Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 09:07

 appelée0612084453DVB-TFrance-2.jpgs aussi "les mots de la loi", énoncés par le Bouddha et qui représentent à terme le fondement du canon bouddhique. Dominique Trotignon, directeur de l’Universtié bouddhique européenne, en dégage les principaux thèmes ainsi que sa structure, élément essentiel pour la bonne compréhension des textes. Revoir : i0612084458DVB-TFrance-2.jpgci

Appelés « mots de la loi » car ils présentent l’ordre des choses, des phénomènes ou réalité. Texte du canon bouddhique ou recueil appartenant au 5ème volume des enseignements du bouddha, strophes ou stances versifiées en formules courtes ramassées pour apostropher souvent l’auditeur. Ce sont des enseignements très circonstanciés selon telle ou telle situation en expressions percutantes des propos même du bouddha. Expressions imagées décrivant la situation misérable de l’homme et le bonheur de s’en libérer « illuminer le monde comme la lune sortant des nuages ». Le « bâtisseur de la maison » décrivant ici l’ego, qui ne peut que renaitre tant qu’il n’est pas trouvé afin de réussir à s’en libérer. Ou le « gardien du royaume » qui est l’attachement à ce monde du désir, « tuer père et mère » c’est échapper  à l’ego et au désir.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2011 7 15 /05 /mai /2011 08:58

Enseignement du Bouddha Sakyamuni: la souffrance est au cœur de tous les êtres, avec quatre souffrances fondamentales inhérentes au simple fait de vivre : la souffrance de la naissance, celle de la vieillesse, celle de la maladie et celle de la mort. S’y ajoutent la souffrance de la perte des êtres aimés, celle de côtoyer ceux que nous n’aimons pas, celle de ne pas avoir ce que nous désirons, et enfin la souffrance dite de l’ardeur des cinq agrégats. 0515083342DVB-TFrance-2.jpg
Mais puisque joie et souffrance se mêlent
intimement dans un être, nous pouvons établir des passerelles entre les deux et transformer les causes des souffrances en joie et sérénité.
Si face à une souffrance, nous acceptons de ne pas lutter contre elle, mais de la regarder passer avec bienveillance, elle perd de son acuité et devient même complice.
La souffrance de la naissance étant passée, nous pouvons l’accepter et en faire une joie d’être ici et maintenant.
La souffrance de la vieillesse nous permet de nous accepter sans condition, sans souci du paraitre, sans arrogance. C’est le meilleur tremplin pour vivre l’impermanence inscrite de notre corps.
0515084407DVB-TFrance 2

De même la souffrance de la maladie peut nous donner la 0515084401DVB-TFrance-2.jpgmotivation pour changer la cause afin de guérir. Rappelons-nous que la douleur corporelle est aussi une alarme pour nous faire savoir qu’il y a un dysfonctionnement dans notre corps et qu’il faut changer quelque chose dans nos habitudes.
Quand à la souffrance de la mort, elle se dissipe si nous ne nous regardons plus comme le centre du monde.
La souffrance de la séparation des êtres aimés se transforme en tendresse au contact de l’empreinte que cette personne a laissé en nous. Ne retenons pas une personne aimée. Offrons lui la liberté afin qu’elle puisse prendre son envol dans
cette vie ou dans l’après-vie. Cette générosité nous apaisera.
Autre souffrance, autre joie, celle de la coexistence avec des personnes que nous n’aimons pas, qui devient douce si nous restons identiques face aux critiques ou aux éloges. L’équanimité empathique peut même nous faire apprécier ces moments-là.
Encore plus merveilleuse est la souffrance de pas avoir ce que nous désirons : avec ce réel cadeau de la vie faite d’absence, nous ne pouvons pas posséder l’objet ou la personne. En acceptant la situation, immédiatement, nous sommes libres d’exister sans cette dépendance au lieu de nous sentir piégé par l’ "avoir". Et même si nous avions tout ce que nous voulions, nous ne serions pas heureux, puisque notre désir ne trouverait pas de limite. Alors soyons riche du rien !
Quand aux cinq agrégats, la matière, la sensation, la perception, les formations, la conscience, ils sont des excellents supports pour apprendre à s’en libérer en leur donnant une importance plus relative. Ils n’existent que par la force que nous leur donnons.
Oui, tout est souffrance. Mais de ces douleurs, nous pouvons expérimenter le chemin de la libération et d’une joie sans condition.
Que les puristes et les érudits me pardonnent de suggérer cette façon de rebondir grâce aux souffrances. Dans la joie. Alain Delaporte-Digard Rappelons que des manifestations sont prévues pour célébrer les 2600 ans des enseignements de celui qui a attient l’éveil en une vie- sur le site de l’UBE-.

