Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 10:07

De plus en plus de psychiatres et de médecins font appel aux techniques de méditation pour aider les malades à vai1031084450DVB-TFrance-2.jpgncre les rechutes suite à une grave dépression, mieux supporter la douleur ou encore atteindre une forme de sérénité 1031084442DVB-TFrance-2.jpgen USP (unités de soins palliatifs). Ces pratiques, qui restent encore mineures dans les hôpitaux en France, prennent pourtant, depuis une dizaine d’années, une importance croissante comme le rappelle dans cette émission de Sagesses Bouddhistes : ici, le Dr Christophe André, psychiatre à Ste-Anne.

L’impact de ces techniques est réel dans les hôpitaux, l’approche médicale à l’étroit dans sa rigueur scientiste et emprise de culture judéo chrétienne se veut désormais plus humanisée et accepte que la guérison ne relève plus du miracle mais d’un nécessaire apprentissage tel que le préconise le Bouddhisme. Les expériences menées sur le cerveau indiquent bien l’effet de la méditation 0920084434DVB-TFrance-2.jpgmême sur un débutant  sur la partie avant gauche du cerveau, siège des émotions positives et sur le rythme gamma. La France n’a plus à rougir de son retard, rappelons que ces méthodes avec succès sont appliquées depuis une trentaine d’années aux USA par son pionnier John Khabat Zinn. Une médecine laïque ne relevant d’aucun courant philosophique, dans  l’application comme méthode de la pleine conscience : vivre simplement l’instant présent, la souffrance étant de ne pas accepter la réalité telle qu’elle est et de se perdre à courir dans ce qui va engranger encore plus de souffrance. Christophe André a pu assister aux rencontres de scientifiques, chacun pointu dans son domaine invité par le Dalaï Lama, une science empreinte de spiritualité permettant aussi à cette dernière de ne pas partir dans tous les sens. Reste les perspectives ou il sera nécessaire de former et d’évaluer les impacts de ces méthodes dans différentes applications. Revoir :  2ème volet pour une médecine de nos émotions ,Méditation et psychothérapie ,

Ateliers que je mets moi même en place depuis un certain nombre d'années, contact (en bas)

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2010 2 26 /10 /octobre /2010 09:36

Désirant être heureux et être traité justement, nous avons l’impression que nous maitrisons ou devrions maitriser tout ce qui nous arrive. Mais le fait est que notre pouvoir est limité. Au niveau élémentaire, bien que nous puissions commander certaines fonctions de notre corps, la plupart d’entre elles ne sont pas sous notre contrôle. 0130204916DVB-TFrance-5.jpgNous vieillissons, tombons malades et mourrons sans l’avoir choisi. De même, nous avons peu de contrôle sur notre esprit. 5 mn passées à essayer de nous concentrer sur notre respiration nous révèlent vite que notre esprit vagabonde de ci et de là, et que notre autorité sur lui est très restreinte. Si nous ne pouvons maitriser les éléments les plus fondamentaux de ce que nous vivons, notre corps et notre esprit, comment donc nous serait il possible de commander à ce que disent et font d’autres personnes ? Et pourtant nous, nous pensons à tort que nous devrions en être capables.

Elever un enfant montre très bien que nous avons la capacité d’influencer mais non de maitriser une autre personne. Tous les parents font ce qu’ils peuvent pour que leur enfant se règle sur des valeurs saines, ait un caractère gai et un comportement qui lui permette de bien s’entendre avec les autres. Mais les enfants n’appartiennent pas aux parents. L’idée préconçue selon laquelle nous devrions pouvoir contrôler les autres s’avère manifestement fausse

