Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juillet 2009 5 03 /07 /juillet /2009 09:36

Henri Bergson « Nous ne voyons pas les choses mais les étiquettes », les images sont biaisées par le besoin ou l’idée que l’on s’en fait, d’où le statut ambivalent de l’image plus qu’une représentation, une interprétation. A mi chemin entre le réel et la représentation, entre l’abstrait et le concret, dans cet intermédiaire de ce que nous voulons y voir : l’image devient image quand sa matière disparait.

L’image est le pendant de la faculté empirique de l’imagination. Pour R Magritte : la tentative de l’impossible, Louis Marin oppose une image transparente à opacifiée et V Jankélévitch parle d’organe-obstacle. Quand à l’image religieuse c’est de rendre présent ce qui est absent. Ce que montre l’image c’est aussi ce qu’elle dissimule, pour R Barthe dans « les fragments d’un discours amoureux »: une dissimulation c’est aussi une façon d’exhiber qq chose,  M Proust nous prévient d’être attentif à ce que nous oublions de voir.

 

Revoir l’émission (cliquer ici)

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2009 4 02 /07 /juillet /2009 09:00













A travers la bruyère une longue pla
ge apparait    Et de l'autre côté de la pointe sauvage
Qqs surfers pour ces vagues réputé
es             Qqs criques bordées d'une mère iroise
Tant pis pour le danger                                           Tant pis pour le dénivelé



Une belle journée à crapahuter
Sous le soleil et vent léger

Dans ces lieux désertés
Tant pis s'il faut les mériter...
Partager cet article
Repost0
1 juillet 2009 3 01 /07 /juillet /2009 09:09

La vraie logique du bouddhisme, telle que le non-spécialiste que je suis la perçoit, me paraît être du côté du détachement, de l’absence de manque, et donc d’une expérience de plénitude. Nos contemporains aimeraient bien avoir accès à cette plénitude, mais à la condition de ne pas renoncer à tout ce qui les fait courir. Ils veulent avoir et le manque et la plénitude, ce qui est impossible. On ne peut pas avoir le beurre, l’argent du beurre et le sourire de la crémière, comme on dit familièrement. On ne peut pas avoir le manque et la plénitude, l’attachement et le détachement. Le bouddhisme, comme la plupart des écoles de sagesse, est avant tout une thérapie du désir, qui suppose tout un travail sur soi, et on se trompe lourdement en imaginant qu’on puisse être quitte avec un tel travail en faisant deux ou trois heures de yoga par semaine ou en lisant quelques bouquins spécialisés. Plus essentiellement encore, le bouddhisme est avant tout une tentative pour se libérer de l’ego, du moi qui est une pure illusion... 

Partager cet article
Repost0
30 juin 2009 2 30 /06 /juin /2009 08:54
Ma lecture du bouddhisme - dont je ne suis pas un spécialiste, mais sur lequel j’ai essayé de m’informer un peu sérieusement - est à l’opposé du nihilisme. Le Bouddha tente de nous faire comprendre comment on peut se libérer du manque, sans pour autant se libérer de ce que j’appelle le désir, disons de la puissance de vivre, La sagesse que je cherche est du côté de la vie, et non pas du côté de la mort. Si bien que le détachement est une espèce de conversion du désir, ce qui reviendrait à mourir.et cela dans la mesure même où le plus souvent nous ne savons désirer que ce qui nous manque - sur ce point, Platon a raison -, alors qu’au contraire la plénitude, qui est l’absence du manque, peut être vécue bien davantage dans le détachement. Si c’est le manque qui nous attache, il faut se libérer de cet attachement, donc du manque. Et pour ce faire, il s’agit non pas de supprimer tout désir, ce qui reviendrait à se suicider ou à tendre vers la mort, mais au contraire de convertir le désir pour obtenir qu’il ne soit plus dévoré par le manque, pour qu’il soit du côté de la puissance, de la jouissance, de l’action, de la joie - de la plénitude.

 

Extrait de Nouvelles clés, pour continuer sur : ""Est-il absurde de désirer l'impossible?", réponse du philosophe Raphaël Enthoven

Partager cet article
Repost0
29 juin 2009 1 29 /06 /juin /2009 08:53
Là-bas la destinée est toute tracée...Tout quitter se marier et travailler
Ou prendre les voeux, et du monastère d'à côté...travailler

Quelque fois tout risquer...Sur des chemins glacés et escarpés
Du Lhad
dak à Dharamsala...Pour entamer un autre travail.
Partager cet article
Repost0
27 juin 2009 6 27 /06 /juin /2009 23:00

L’art de vivre en pleine conscience, pratiqué au village des pruniers en Dordogne, communauté de 150 moines et moniales et 4000 retraitants chaque année.

