des « chants du cœur » Thich Nhat Hanh

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:07

De plus en plus de psychiatres et de médecins font appel aux techniques de méditation pour aider les malades à vai1031084450DVB-TFrance-2.jpgncre les rechutes suite à une grave dépression, mieux supporter la douleur ou encore atteindre une forme de sérénité 1031084442DVB-TFrance-2.jpgen USP (unités de soins palliatifs). Ces pratiques, qui restent encore mineures dans les hôpitaux en France, prennent pourtant, depuis une dizaine d’années, une importance croissante comme le rappelle dans cette émission de Sagesses Bouddhistes : ici, le Dr Christophe André, psychiatre à Ste-Anne.

L’impact de ces techniques est réel dans les hôpitaux, l’approche médicale à l’étroit dans sa rigueur scientiste et emprise de culture judéo chrétienne se veut désormais plus humanisée et accepte que la guérison ne relève plus du miracle mais d’un nécessaire apprentissage tel que le préconise le Bouddhisme. Les expériences menées sur le cerveau indiquent bien l’effet de la méditation 0920084434DVB-TFrance-2.jpgmême sur un débutant  sur la partie avant gauche du cerveau, siège des émotions positives et sur le rythme gamma. La France n’a plus à rougir de son retard, rappelons que ces méthodes avec succès sont appliquées depuis une trentaine d’années aux USA par son pionnier John Khabat Zinn. Une médecine laïque ne relevant d’aucun courant philosophique, dans  l’application comme méthode de la pleine conscience : vivre simplement l’instant présent, la souffrance étant de ne pas accepter la réalité telle qu’elle est et de se perdre à courir dans ce qui va engranger encore plus de souffrance. Christophe André a pu assister aux rencontres de scientifiques, chacun pointu dans son domaine invité par le Dalaï Lama, une science empreinte de spiritualité permettant aussi à cette dernière de ne pas partir dans tous les sens. Reste les perspectives ou il sera nécessaire de former et d’évaluer les impacts de ces méthodes dans différentes applications. Revoir :  2ème volet pour une médecine de nos émotions ,Méditation et psychothérapie ,

Ateliers que je mets moi même en place depuis un certain nombre d'années, contact (en bas)

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2010 3 27 /10 /octobre /2010 09:34

Tous les phénomènes qui naissent, demeurent, affectent les autres phénomènes, autrement dit toutes les choses conditionnées doivent obéir à la loi de l’impermanence pour arriver finalement à la décomposition. Si nous voulons que les choses existent pour toujours sans jamais se décomposer, nous voulons l’impossible. Je vous ai dé jà rappelé plusieurs fois que tout ce que vous chérissez aujourd’hui, vous devrez certainement l’abandonner et vous en séparer demain. »  Soutra de l’île du soi extrait des « chants du cœur » Thich Nhat Hanh0628083328DVB-TFrance-2.jpg

Reconnaissons et contemplons notre graine d’angoisse :

Il est dans ma nature de vieillir. Je ne peux échapper à la vieillesse.

Il est dans ma nature de tomber malade. Je ne peux échapper à la maladie.

Il est dans ma nature de mourir. Je ne peux échapper à la mort.

Tout ce qui m’est cher et tous ceux que j’aime aujourd’hui,  je ne peux éviter d’en être un jour séparé.

Je suis l’héritier des fruits des actions accomplies par mon corps, mes paroles et mes pensées. Les fruits de mes actions sont la seule chose que je puisse emmener avec moi dans le futur.

Celui qui s’attache à sa propre vue des choses, qui considère sa vision comme la plus élevée, comme la vision suprême du monde et qui critique toutes les autres vues, reste toujours emprisonné dans le cercle des disputes. Un sage considère toute dépendance à sa propre doctrine et tout mépris des vues d’autrui comme un emprisonnement et une perte de liberté. Un sage a lâché prise du concept du moi, dans son attitude, il ne sait plus rien, il ne dépend de rien, y compris des connaissances. Dans un conflit, il ne prend pas parti et ne maintient plus aucune vue ni aucune doctrine. Soutra de la vérité absolue extrait des « chants du cœur » Thich Nhat Hanh

 

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 09:36

Désirant être heureux et être traité justement, nous avons l’impression que nous maitrisons ou devrions maitriser tout ce qui nous arrive. Mais le fait est que notre pouvoir est limité. Au niveau élémentaire, bien que nous puissions commander certaines fonctions de notre corps, la plupart d’entre elles ne sont pas sous notre contrôle. 0130204916DVB-TFrance-5.jpgNous vieillissons, tombons malades et mourrons sans l’avoir choisi. De même, nous avons peu de contrôle sur notre esprit. 5 mn passées à essayer de nous concentrer sur notre respiration nous révèlent vite que notre esprit vagabonde de ci et de là, et que notre autorité sur lui est très restreinte. Si nous ne pouvons maitriser les éléments les plus fondamentaux de ce que nous vivons, notre corps et notre esprit, comment donc nous serait il possible de commander à ce que disent et font d’autres personnes ? Et pourtant nous, nous pensons à tort que nous devrions en être capables.