 

Partager cet article
Repost0
8 mai 2011 7 08 /05 /mai /2011 17:50

... des paroles du0508084428DVB-TFrance-2.jpg bouddha classés en 3 parties : ce qui concerne l’être humain et la cré0508084448DVB-TFrance-2.jpgation du monde, les disciplines monastiques élaborées en fonction des difficultés des moines, et les commentaires sur la signification profonde développés par de grands érudits. Ces 45 années d’enseignement, récités par Ananda son plus proche disciple ont été mises par écrit pour la 1ère fois par le roi Ashoka 3 siècles avant notre ère suite au concile réunissant les plus grands érudits 5 siècles avant. Les préceptes du code Ethique sont non seulement les actes à éviter mais les actes vertueux à accomplir pour atteindre la prajna ou sagesse de la véritable nature des phénomènes.L' Ethique, la concentration et la sagesse ou expérience directe sont les 3 piliers de la pratique.

69 volumes traduits en 16 ans du pâli en Chinois ancien et en vietnamien par l’actuel patriarche, Docteur en philosophie, Thich Tinh Hanh de la pagode de Vitry sur Seine pour l’université Linh Son, ouverte à tous. Sachant que chaque volume représente 1000 pages et que ce colossal travail a mobilisé 150 experts organisés en 3 groupes et qu’il a fallu initier, pour ce faire, à la sémantique bouddhique. Des exemplaires ont été offerts à la bibliothèque nationale et à celle des sciences orientales pour en permettre l’accès aux chercheurs et étudiants. Permettre l’accès à tout l’enseignement bouddhique du Tripitaka, les 3 corbeilles, le fondement des 4 vérités et l’octuple noble sentier pour qqs titres. Philosophie indienne, chinoise et occidentale, car la réflexion philosophique est très proche de la voie du Bouddha, voie de contribution à la paix mondiale. Revoir :ici  .

Partager cet article
Repost0
5 mai 2011 4 05 /05 /mai /2011 09:25

Tant que tu fais une différence entre la béatitude et ta vie telle qu’elle est difficile, angoissante, fatigante tu es dans ta vie telle qu’elle est.

Tant que tu fais une différence entre l’éternité et le temps, tu es dans le temps.

Tant que tu fais une différence entre l’absolu et le relatif, tu es dans le relatif.

Tant que tu fais une différence entre le salut et la perte, tu es perdu.

lth.jpgTant que tu fais une différence entre l’enfer et le paradis, tu es en enfer. Nagarjuna

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2011 7 24 /04 /avril /2011 16:03

Ce à quoi s’0424084237DVB-TFrance-2.jpgemploie Yangting Rimpoché, jeune 0424084310DVB-TFrance-2.jpgdoctorant du cursus de 6 ans des 5 grands domaines d’études philosophiques, désigné par SS Dalaï 0424084254DVB-TFrance-2.jpgLama pour être responsable du bureau privé d’affaires religieuses. Dans sa section tibétaine, les 2 autres chinoise et anglaise, l’attention est portée à la retranscription des enseignements de SS Dalaï Lama, mais aussi sur les différentes doctrines bouddhiques et sur la biographie de l’ensemble des Dalaï lamas, ouvrages pouvant paraitre à la fin de l’année. Il est également sollicité pour des enseignements en Occident, dont il ne peut que constater les cultures matérielles très développées. C’est pourquoi il conseille de donner de l’ampleur à sa pensée et de donner un sens à sa vie. Donner du sens à une naissance en tant qu’être humain où chacun tout comme nous même, souhaite être libéré de la souffrance.  C’est pourquoi il appartient à chacun d’entre nous de préserver le bonheur des autres pour une réelle paix dans notre monde. Revoir : ici .