Vivre comme une vague, touche en nous la substance de l’eau, prendre conscience de la vie en nous et autour de nous. Ramener l’esprit dans l’instant présent, s’établir dans la vie disponible profondément « je suis chez moi, je suis arrivé ». Comprendre ses souffrances, ses aspirations, qq chose en nous doit être lâché pour accéder à la joie, reconnaitre où j’en suis,  ce que je dois transformer. On ne peut pas aimer sans comprendre sa propre souffrance, comprendre celle de l’autre. Le changement passe par le cœur non par l’intellect seul pour changer les choses. Dans l’inspiration rechercher la paix, une détente, une relaxation, comme une sorte d’éveil. Les gens autour de nous ne savent pas qu’ils sont vivants, le passé est le fantôme qui les hante. Chercher le bouddha parmi les hommes et non dans les nuages, être une maille parmi les autres.

Le pouvoir, la richesse, la gloire ne sont pas les fondements du bonheur,  comprendre le fonctionnement de son esprit comme source de réflexion, de nourriture. « Je pense donc je suis » n’est pas logique, le « moi » n’est pas séparé de la pensée, qui n’est pas une mais une succession de pensées, d’instants, quand nous pensons nous sommes la pensée. Pour vivre dans une dimension d’ouverture, interdépendance, inter être.

 

Revoir l’émission (qd il sera en ligne) : ici

 

Partager cet article
Repost0
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 09:11
Extraits de commentaires sur l'article "on ne se déclare pas bouddhiste on l'est par..."
"C'est une belle voie" Witney
"Histoire de rectifier le mot religion qui pourrait avoir une connotation sectaire...Ce qui pourrrait être une bonne excuse  pour ne pas avoir à faire un réel travail sur soi, mêmes mécanismes de défense que connaissent bien les psys..."Sonam
http://lungtazen.wordpress.com/2009/05/04/le-bouddhisme-religion-ou-philosophie/
"Le côté "philosophie", "pratique sur soi" était la démarche de Sakkyamouni, et a sûrement du rester ainsi tant qu'il était vivant, mais en suite les croyances ont pris le dessus sur la pratique sur soi et c'est devenu une religion, même si cela reste une pratique personnelle ouverte sur le monde pour bcp. Quand on va dans les pays "d'origine" du bouddhisme en orient, c'est bien une religion avec ses croyances qui n'ont rien à envier à celles du catholicisme du début du siècle !!!" "Lung Ta
"C'est pourquoi se relayer à des maitres authentiques vous remet les idées en place, car la tentation très humaine de dévier les choses ou de se complaire dans les rituels pour les rituels, est encore un échappatoire à la vraie dimension du travail à faire...sur soi!!! Ce qui est génant dans le mot religion c'est le fait d'institutionnaliser les choses, de banaliser les pratiques et qu'elles perdent leur véritable sens, en fait ce qui est génant c'est encore la saisie, la recherche du pouvoir (cf révolution en France). A nous de ne pas tomber dans ces pièges et de garder l'esprit critique comme en tout d'ailleurs." Sonam
Pour le "maître" il me semble (mais je vais être iconoclaste ;) ) qu'il faut avoir une totale confiance et en même temps garder la capacité critique, car certains enseignants sont très marqués par leur contexte d'origine et véhiculent des croyances qui sont plus en lien avec le floklore que la liberté Lung Ta
"On peut avoir parfois l'impression qu'on n'est pas loin du culte à la personne, pas dans sa dimension absolue mais très humaine...Attention à la recherche fusionnelle! Plus dangereux que le gout du folklore ou de l'exotisme! "Sonam
Et merci à Witney et LungTa, ce qui permet une vraie réflexion...Qui peut se poursuivre!

Partager cet article
Repost0
24 juin 2009 3 24 /06 /juin /2009 09:03

  Par la justesse de ses pensées, paroles, actes petits et grands, dans un quotidien courant.