Elever un enfant montre très bien que nous avons la capacité d’influencer mais non de maitriser une autre personne. Tous les parents font ce qu’ils peuvent pour que leur enfant se règle sur des valeurs saines, ait un caractère gai et un comportement qui lui permette de bien s’entendre avec les autres. Mais les enfants n’appartiennent pas aux parents. L’idée préconçue selon laquelle nous devrions pouvoir contrôler les autres s’avère manifestement fausse

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2010 1 25 /10 /octobre /2010 09:36

…en cette nouvelle lune. Pour s’accepter soi même, accepter que notre véritable nature ne soit pas un idéal auquel nous devons aspirer. La pratique de la méditation n’a pas pour but de nous rejeter nous même et de devenir meilleur. Son objet est de nous lier d’amitié avec la personne que nous sommes déjà. Il ne s’agit pas de se défaire du moi, mais plutôt de commencer à pema4.jpgs’intéresser à soi-même, de faire des recherches et d’être curieux à son propre sujet. Alors que fuir le moment présent c’est éviter d’être présent : être simplement là tel que nous sommes, ce sont les mila-film.jpgprincipales découvertes que permet la méditation. La méditation est un processus de détente ou l’on fait confiance à ce qui est fondamentalement bon dans ce que nous avons, chez la personne que nous sommes et de prendre conscience que la sagesse existe au sein de ce que nous avons déjà. Lorsque nous méditons, nous explorons tout simplement l’humanité et la totalité de la création sous notre propre forme. Les êtres de sagesse qui nous ont donné ces précieux enseignements ont eu leur propre cheminement, la lignée karma kagyu était surnommée « la lignée de la mésaventure » : Tilopa était fou à lier, complètement déchainé, Naropa son principal disciple, tellement conceptuel et intellectuel qu’il lui a fallut 12 années pour commencer à s’éveiller, Marpa était renommé pour son très sale caractère et Milarepa  voir article : Mais au fait, qui est Milarepa ? , « Milarépa : La Voie du Bonheur » un meurtrier, Gampopa son disciple un arrogant et le karmapa extrêmement laid !

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 09:32

2010-10-24_084618.pngmoines ou laïques dont le but est la diminution de la souffrance, trouver une solution et être utile de façon durable à tout être. Le bouddhisme, qui n’a pas le monopole de la sagesse mais juste un partage de sagesse intérieure, est basé sur l’interdépendance, l’observation simple selon laquelle nous sommes tous reliés. Karma veut dire action dans un bonheur qui se veut à long terme. Pour que la motivation reste pure 2 obstacles sont à éliminer : le ressentiment ou esprit de revanche et le mal être, l’état de manque qui nous fait rechercher le profit par convoitise. Beaucoup trop de dirigeants d’organisations caritatives so2010-10-24_100319.pngnt dans cette recherche de pouvoirs dans la défense de territoires, de manipulations en écartant certains ou de satisfactions en fin de compte très personnelles. Il y a l’histoire de cette mendiante au temps du Bouddha qui n’a pu qu’offrir une lampe à beurre parmi de riches offrandes en faisant le vœu suivant « Puisse les ténèbres de l’ignorance s’éclairer », sa lampe éclaire encore alimentée par sa pure motivation. Réfléchir aussi comment pouvoir pardonner car c’est à nous que nous faisons le mal comme un cancer qui ronge 24h/24. Essayer de voir la souffrance derrière des paroles ou actions violentes pour développer la compassion, rester fort et stable malgré toutes les projections que cela peut soulever en nous. Garder l’esprit du débutant comme il est dit dans le zen, rester toujours le disciple de la vie, toujours chercher à écouter et ne jamais juger. Apprendre à être dans le contentement, la confiance naturellement, le bouddhisme est déjà engagé dans son sens même, pour que la vie ait un sens. revoir : ici  L’action dans l’engagement bouddhiste
Invité : Olivier Raurich  Sagesses bouddhistes se penche sur l’action des pratiquants qui se sentent de plus en plus interpellés par le besoin d’unifier leur vie quotidienne, leur engagement et leur pratique, partageant ainsi un désir sincère de participer à la diminution de toute forme de souffrance sur la planète.

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2010 3 20 /10 /octobre /2010 09:40

« Par violence j’appelle tout acte, tout comportement, toute parole ou attitude qui sera déposée contre son gré ou imposée par l’un des partenaires à son compagnon de vie et qui aura pour conséquence de le stabiliser, de l’humilier, de le meurtrir ou de le blesser dans l’un ou l’autre des registres suivants : physiqu0430210312DVB-TTF1.jpge, sexuel, économique, psychologique ou moral ». Voilà une belle définition de J Salomé, qui se distingue depuis plusieurs livres à non seulement pointer nos communications toxiques mais de tenter de trouver des issues simples. Dans ce livre très court, il pointe la violence, jeux de pouvoir, rapports de force, perversités banales ou plus graves, comme signe d’une impuissance, dans la difficulté à renoncer à l’illusion de la toute puissance infantile.

