Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 09:32

... Et pourtant, gravons-les dans nos mémoires ! Si nous sommes capables de les accepter, nous aurons l’opportunité de purifier notre esprit, de cultiver la vertu, de mener une vie d’ermite, siege.jpgd’exercer notre esprit et de mettre fin à tout tumulte futile. Si nous désirons comprendre parfaitement la source et la vérité des choses, frappons à la porte des maitres expérimentés, vivons auprès des amis sages et n’ayons de cesse d’apprendre d’eux. Les enseignements de l’école de la méditation sont très difficiles à saisir. Investissons nous totalement, corps et esprit, sans compromis, afin d’y accéder. Il nous amène à comprendre que tous les phénomènes en nous et autour de nous sont dépourvus d’une existence véritable, ils ne sont que des désignations conventionnelles et des constructions mentales. En comprenant cela, notre esprit ne poursuivra plus les objets de la perception. Comment ces objets pourraient ils lier notre esprit alors que ce dernier ne les poursuit plus ? Nous laisserons ainsi les phénomènes se manifester naturellement, tels qu’ils sont, sans nous laisser enfermer par des idées de permanence ou d’annihilation. Nos oreilles continueront d’entendre et nos yeux de voir. Les sons et les formes continueront de se manifester. Mais notre esprit sera libre et tranquille dans toutes ses fonctions, aussi bien dans la dimension historique que dans la dimension ultime. Pratiquons sans relâche de tout notre cœur Maitre Guishan

 

Partager cet article
Repost0
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 09:23

ou perceptions enfantines de notre inconscent ou cerveau émotionnel :

Si vous vous sentez mal aimé(e), en manque de créativité, en manque d’élan de vie. Si vous attendez tout des autres et que vous rejetez sans cesse la faute sur votre entourage. Si vous êtes trop timide, si vous avez peur de tout et vous sentez en permanence insécurité, si vous manquez d’autonomie et avez besoin des autres dans tous les domaines de votre vie.0219222017DVB-TFrance-5.jpg Si vous vous sentez emprisonné dans votre propre foyer, si vous vous sentez être une victime dans votre vie. Si vous avez peur de vous mettre en avant, de parler en public et si, par la même occasion, vous critiquez tous ceux qui se mettent en avant. Si vous vous lamentez sur la « chance » des autres et votre « malchance » personnelle. Si vous êtes fainéant et que vous procrastinez. Si vous avez besoin d’attirer les autres en niant votre propre bien-être pour obtenir de l’amour ou de l’attention. Si vous vous mettez en colère rapidement quand vous n’obtenez pas facilement ce que vous voulez ou que vous faites des crises de nerf, si vous boudez pour parvenir à vos fins. Si vous avez subi des traumatismes quand vous étiez enfants. Si vous avez envie de mourir ou si vous avez déjà fait des tentatives de suicide.

En somatisation : Si vous avez des envies récurrentes de vomir sans cause médicale Si vous souffrez d’anorexie ou de boulimie Si vous souffrez de troubles de la vue ou de l’audition allant jusqu’à la cécité ou surdité  Si vous souffrez de psoriasis, eczémas, infections de la peau, de problèmes respiratoires récurrents et qu’aucun traitement médical ne vous en sorte.

Patricia D'angeli "Guerir vos blessures intérieures"

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 09:30

Juste un groupe d’humains vivant sur cette planète, chacun de ses habitants souffre d’une blessure principale et de blessures secondaires, qui le pousse dans de bons ou mauvais comportements, envers lui-même et les autres. La valeur d’un individu est bien souvent reconnue en fonction de son aptitude à répondre au besoin de l’aFrance-3-2008-11-14-12-50-37h.jpgutre. Et comme la vie est bien faite, nous sommes attirés par l’être qui nous est complémentaire, par celui ou celle qui porte la blessure susceptible de répondre à la notre. Quelles que soient les blessures que nous portons, nous sommes attirés en « résonnance » par un partenaire capable de les réveiller. Ainsi il ne pourrait pas y avoir de victime sans bourreau, et pas plus de bourreau sans victime. Tout le monde s’entraide, d’une certaine façon, une entraide morbide, certes, mais tout de même une entraide. Pour être vraiment coupable, il faudrait être conscient de ses blessures et les utiliser volontairement pour faire le mal, nous sommes tous des enfants victimes de nos blessures. Nous avons les qualités de nos défauts et les défauts de nos qualités, nous sommes à la fois porteur du pire et du meilleur. Nous naissons incomplets, ignorants et nous vivons une 1ère partie de notre vie dans l’illusion, nous quittons symboliquement le giron maternel à partir du moment ou nous cessons de croire que les autres sont responsables de nos malheurs. En effet tant que nous nous rendons pas compte que tout est en nous et que nous sommes responsables de notre vie, nous ne pouvons pas envisager de changer notre vie. 