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 09:32

2010-10-24_084618.pngmoines ou laïques dont le but est la diminution de la souffrance, trouver une solution et être utile de façon durable à tout être. Le bouddhisme, qui n’a pas le monopole de la sagesse mais juste un partage de sagesse intérieure, est basé sur l’interdépendance, l’observation simple selon laquelle nous sommes tous reliés. Karma veut dire action dans un bonheur qui se veut à long terme. Pour que la motivation reste pure 2 obstacles sont à éliminer : le ressentiment ou esprit de revanche et le mal être, l’état de manque qui nous fait rechercher le profit par convoitise. Beaucoup trop de dirigeants d’organisations caritatives so2010-10-24_100319.pngnt dans cette recherche de pouvoirs dans la défense de territoires, de manipulations en écartant certains ou de satisfactions en fin de compte très personnelles. Il y a l’histoire de cette mendiante au temps du Bouddha qui n’a pu qu’offrir une lampe à beurre parmi de riches offrandes en faisant le vœu suivant « Puisse les ténèbres de l’ignorance s’éclairer », sa lampe éclaire encore alimentée par sa pure motivation. Réfléchir aussi comment pouvoir pardonner car c’est à nous que nous faisons le mal comme un cancer qui ronge 24h/24. Essayer de voir la souffrance derrière des paroles ou actions violentes pour développer la compassion, rester fort et stable malgré toutes les projections que cela peut soulever en nous. Garder l’esprit du débutant comme il est dit dans le zen, rester toujours le disciple de la vie, toujours chercher à écouter et ne jamais juger. Apprendre à être dans le contentement, la confiance naturellement, le bouddhisme est déjà engagé dans son sens même, pour que la vie ait un sens. revoir : ici  L’action dans l’engagement bouddhiste
Invité : Olivier Raurich  Sagesses bouddhistes se penche sur l’action des pratiquants qui se sentent de plus en plus interpellés par le besoin d’unifier leur vie quotidienne, leur engagement et leur pratique, partageant ainsi un désir sincère de participer à la diminution de toute forme de souffrance sur la planète.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2010 7 17 /10 /octobre /2010 09:47

C’est un ensemble de textes recueillis depuis une trentaine d'années du Tibmatt.pnget, Népal, Bhoutan, Inde et traduit, ce qui lui a permis de les étudier pour les rassembler en cheminement et nous les propos1017084408DVB-TFrance-2.jpger telle une offrande. Textes d’une profondeur et unité en conseils du cœur, anciens : de Padmasambhava à Kanghour Rimpoché, Dilgo Kintsé Rimpoché un de ses maitres dont il a pu recevoir de façon directe ses enseignements et d’autres maitres plus récents, certains textes sont même des transcriptions d’enseignements oraux. Ils sont chacun en complémentarité pour offrir selon différents éclairages toutes les instructions pour le cheminement. Le plus beau cadeau que peuvent-nous offrir ces êtres de qualité de leur présence et sagesse est de nous révéler la nature de notre esprit, notre présence éveillée et liberté intérieure. Afin d’éviter 1017084424DVB-TFrance-2.jpg« que la moindre étincelle embrase la forêt de notre esprit par la colère et la haine », ce qui entretient la confusion mentale, chercher d’où vient ce Moi, sa localisation, couleur, forme etc… Comme les pensées passées sont mortes, celles à venir ne sont pas nées et celles du présent sont insaisissables, le Moi ne peut être une entité autonome mais un flot continu d’expériences. Ce sont donc autant de conseils percutants sans équivoque pour traquer nos fautes « la bonté est aussi d’être sans merci pour l’ego », aucun ménagement même et surtout par rapport à notre bricolage interne sur notre chemin spirituel. Ils forment un ensemble pour progresser comme les 2 ailes d’un oiseau avec la sagesse pour reconnaitre la réalité profonde et la compassion qui est l’amour altruiste. Les causes de la souffrance sont aussi nos toxines mentales, notre ignorance fondamentale. Revoir : ici

Partager cet article
Repost0
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 09:32

De…Eric Rohmer…1996 et 3ème volet des « contes des 4 saisons », spécialiste du marivaudage verbal mais tellement si vrai ! 18460539.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20051124_033130.jpg

Gaspard ne sait pas trop ce qu’il veut et qui il veut, si lui ne sait pas, les jolies filles qu’ils rencontrent vont alors prendre les décisions pour lui et ne plus lui laisser le choix. Entre l’ingénue qui lui dit être une amie en l’écoutant épancher ses tergiversations, la belle capricieuse d’humeur changeante qui l’encense et ensuite l’éconduit et pour finir une belle sirène à la voix de flibustière. Gaspard est bien embété, lui, il voudrait bien, mais pour elles, cela devient compliqué et comment jongler avec l’amie-amie, l’amie un peu plus et l’amoureuse qu'il ne situe plus non  plus. A trop vouloir tergiverser avec les enjoleuses sur un hypothétique voyage à Ouessant, eh oui l’attrait de l’ensorceleuse pointe bretonne, Gaspard finit par plier bagage et court ailleurs à la poursuite cette fois de sa chère musique qui elle, a toujours suivi le cours de son histoire. La morale de l’histoire ? Une histoire de cordes musicales trop tendues ou pas assez…