 

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 09:26

Ou comment extraire la quintessence de l’existence telle de la poudre d’or…

C’est un plaidoyer po0417084411DVB-TFrance-2.jpgur le bonheur certes mais non de l’ordre d’une recherche d’une succession de sensations plaisantes qui est la garantie d’un épuisement certain. Quête non seulement épuisante mais qui nous rend aussi de façon certaine, vulnérable aux cond0417084429DVB-TFrance-2.jpgitions extérieures. Notre soit disant contrôle des conditions extérieures est complètement illusoire, l’univers n’est pas un catalogue de nos désirs. Notre relation au monde et aux autres contribue à un bonheur qui ne peut que se construire. C’est plus de l’ordre d’une manière d’être, d’une force intérieure née de ressources cultivées qui perdure qq soient les conditions extérieures, une plénitude aboutie. Depuis de nombreuses années des expériences sont menées confortant la neuroplasticité du cerveau, enrichies par les rencontres « Mind and life Institut » entre contemplatifs et chercheurs à la pointe dans de nombreux domaines. Le bonheur n’est pas qq chose de mesurable mais l’on peut comparer les états mentaux, ceux qui procurent une liberté intérieure et un épanouissement et ceux sous la servitude du « Moi, moi, moi » du matin au soir, haine, arrogance et obsessions qui nous rendent misérable nous et ceux qui nous entourent. L’attention, la pleine conscience et l’amour altruiste sont des potentiels à actualiser dans une pratique continue et assidue dans une joie en forme d’efforts. Il s’agit bien d’éliminer les toxines mentales pour acquérir cette force d’âme, c’est qq chose de purement empirique et pragmatique. Sénèque à la suite d’Aristote nous avait parlé du temps comme notre bien le plus précieux, ce n’est pas que nous n’en disposons pas mais nous en gaspillons beaucoup !Revoir : ici

Partager cet article
Repost0
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 09:27

0207205651DVB-TFrance-5.jpg

 

Un vagabond qui couche à la belle étoile peut recevoir en don divin toute la terre.       La terre appartient à celui qui ne la possède pas.

La possession est dans le renoncement, parce que le renoncement est une manifestation de l’esprit créateur.           La possession n’est pas un acte de création divine, elle est un acte de destruction et d’aliénation.

L’avoir diminue l’être.E Lévyne revue tsedek, monde des religions « Dieu et la science » jan- Févr 2010

Derrière l’orgueil marche la ruine, derrière la fierté la chute.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2011 7 13 /03 /mars /2011 11:09

Appelé bardo ou état intermédiaire, pour en parler Philippe Cornu, président de l’UBE et traducteur du l0313084401DVB-TFrance-2.jpgivre des morts tibé0313084438DVB-TFrance-2.jpgtain. Plutôt que de conscience pour le différencier de la notion d’âme, il s’agit d’instants de conscienc0313084420DVB-TFrance-2.jpge, de séries psychiques qui s’écoulent, qui changent à chaque instant tout en étant continues. La question était comment le résultat de l’action intentionnelle ou karma pouvait poursuivre sa continuité pendant le laps de temps entre la mort et la prochaine renaissance. C’est ce bardo ou état intermédiaire qui est une rupture en 2 états internes de perception ou la conscience va avoir un certain type d’existence. Le rêve, parenthèse entre le sommeil profond et l’état de veille, peut présenter une analogie avec l’état après la mort, car nous sommes dans l’hallucination, d’images mentales illusoires, en rupture avec la vie telle que nous la percevons dans la matérialité due à notre corps. Dans cette unité de perception de l’ensemble des phénomènes matérialisés qui s’effondre, apparait le fond de notre esprit, de notre être. Comme une brèche entre 2 états ou apparait la claire lumière, la nature de l’esprit dénudé de tous ces voiles, pensées, émotions ordinaires qui le recouvre dans son agitation permanente. Le yogi avec les tantras, le Dzogchen, la grande perfection, se familiarise avec ce processus dans une méditation approfondie ou il entraine ses souffles et vents subtils dans son canal central. Cette brèche ou passage d’un état à un autre est permise par le processus de dissolution, et il est important à ce moment de reconnaitre la nature claire de notre esprit ou du moins s’entrainer à la reconnaitre par la méditation ou entrainement au calme mental. Revoir l’émission : ici.

