Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2010 1 15 /03 /mars /2010 10:28
0828133311DVB-TFrance 2
Partager cet article
Repost0
14 mars 2010 7 14 /03 /mars /2010 10:43

0314084508DVB-TFrance 2A l’inverse l’intolérance nous a conduit dans notre histoire à des épisodes dramatiques, des tragédies en condamnant l’autre dans la haine et l’exclusion, en se plaçant en être supérieur. Sous couvert de dogmes de théories pseudo-scientifiques dans l’exemple de Staline, du n0314084438DVB-TFrance 2azisme, cela a laissé libre cours à une gr0314084451DVB-TFrance-2.jpgande cruauté. Alors que la tolérance se place en respect de tous les êtres, dont la nature parfaite est l’amour et la sagesse. On peut par malentendu accuser de faiblesse, d’indifférence le bouddhisme qui ne prône aucun dogme, aucun prosélytisme, conversion des autres, mais recommande de ne jamais supporter qu’autrui ne souffre sans agir. Ce qui ne va pas sans fermeté comme le comportement à avoir avec un ado agressif, ne pas le tolérer non par haine, avec l’idée de casser l’autre, de l’exclure, mais agir par amour, comprendre ses blessures. Comprendre que le plus grand obstacle ce sont nos vues erronées, déjà en se réconciliant avec soi même, d’abord guérir en soi. Comprendre que la personne qui lève le bâton est elle-même victime, Shantideva IX ème siècle nous dit de regarder l’origine du mal que sont notre ignorance et nos négativités, notre vraie tâche est de les dissiper. Pour Gandhi, le vrai ennemi n’étant pas les anglais mais l’alcoolisme et l’ignorance. Réfléchir au bienfait de l’altruisme, de l’interdépendance, nous avons tout intérêt à ce que l’autre soit heureux, dans un conflit le souhaiter pour le faire cesser comme par alchimie. Pour cela développer la sérénité, le contentement, le fait d’être soi même en paix, développer la sagesse du discernement et l’altruisme, amour et compassion.

Avec Olivier Raurich, tradition rigpa, revoir l’émission : ici

Partager cet article
Repost0
12 mars 2010 5 12 /03 /mars /2010 10:49
don.JPG

Quel est celui de nos gestes dont on peut dire qu'il relève véritablement du don ? Quand agissons-nous sans escompter les dividendes de nos actes ? Le don figure l'absence de rétribution, l'absence de calcul, la gratuité...Est -ce une utopie du quotidien, un geste réellement désintéressé, qui n’aurait pas à voir avec la bonne conscience ? Car l’intérêt se loge en apparence dans les gestes les plus désintéressés, pour un don qui serait sans prix. Il est simple à faire mais difficile à penser, dans la définition même une certaine ambigüité dans la chose qu’on donne et l’acte de donner à quelqu’un car on ne peut pas dissocier les deux. Ce serait une recherche de reconnaissance selon Paul Ricoeur avec l’ex de la théâtralisation du don du sang à Hambourg ou le retour social est là largement établi, celui qui donne y trouverait son intérêt. Pour F Nietzsche, cela relèverait même d’un certain abus de pouvoir, une recherche de soumission sur celui que l’on prétend secourir. Autre définition : abandon dans une intention libérale, la qualité du don dépend donc de l’intention, est-ce renoncer à quelque chose ou donner par sur-abondance et non par manque, se pose le don de la marchandise comme valeur d’usage, valeur d’échange. Aristote « Ethique à Nicomaque » fait la différence entre le don d’amour, d’amitié et l’hospitalité, la différence entre l’agapé, amour chrétien, charité et eros, et se pose la question de la bonne mesure. Soren Kierkegaard « œuvres de l’amour » émet le commandement d’aimer son prochain comme soi même, car l’amour de l’autre repose sur un amour de soi. Pour Henri Bergson « l’évolution créatrice » en signification symbolique, pour allumer des foyers de générosité, une communauté peut se construire à partir d’un acte de charité. Marcel Mauss « essai sur le don » cela induit un système social dans une visée méta-éthique dans l’étude des tribus et de la valeur des cadeaux. P Ricoeur se concentre sur le geste qui symbolise une relation sociale, il l’établit en la signifiant. La qualité du don dépend aussi de l’aptitude à recevoir, pour Jacques Derrida, il s’avère impossible, impensable de donner dans une intention purement libérale. Cela ressemble à l'impossibilité de l'amour selon Lacan, revoir :  « L’amour c’est ce que l’on n’a pas, et que l’on veut donner à qqu’un qui n’en veut pas »