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2010 3 29 /09 /septembre /2010 09:22

36°/° de nos jeunes vont en cours la boule au ventre, 30°/° n’aiment pas l’école, 54°/°ont le sentiment d’échec, 25°/° sortent du primaire sans savoir lire, 68,9°/° ne comprennent pas les consignes données. Voilà que la France joue les mauvais élèves 22ème sur 25 tout juste après le Japon en terme de qualité  et bien être. Alors avant qu’ils ne se fassent tous hara kiri juste là où ils ont la boule au ventre, l’éducation nationale n’a plus qu’à revoir sa copie et appeler le SAMU de la Réforme pour sortir des pansements des réformettes à chaque passage de ministrettes (c’est pour la rime (!)). Ce ne sont pas nos jeunes en cause, ni nos enseignants mais un système à revoir pour leur permettre d’être eux-mêmes les auteurs de leurs apprentissages, d’adapter les mécanismes aux objectifs.1116204732DVB-TARTE.jpg

Il est temps de « donner la confiance plutôt que la ségrégation et la différence » JJ Ruffo pédopsychiatre, à l’école de la performance et de la compétition, les laissés pour compte ne se comptent plus. Peut être qu’on devrait aussi arrêter d’enchainer les messages de ségrégation et de compétition au niveau national….

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2010 2 28 /09 /septembre /2010 09:31

 

 

Vents de préférence en provenance d’outre manche

aix.png

Balayant les pavés délavés de ses ruelles en pente

Photographiant sous tous ses angles les monuments

Coincés entre les marchands d’huile et de savons

L’atelier de Cézanne, quartier, musée,  maison…

Parcourant de haut en bas inlassablement

Ses places gorgées des terrasses bruyantes

Provence qui met l’accent sur providence.

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 09:39

Ou l’histoire d'une peur au ventre qui ne vous lâche plus, peur d’une mort violente dans un climat de barbarie entre un pouvoir corrompu et les rebelles. Personne n’y comprend plus rien et ne se reconnait dans cet islam, une population terrorisée « des oiseaux sur la branche » branche que leur tend ces quelques renonçants. De beaux portraits de ces hommes de silence qui doivent pourtant se prononcer. «  Mais qu’allaient ils faire dans 2010-09-20_171529.pngcette galère ? » Question qui ne vous lâche plus le long du film malgré les réponses que chacun d’eux tentent d’apporter, mais ont-ils bien le choix, car « leur vie ils l’ont déjà donné »… Suicide, sacrifice contre fuite et abandon est ce que cela a un sens ? Ils ont tranché, la communauté a voté, la vie va leur être tranchée…Synopsis : Un monastère perché dans les montagnes du Maghreb, dans les années 1990. Huit moines chrétiens français vivent en harmonie avec leurs frères musulmans. Quand une équipe de travailleurs étrangers est massacrée par un groupe islamiste, la terreur s’installe dans la région. L'armée propose une protection aux moines, mais ceux-ci refusent. Doivent-ils partir ? Malgré les menaces grandissantes qui les entourent, la décision des moines de rester coûte que coûte, se concrétise jour après jour…

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2010 3 15 /09 /septembre /2010 09:36

 

Elle est frêle Mija et toute en dentelles 2010-09-13_182004.png

Quand elle s’éprend de poésie

« Celle où l’on est d’abord dans l’envie »

Celle que l’on ressent et que l’on vit

La vie justement lui a coupé les ailes

Quand elle s’est révélée trop cruelle.

Poetry, film coréen de Lee Chang-Dong avec Yoon Jung-Hee, Mija est suivie dans son quotidien où elle gagne sa vie en s’occupant d’un vieil infirme et nourrit son petit fils qui va lui ramener les remous d’un long fleuve qui ne se tient pas tranquille et charrie les ordures de la ville.

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2010 5 10 /09 /septembre /2010 09:31

En visite à la ville phocéenne

Pleine vue sur le port et ses clameurs doucereusesP9040011.JPG

Té…pauvr’ si c’est pas malheureux une végétarienne !

Ben…préfère la bouillabaisse de légumes

…avec sa semoule !

 

Partager cet article
Repost0