Partager cet article
Repost0
9 mars 2011 3 09 /03 /mars /2011 10:23

La tradition du Bouddha est « dharma » : ce qui n’est exactement ni “religion » ni “spiritualité ni “psychologie ni science, mais qui pourtant recoupe ces différents domaines. Dharma signifie fondamentalement et principalement “réalité”, “ce qui est”. Son sens le plus courant est celui “d’enseignem0213084444DVB-TFrance 2ent”, entendu comme exposé “de la réalité”, “de ce qui est” ou “de comment sont vraiment les choses et les êtres”. Il n’y a a priori là rien de bien “religieux” au sens habituel.
Si l’on se pose néanmoins la question de savoir si l
e dharma est une religion, il faut d’abord s’interroger sur ce que ce mot recouvre pour nous. Dans l’esprit commun, il évoque un ensemble de croyances, de dogmes, de formalismes et de morales. Dans cette pers2010-11-14 162701pective le dharma n’est certainement pas une religion. En effet, son approche n’est pas fondée sur la foi au sens de l’adhésion à une croyance posée comme a priori. Il n’est ni dogmatique, ni formaliste, ni moraliste.
Par contre, si l’on entend le mot religion dans son sens étymologique comme “ce qui relie au divin ou à l’ultime”, le dharma est religieux car il permet de réaliser et d’atteindre “l’ultime nature de l’esprit”.
Maintenant : “Est-ce que le dharma est une voie spirituelle ?” Là aussi, il y a des problèmes car le spiritualisme se présente souvent en opposition au matérialisme. Dans cette optique, le dharma n’est pas non plus vraiment une approche spiritualiste car il ne prêche pas l’esprit contre la matière. Nous avons défini, tout à l’heure, le mot dharma comme signifiant “réalité”. On peut dire que le dharma est une approche “réaliste” : c’est l’étude de la réalité essentielle des choses. Si l’on entend maintenant par spiritualité : l’étude de l’esprit et des pratiques qui y sont associées, le dharma est une spiritualité. Il se définit même souvent comme “science de l’intériorité” ou “science de l’esprit, mais comme nous l’avons dit, pas de l’esprit opposé à la matière, mais de l’esprit comme processus cognitif dans lequel les notions habituelles d’esprit et de matière sont incluses.
Le dharma comme science de l’intériorité est une approche rationnelle, fondée sur un raisonnement, et une vérification expérimentale. Ce n’est pas une science extérieure du mesurable, mais une science tournée vers l’intérieur avec ses outils propres qui sont les différentes pratiques de la méditation. Cette science du dharma a une dimension extrêmement moderne, en tant que connaissance de la connaissance faisant une étude critique éminemment fine et profonde de nos perceptions et de notre connaissance.
Extrait du « Dharma et la vie », de Lama Denys, éditions du Relié.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 18:44

Entrée depuis 1982011-03-07_174720.jpg9 au parlement européen et notamment au conseil européen. Organisation internationale ex2011-03-07_174455.jpgistant à partir de 49 à la sortie des guerres mondiales pour pousser la réflexion sur les droits de l’homme avec 49 pays, l’union européenne, 27 pays. Réflexions intéressant la société civile dans l’Organisation Internationale Non Gouvernementale à travers différentes commissions sur l’éducation, la culture et la science. C’est dans ce cadre et des dialogues interculturels qu’il était important de faire entrer une philosophie dont la particularité est qu’elle ne se réfère à aucun Dieu. Commissions elles mêmes divisées en sous groupes qui 2011-03-07_174519.jpgélaborent des textes présentés aux ministres. G Frey est également représentante de l’UBE au conseil d’Europe et a crée le groupement Sakata dans la défense des droits des femmes et l’égalité des chances à l’accès à l’éducation. Permettre notamment aux nonnes dans une situation précaire de se regrouper dans des monastères et d’avoir la possibilité de la pleine ordination, et de partager sur le plan européen les infos qui existent en accord avec le gouvernement de Dharamsala. Revoir l'émission : ici

Partager cet article
Repost0