Partager cet article
Repost0
11 mars 2010 4 11 /03 /mars /2010 10:35

et ressemble au dernier film avec Chiara Mastroianni : « Non ma fille tu n’iras pas danser » Chiara.jpg, encore une histoire de frères, soeur, père, mère. Avec une mère si peu maternelle et un père ici plus présent, peut être ce qui fait encore tenir  une liaison de ses membres. Maman donc fait une maladie dégénérative et il lui faut un donneur compatible, ce qui est le Prétexte en bouée de sauvetage pour elle de réunir tous ses enfants dont le pestiféré, compatible, que la soeur avait réussi à bannir, en payant ses dettes, des réunions familiales. Il faut dire qu'en tant que mal aimé de maman qui avait un faible pour soeur, tous les ingrédients sont réunis pour une ambiance familiale chauffée, avec les autres de la fratrie qui font  plus diversion . Le fils de soeur est schizo et lui aussi compatible, repas familiaux assez mouvementés qui se terminent en bagarre, car le dit frère manie très bien la langue acerbe. On joue au jeu de la vérité sans en assumer vraiment les retombées, souffrance silencieuse et larmoyante contre gesticulations philosophiques. Maman dans tout ça est très classe, jouée par une Catherine Deneuve qui excelle en lave refroidissante et distanciation maladroite de sa propre souffrance, et puis Mathieu Amalric est excellent à tarter. Cela fait encore réfléchir sur les liens familiaux, sur les emprisonnements, les séquelles laissées dans la fratrie, l’impossibilité à communiquer dans des rapports faits de rancœur, jalousies, haines, revanches plus ou moins larvées. La question à se poser pourquoi faut il insister à se revoir, se faire souffrir quand les liens sont à ce point dégradés ? Pour la conclusion merci de la donner car je n'ai pu voir la fin, arrêt malencontreux au bout d'1H 16 de vision.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2010 2 09 /03 /mars /2010 10:31

Juste pour ne pas oublier que le pays avec lequel nos régions multiplient les éch 0218131147DVB-TFrance 2anges en vue de marchés prometteurs n'est pas une démocratie...

Il y a même des déclarations dans certaine ville de la pointe ouest, pour ne pas la citer, ou l'on n'hésite pas à déclarer que la Chine sort le Tibet d'un régime féodal (!) Quand la politique ressemble à la cour de maternelle . Manifestation nationale de solidarité avec le Tibet. Le mercredi 10 mars 2010 à 15h au Trocadéro à Paris. — - Une marche de protestation vers l’Ambassade de "la République populaire de Chine" avant de se diriger vers le Mur de la paix au Champ de Mars. Le Tibet marquera le 51ème anniversaire du soulèvement national contre l’occupation chinoise du Tibet et cette année correspond aussi à 60 ans d’invasion chinoise sur le sol du territoire tibétain, suite à la guerre d’agression contre l’Etat.

Partager cet article
Repost0
8 mars 2010 1 08 /03 /mars /2010 10:37

  Dans ce monde de ...! A condition que sous prétexte de parité en politique, elles ne fassent pas monter leur taux de testostérone pour les égaler en jeux de pouvoir. Elles ne seraient pas dignes des combats de coqs auxquels nous sommes tenus d’assister dans ces tristes arrières cours de basses basses-cours. Rappelons qu'en matière d'exclusion elles sont les mieux placées, 80% dans les smicards, 80% dans le travail précaire, voir :  Le monde des invi0817132156DVB-TFrance 2sibles, la masse noire des précaires et 30% de salaire en moins à travail égal. Ca laisse rêveur...D'autant que la crise n'arrange pas les choses ! Rien que le fait qu'une journée leur soit dédiée est symptomatique d'une société, est ce encore une utopie de plus alors que celles qui s’élancent dans l’arène reçoivent encore basses insultes machistes et coups bas de rivales. « L’égalité des femmes sera significative le jour ou elles occuperont des postes avec moindre compétences… ». Saluons les mères courage qui ailleurs rêvent aussi d'un monde meilleur. On les encourage sur ce blog : La libération des femmes s’avère plus celle des hommes dédouanés de leurs responsabilités