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2010 7 10 /10 /octobre /2010 09:31

 

"Quand nous res1010084404DVB-TFrance-2.jpgsentons du bon­heur, nous voyons que c’est incertain ; quand nous ressentons de la souffrance, nous voyons que c’est incertain; nous pensons qu’il serait bien d’aller quelque part puis nous réalisons que c’est incertain ; 1010084437DVB-TFrance-2.jpgnous croyons qu’il serait bien de rester où nous sommes puis nous réalisons que c’est incertain aussi. Nous voyons que tout, absolument tout est incertain et, à partir de là, nous vivrons en paix. Nous pourrons rester où nous sommes et être bien ou partir ailleurs et être également bien." Ajahn Chah

 Invitée : la Vénérable Ajahn Sundara (monastère Amaravati, Grande-Bretagne) : ici nous parle de la place des moniales dans le bouddhisme Theravada, ou "Petit véhicule", qui est la tradition monastique du bouddhisme d’origine et couvre principalement l’Asie du Sud- Est. Beaucoup ne possèdent pas le même statut que les moines et cherchent à faire évoluer leurs situations et conditions de nonnes, ce qui ne fait que reproduire la place de la femme dans ces sociétés comme au temps du bouddha où les nonnes devaient avoir 311 règles contre 217 pour les hommes.


Partager cet article
Repost0
6 octobre 2010 3 06 /10 /octobre /2010 09:30

... mentale ou spirituelle. C’est un processus psycho-physiologique complexe, interactif et multidimensionnel faisant intervenir xsieurs éléments : l’engagement dans une pratique,

l’utilisation de techniques spécifiques basées sur la respiration, le corps,

l’activation d’un type d’attention,

l’implication d’une relaxation musculaire et physiologique, plume.jpg

la mise en pratique d’un état auto-induit et

l’observation directe ou indirecte des états mentaux.

La pleine conscience est un processus de régulation de l’attention afin d’amener une qualité de conscience non élaboratrice à l’expérience présente et une qualité de relation à l’expérience avec une orientation de curiosité, d’ouverture et d’acceptation sans jugement.

Claude Berghmans, cyril tarquinio "comprendre et pratiquer les nouvelles psychothérapies".

Thich Nhat Hanh maitre zen œuvrant pour la paix et la non violence : vivre en pleine conscience, c’est garder sa conscience vivante et attentive à la réalité du moment. C’est le miracle qui permet de se régénérer et de se maitriser.

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:32

De…Eric Rohmer…1996 et 3ème volet des « contes des 4 saisons », spécialiste du marivaudage verbal mais tellement si vrai ! 18460539.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20051124_033130.jpg

Gaspard ne sait pas trop ce qu’il veut et qui il veut, si lui ne sait pas, les jolies filles qu’ils rencontrent vont alors prendre les décisions pour lui et ne plus lui laisser le choix. Entre l’ingénue qui lui dit être une amie en l’écoutant épancher ses tergiversations, la belle capricieuse d’humeur changeante qui l’encense et ensuite l’éconduit et pour finir une belle sirène à la voix de flibustière. Gaspard est bien embété, lui, il voudrait bien, mais pour elles, cela devient compliqué et comment jongler avec l’amie-amie, l’amie un peu plus et l’amoureuse qu'il ne situe plus non  plus. A trop vouloir tergiverser avec les enjoleuses sur un hypothétique voyage à Ouessant, eh oui l’attrait de l’ensorceleuse pointe bretonne, Gaspard finit par plier bagage et court ailleurs à la poursuite cette fois de sa chère musique qui elle, a toujours suivi le cours de son histoire. La morale de l’histoire ? Une histoire de cordes musicales trop tendues ou pas assez…

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 09:36

 

