Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 10:40

…laisse un dépôt de sentiments hostiles, inamicaux » nous a dit  Freud sur la rétivité affective. Rétivité affective car nous fonctionnons sous le mode désir-attachement et qui dit attachement dit inévitablement appropriation. Le bon objet c'est celui que l’on désire pour nous même et ne pas l’ogrimaces.jpgbtenir pour soi entraine inévitablement frustration-colère. Objet sur lequel on va inévitablement projeter notre monde intérieur, notre propre histoire ou vécu. Appropriation par désir de posséder les propriétés ou qualités que l’on a attribué selon nos propres critères à cet objet convoité. Qualités qui ont des chances d’être alors largement surestimées par un manque de confiance en soi et ce qui entraine aussi inévitablement la jalousie, sentiment d’hostilité. Jalousie non seulement en défendant notre territoire sur le mode compétitivité sur cet objet désiré mais jalousie de l'objet lui même ou de ses qualités attribuées, source de notre attachement. Ce qui laisse effectivement un dépôt de sentiments hostiles, inamicaux alors que l’on souhaitait développer une relation affective intime avec une personne…Revoir articles :  Des états d'âme aux états d'esprit 

Et si nous parlions d'amour

 

Alors que « le non-attachement consiste, lui, à ne pas être attaché à quoi que ce soit : ni aux objets extérieurs, ni à soi-même. Le non-attachement véritable est en fait la liberté intérieure. Libre d’attachements, on est sans liens, pleinement disponible aux situations qui se présentent. On est pleinement réceptif, et ainsi en parfaite adéquation à l’instant présent. Cette adéquation à l’instant présent, développée par la pratique de la méditation, est l’état dans lequel l’action et la vie quotidienne peuvent se dérouler d’une façon optimum. » Enseignement sur sangha rimay

 

 

 

 


Partager cet article
Repost0

commentaires

L

J'ai du mal avec cet amour universel qui ne comporte pas le singulier. L'amour est une élection, la distinction d'une singularité. Selon ma sensibilité et mon expérience, je trouve que lorsqu'on
aime des êtres singuliers, on est plein de bienveillance pour les autres. On peut alors aimer les autres car c'est un point d'ancrage du sentiment qui a besoin de s'enraciner. Je respecte les
autres opinions bien sûr, et je sais que c'et un point de divergence entre moi et la religion ou certaines philosophies.


Répondre
S


En fait je mets surtout les avis psys et pour cause, je suis passée à la Sorbonne aussi, mais en sciences humaines, et l'on descend plus au tréfond de l'inavouable. Parfois cela peut donner une
vision difficile de nous même, mais bien sur il faut aussi sublimer et aspirer à élever notre niveau de conscience!