Le bouddhisme était une philosophie à l’origine avant d’avoir été considéré comme une religion, c’est selon l’angle sous lequel on l’appréhende. Il n’est ni un « prêt à penser » ni un « prêt à convertir » étant non fondé sur des croyances mais sur une compréhension née de la pratique comme une « voie de vie ». C’est une voie d’autoréalisation, morale, intellectuelle et spirituelle, menant à la libération complète et définitive du mental et des souffrances qu’il crée. Il ne s’agit pas là d’être pris en charge comme une « âme en peine » ou « égarée » mais de se tourner vers son intériorité pour se connaitre soi même et sortir de l’ignorance. Le savoir empirique et l’érudition ne suffisent pas si l’on suit des enseignements, seule la connaissance fondée sur l’expérience consciente permet d’atteindre les niveaux de conscience attendus. « Voir et comprendre », « fuir le mal, faire le bien et avant tout purifier l’esprit » sont les mots clefs du Dharmmapada.

D’après l’article du vén. Saddhânanda fondateur-responsable de l’Union des bouddhistes de langue française, laissé par Jean-Louis… Nous pensons à toi Jean-Louis…


Partager cet article
Repost0
23 juin 2009 2 23 /06 /juin /2009 09:39

Le cœur et l'esprit courageux : Ouvrir son cœur, son esprit, son expérience, s'ouvrir dans ce que l'on est et expérimente, demande le courage d'une attitude intrépide dans laquelle on fait un pas, ne serait-ce qu'un pas en avant dans l'inconnu. Dans le processus d'ouverture, il y a toujours ce pas dans l'inconnu. "Mais si je m'ouvre et je m'expose, qu'est-ce qui va se passer ? Comment vont-ils réagir ?" Nous avons l'habitude de vivre dans notre territoire, ce qui peut vouloir dire beaucoup de choses. Dans l'engagement du bodhisattva, Il y a dans celui-ci une con fiance : la confiance qu'il est possible et qu'il est bon de s'ouvrir, et que l'on peut faire le premier pas. "Est-ce que c'est lui ou est-ce que c'est moi qui dois faire le premier pas ?" C'est souvent un problème. Lorsqu'il y a une situation bloquée, l'ouverture consiste à faire le premier pas, cela demande du courage.

Cet esprit et ce cœur courageux sont le cœur-esprit d'un bodhisattva, le cœur-esprit éveillé, bodhicitta.

Mahayana, littéralement, signifie la "voie ouverte", la "voie de l'ouverture", la "grande voie", la "voie large". Large au sens où elle est largement ouverte, elle est ouverte à tous, elle est ouverte sur le monde, elle est ouverte à l'expérience. Le cœur du mahayana est l'ouverture, l'ouverture au monde, aux autres, et à soi-même.

Kiabjé Kalou Rimpoché

 

Partager cet article
Repost0
22 juin 2009 1 22 /06 /juin /2009 09:47

Chère Maman,

 Bien, me voici dans le Sud de la France dans un beau château. Il fait très beau, la nourriture est excellente, il y a beaucoup d’amis ici, je dors en moyenne quatre heures par nuit et j’ai fait 47.000 prosternations et…..

 Que dirions-nous à nos amis, nous autres laïques, à propos de ce mois qui vient de se passer ? Comment expliquer le manque de sommeil, les quinze heures d’assise par jour, la douleur, l’inconfort, la purification, les préceptes, toutes les activités ? Que dirions-nous de nos vacances dans le Sud de la France sans alcool, sans clubs, sans piscine, sans sexe ? Comment expliquer tout cela ?

 En un mot…. Rinpoché.

 Qui d’autre pourrait nous faire vivre cela ?

Qui d’autre pourrait nous aider à le comprendre et à l’endurer ?

Qui d’autre pourrait nous donner l’occasion de faire 100 millions de manis pour Sa Sainteté ?

Qui d’autre pourrait nous mettre un mois face-à-face avec notre égocentrisme ?

Qui d’autre pourrait nous aider à ouvrir notre cœur aux autres ?

Qui d’autre pourrait nous introduire à notre esprit et nous donner les moyens de le gérer ?

Qui d’autre pourrait nous inspirer et nous stimuler afin de pouvoir vraiment l’apprécier ?

Qui d’autre pourrait créer cette terre pure dans laquelle nous vivons ?

 En quatre mots… Kyapdjé Thoubtèn Zopa Rinpoché. 

Composée par Kay Cooper, Montserat Llobe et Gordon McDougall, à l’Institut Vajra Yogini, Juin 2009.

 

Revoir articles: Retraite de mani sur l'énergie de compassion , Quel est l'intérêt d'une telle retraite, les bénéfices ?

 

Merci à Séverine, ma voisine de coussin (important...), pour m'avoir envoyé ce texte!
Partager cet article
Repost0