Ce qu’affiche joyeusement les yeux rieurs

D’un élégant qui à vous, dissimule ses pleursphotos-056.jpg

Ce n’est pas qu’il nage dans le bonheur

Ce n’est pas qu’il n’ait plus de rancœurs

Il a comme vous les larmes au bord du cœur

Comme vous il est rempli de plein de peurs

Il a la délicatesse de taire ses malheurs

Quand d’autres de peu vous écœurent

Bonne humeur, yeux rieurs, bonheur, cœur

Contre, rancœurs, peurs, malheurs, pleurs

Il vous entraine peu à peu de mots joyeux

A ce que vos yeux deviennent lumineux

Et comme ce je à je est peu à peu contagieux

Reste à se prendre au jeu et perdre son sérieux.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2010 7 03 /10 /octobre /2010 09:34

Ou son impact concret dans toutes nos actions par l’abbé Frédérico Procopio, zen coréen, ancien moine bé1003084509DVB-TFrance-2.jpgnédictin, revoir : ici . La posture en elle-même est le retour à une expérience originelle du bouddha, dans la symbolique de redevenir une montagne innébranlable, une base large comme une pyramide pour nous enraciner sur le coussin, dans la vie, les yeux ouverts sur la réalité. Ce qui permet de ne plus seulement fonctionner avec le cerveau frontal, mental, mais aussi avec l’hypothalamus, pour qu’il n’y ait plus de différence entre la pratique et l’objectif, pour ne rien en attendre et en éliminer l’attachement. Dans un ici et maintenant avec un regard sur nous même et sur l’univers dans son ensemble à la recherche de son vrai visage au lieu de vivre toujours à l’extérieur. C’est un cheminement pour s’observer, se percevoir, s’accepter, s’atteindre pour se révéler, car dans les activités de l’extérieur même les gestes les plus généreux vont être déséquilibrés si nous nous connaissons pas d’abord. Nous arrivons ainsi à la compréhension profonde dans un changement silencieux de notre1003084452DVB-TFrance-2.jpg vision, en reconnaissant l’impermanence, nous sommes le produit de milliards d’instants qui donnent l’illusion d’une continuité, à chaque instant tout est neuf dans notre propre mouvement cellulaire. Entre moi et l’univers il n’y a plus de différence, je dois m’aimer, me comprendre profondément pour pouvoir accepter l’extérieur. Quand on parle de « dukka », c’est un terme qui va plus loin que la souffrance puisque il traduit notre sentiment d’incomplétude, nous sommes habituellement dans un manque à combler. Dans le sutra de Vimalakirti, la souffrance est dite comme notre manque de liberté, les entraves de nos pensées, perceptions, émotions, la méditation ce n’est pas fuir l’existence mais au contraire s’y enraciner, c’est une voie d’expérience de soi, des phénomènes, de l’univers. Zazen est faire l’expérience de la réalité juste sans être dans les projections de nos attentes ou les souvenirs de nos pensées : « s’ assoir sur un coussin c’est rebondir comme un dragon », rien n’est ni beau ni mauvais : mais juste.

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:22

36°/° de nos jeunes vont en cours la boule au ventre, 30°/° n’aiment pas l’école, 54°/°ont le sentiment d’échec, 25°/° sortent du primaire sans savoir lire, 68,9°/° ne comprennent pas les consignes données. Voilà que la France joue les mauvais élèves 22ème sur 25 tout juste après le Japon en terme de qualité  et bien être. Alors avant qu’ils ne se fassent tous hara kiri juste là où ils ont la boule au ventre, l’éducation nationale n’a plus qu’à revoir sa copie et appeler le SAMU de la Réforme pour sortir des pansements des réformettes à chaque passage de ministrettes (c’est pour la rime (!)). Ce ne sont pas nos jeunes en cause, ni nos enseignants mais un système à revoir pour leur permettre d’être eux-mêmes les auteurs de leurs apprentissages, d’adapter les mécanismes aux objectifs.1116204732DVB-TARTE.jpg

Il est temps de « donner la confiance plutôt que la ségrégation et la différence » JJ Ruffo pédopsychiatre, à l’école de la performance et de la compétition, les laissés pour compte ne se comptent plus. Peut être qu’on devrait aussi arrêter d’enchainer les messages de ségrégation et de compétition au niveau national….

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:31

 

 

Vents de préférence en provenance d’outre manche

aix.png

Balayant les pavés délavés de ses ruelles en pente

Photographiant sous tous ses angles les monuments

Coincés entre les marchands d’huile et de savons

L’atelier de Cézanne, quartier, musée,  maison…

Parcourant de haut en bas inlassablement

Ses places gorgées des terrasses bruyantes

Provence qui met l’accent sur providence.

 

Partager cet article
Repost0