  Elisabeth Badinter sort du conflit la femme et la mère

Partager cet article
Repost0
5 mars 2010 5 05 /03 /mars /2010 10:40

…et témoin de la discordance irréductible entre ce qu’un homme attend d’une femme et une femme d’un homme, ce qui est vrai aussi entre 2 hommes, cela relève d’un discord : 2 corps d’emblée, séparés. Dans une solitude avec l’autre, les autres, via le langage, langue commune à tous qui atteste de ce discord et en même temps tente d’y pallier alors  que le réel échappe selon Lacan aux mots. L’homme et la femme n’ont pas la 1127134059DVB-TFrance-2.jpgcapacité de parler de la même façon, dans une société du patriarcat, il y a prévalence de la fonction du père dont il faut nomination par le langage dans une modalité collective. L’homme dit « c’est ça » en même temps en passant par la parole il perd ce qu’il décrit, alors que la femme par la modalité collective dont elle hérite dit « ce n’est pas ça », son dire inclue cette négativité. Depuis avec l’histoire nous avons eu Tocqueville  pour l’égalité des conditions qui met à mal la prévalence du père et qui avec l’émergence de la modernité met à nu ce subterfuge langagier. Dans une ère actuelle de post modernité accomplie d’égalité effective démocratique, la verbialité grecque procède d’une inégalité langagière. 2 logiques qui se retrouvent contradictoires par la contrainte de la structure du langage, la femme doit passer par un autre pour arriver à sa part d’ombre. Dissymétrie par la parole, qui ne remplit plus sa fonction de distanciation et l’on aboutit alors à une confrontation plus violente.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2010 4 04 /03 /mars /2010 10:35

L’amour se distingue du désir, considéré comme la relation limite qui s’établit de tout organisme à l’objet qui le satisfait. Car sa visée n’est pas de satisfaction, mais d’être. C’est pourquoi on ne peut parler d’amour que là où la relation symbolique existe comme telle. C’est dans la dimension de l’être que se situe la tripartition du symbolique de l’imaginaire et du réel, catégories élémentaires sans lesquelles nous ne pouvons rien distinguer dans notre expérience. 0222124752DVB-TFrance-3_1.jpg

Faisant don de son être, l’otre donnerait certes ce qu’il n’a pas. Quand au désir, il « abolit la dimension de l’autre », l’otre n’est désiré qu’en devenant « totalement objet », il « comporte la destruction de l’otre », « nie l’élément d’altérité qui est inclus dans la demande d’amour ».

Pour Freud, l’amour au sens du désir d’être aimé est essentiellement tentative de capture de l’autre dans soi même objet, pris en tant qu’objet.

Lacan parle du pacte, point de focalisation entre amour, haine et ignorance dans les passions de l’être : la relation objectale doit toujours se soumettre au cadre narcissique et s’y inscrire, on aime narcissiquement son propre moi idéalisé.

Il n’y aurait pas d’amour fonctionnellement réalisable dans la communauté humaine si ce n’est par l’intermédiaire d’un certain pacte.

D’où la célèbre formule citée en titre « l’amour c’est ce que l’on n’a pas, et que l’on veut donner à qqu’un qui n’en veut pas ».

« L’amour Lacan » Jean Allouch prudent et volumineux livre

Partager cet article
Repost0
2 mars 2010 2 02 /03 /mars /2010 10:42

Penser que les catastrophes se passent chez les plus exposés,images3-2454.JPG

Jamais on ne pourrait imaginer que cela puisse nous arriver.

Drôles d’heures, de jours, de mois, d’années à thésauriser

Pour voir le fruit d’une vie en quelques secondes s’envoler

Pourquoi sur 4 murs et des bouts de bois vouloir tout placer

Est-ce l’or ou le mouchoir qui nous permet de nous moucher ?

Quand on finit surpris par ne plus pouvoir que constater.

Coulées de boue, incendies, pillages, tremblements de terre

Ce qui nous a appartenus beaux objets s’en sont allés.

Quelles sont les valeurs refuges qui peuvent se multiplier

Quels meilleurs placements que l’amour et la solidarité

Quand on se retrouve nu sans savoir sur qui compter.

Photo prise à Quimper: humour dans le défilé

 

Partager cet article
Repost0
1 mars 2010 1 01 /03 /mars /2010 10:53

A de multiples raisons d’être habile.milarepa.jpg

Comme il appartient à une succession bénie,

Il reçut la virtuosité de cet héritage.

Il reçut l’art du Lama-racine à l’amour infini,

Celui qui détient la totalité des instructions,

Il reçut l’habileté de Marpa le Traducteur.

Il reçut l’agilité de la vue

Qui transcende l’intellect et ses limites ;

Il eut dés l’origine l’art de la pureté.

Quand il s’est détaché serein, des constructions mentales,

Il eut la virtuosité de la méditation

Méditant toutes les influences mêlées,

Il connut l’habileté de l’expérience pratique,

L’amitié de chaque manifestation

Et reçut celle de la grande luminosité.

Revoir : 4ème lune…Mais au fait, qui est Milarepa ?

Partager cet article
Repost0