 « Ce qu’il y a d’extraordinaire dans les relations humaines, c’est qu’on peut toujours les faire évoluer. Qu’il est souvent vain de vouloir changer autrui, mais que nous pouvons toujours changer notre relation à autrui, en particulier en privilégiant la relation à soi-même. ».

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 09:47

...afin de réussir la pratique des 4 établissements de la pleine conscience ?

Lorsque le pratiquant inspirj-remy.JPGe ou expire tout en étant conscient de sa respiration et de tout son corps ou conscient qu’il calme tout son corps. Il s’établit alors dans la contemplation du corps avec application, en pleine conscience, comprenant clairement son état libre de tout attachement et de toute aversion pour cette vie.

Lorsque le pratiquant inspire ou expire tout en étant conscient de la joie et du bonheur, conscient de ses formations mentales, il s’établit dans l’observation des sensations dans les sensations…

Lorsque…tout en étant conscient de son esprit, en calmant son esprit, en rassemblant son esprit dans la concentration, il s’établit dans l’observation de l’esprit dans l’esprit…

Lorsque…tout en contemplant la nature de l’impermanence de tout phénomène, la nature de toute chose qui ne mérite ni désir ni attachement, la nature de non naissance et de non mort de toute chose ou le lâcher prise, à ce moment là il s’établit  dans la contemplation des objets de l’esprit dans les objets de l’esprit…

Soutra extrait des « chants du cœur » Thich Nhat Hanh    Photo de J Remy

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 09:35

Celui qui a mis fin à toute souffranc0501212654DVB-TFrance-5.jpge, qui a détruit toute affliction, déposé tout fardeau et atteint la compréhension et l’émancipation. Celui qui a tranché les 5 1ers liens : l’attachement au corps, doute, attachement aux préceptes, avidité et colère, qui a réalisé le fruit du non retour et ainsi ne retournera plus dans le cycle des naissances et des morts. Celui qui s’est libéré du domaine grossier des afflictions comme l’avidité, la colère et l’ignorance et qui se dirige vers l’état d’éveil, celui qui pratique les 4 établissements de la pleine conscience, celui qui pratique les 4 efforts justes, les 4 pouvoirs acquis grâce à la volition, à l’esprit, à la diligence et à la contemplation, les 5 facultés : foi, diligence, pleine conscience, concentration et vision profonde, les 5 énergies qui en découlent, les 7 facteurs d’éveil : pleine conscience, investigation des dharmas, diligence, joie, légèreté, concentration et équanimité ou le noble chemin octuple : vue juste, pensée juste, parole juste, action juste, moyens d’existence justes, effort juste, pleine conscience juste et concentration juste. Celui qui pratique la bonté aimante ou la compassion, celui qui pratique la joie ou la non discrimination, les 9 contemplations liées aux étapes de décomposition d’un corps humain ou la contemplation sur l’impermanence. Celui qui commence par la pleine conscience de la respirationSoutra extrait des « chants du cœur » Thich Nhat Hanh

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 09:47

C’est un ensemble de textes recueillis depuis une trentaine d'années du Tibmatt.pnget, Népal, Bhoutan, Inde et traduit, ce qui lui a permis de les étudier pour les rassembler en cheminement et nous les propos1017084408DVB-TFrance-2.jpger telle une offrande. Textes d’une profondeur et unité en conseils du cœur, anciens : de Padmasambhava à Kanghour Rimpoché, Dilgo Kintsé Rimpoché un de ses maitres dont il a pu recevoir de façon directe ses enseignements et d’autres maitres plus récents, certains textes sont même des transcriptions d’enseignements oraux. Ils sont chacun en complémentarité pour offrir selon différents éclairages toutes les instructions pour le cheminement. Le plus beau cadeau que peuvent-nous offrir ces êtres de qualité de leur présence et sagesse est de nous révéler la nature de notre esprit, notre présence éveillée et liberté intérieure. Afin d’éviter 1017084424DVB-TFrance-2.jpg« que la moindre étincelle embrase la forêt de notre esprit par la colère et la haine », ce qui entretient la confusion mentale, chercher d’où vient ce Moi, sa localisation, couleur, forme etc… Comme les pensées passées sont mortes, celles à venir ne sont pas nées et celles du présent sont insaisissables, le Moi ne peut être une entité autonome mais un flot continu d’expériences. Ce sont donc autant de conseils percutants sans équivoque pour traquer nos fautes « la bonté est aussi d’être sans merci pour l’ego », aucun ménagement même et surtout par rapport à notre bricolage interne sur notre chemin spirituel. Ils forment un ensemble pour progresser comme les 2 ailes d’un oiseau avec la sagesse pour reconnaitre la réalité profonde et la compassion qui est l’amour altruiste. Les causes de la souffrance sont aussi nos toxines mentales, notre ignorance fondamentale. Revoir : ici

Partager cet article
Repost0