Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 septembre 2016 1 26 /09 /septembre /2016 09:56
Conférence publique Sa Sainteté Dalaï Lama Strasbourg

Brothers and Sisters…J’apprécie de vous rencontrer il est important de par le monde de communiquer, de promouvoir les valeurs humaines fondamentales en considérant les 7 milliards d’être humains. Nous devons tous développer le sens de l’unité qui nous lie et penser au bien être des êtres humains, nous sommes tous concernés, pour ne plus laisser aucun fondement au meurtre. Croyants ou non nous devons tous œuvrer ensemble pour vivre en harmonie, les prières seules ne suffisent pas.

Nous avons tous la capacité d’œuvrer à cela, les changements sont d’abord intérieurs avant de les porter à l’extérieur, vous et moi nous sommes les mêmes physiquement, émotionnellement. Personne ne souhaite souffrir, mais tente de s’épanouir dans l’existence, d’espérer à un avenir, tous souhaitent de poursuivre le but au bonheur. 2 niveaux de bien être intérieur et extérieur le matérialisme est prôné en occident, mais la qualité de notre état mental peut éclipser le physique, il est donc bon d’améliorer nos conditions intérieures. Je pensais qu’aux vues des conditions extérieures occidentales cela coïnciderait avec les conditions intérieures, j’ai rencontré des milliardaires stressés, des personnes en fin de compte malheureuses. Nous sommes des animaux sociaux, nous avons déjà en nous la bienveillance, la coopération pour pouvoir vivre ensemble, ce que l’on observe déjà chez les animaux, chez l’humain la bienveillance est plus forte et présente dans notre nature fondamentale. Les émotions comme la colère, la peur peuvent détériorer notre système immunitaire à l’inverse des qualités qui nous permettent de nous développer de façon plus satisfaisante. Nous devons nous pencher sur l’éducation de façon séculière, nous réfléchissons avec des scientifiques, éducateurs, sociologues pour proposer un curriculum afin d’inverser la vision matérialiste actuelle et développer les qualités intérieures.

Mes chers frères et sœurs nous devons œuvrer à un monde plus compatissant, certaines villes aux states ont déclaré des villes de la bienveillance, au sein des écoles il a été observé de vrais résultats. Depuis 1975, j’œuvre aux rencontres inter religieuses, en dépit des différences, théistes ou non, le but est de promouvoir l’amour du prochain, rencontre avec des érudits mais aussi des pratiquants. Nous avons pu également pratiquer ensemble sur des lieux saints, en dépit des tragédies que la France notamment a vécues nous ne pouvons généraliser les exactions de quelques individus sur l’ensemble des pratiquants. 1 milliard de musulmans et autant de chrétiens, l’harmonie doit régner entre les religions que nous soyons croyants ou non. Depuis 2011, j’ai mis fin entre le pouvoir temporel et spirituel, en tant que tibétain, je souhaite préserver sa philosophie qui peut être une contribution au monde, d’autre part au niveau écologique sur le plateau tibétain de graves endommagements sont encore perpétrés pour la planète entière.

Réponses : les émotions perturbatrices nous font voir les choses de façon étroite, de façon plus vaste ou sous différents angles on peut commencer à voir certains éléments positifs ou constructifs.

Si l’on veut mettre en place un programme éducatif le mieux est de constituer une équipe pluridisciplinaire et de suivre un protocole scientifique.

Notre système économique actuel ne va pas pouvoir perdurer notamment sur nos productions d’énergie qui doivent être sans aucun doute renouvelables.

L’échange entre ces différentes traditions, on doit voir ce que nous avons ensemble, comment développer d’avantage d’altruisme, tolérance et échanger parfois des pratiques. Le non soi est une particularité du bouddhisme, ce n’est pas le « rien » mais le soi réifié. Nous pouvons beaucoup apprendre les uns des autres, de la tradition Nalanda à laquelle j’appartiens, nous pouvons mieux comprendre les émotions, leur fonctionnement, ainsi que la logique comme une science qui devrait avoir plus de place dans le système éducatif. La foi et la raison doivent aller ensemble.

Face aux évènements tragiques, il faut considérer l’ensemble des aspects des choses, élargir notre perspective.

2 aspects de l’humilité, respecter autrui et d’autre part une grande confiance en soi sinon on tombe dans la faiblesse mentale.

L’éveil est une qualité, l’esprit est un continuum, il n’est pas permanent, mais la qualité elle peut s’acquérir.

Les prières s’appliquent à tous les êtres animés, nous ne devons en aucun cas leur nuire, les cuisines des monastères sont végétariennes, il peut y avoir cependant des besoins particuliers ou l’acceptation simplement de ce que l’on nous sert.

L’éducation essentielle pour promouvoir les valeurs fondamentales, complètement intégrées dans le système éducatif.

Pratiquez partagez ces idées sur la bienveillance, la considération d’autrui, nous permettant d’œuvrer ensemble.

Published by Sarasvati
commenter cet article
15 septembre 2016 4 15 /09 /septembre /2016 20:20
Sa Sainteté Dalaï Lama rencontre les jeunes à Strasbourg

On ne peut changer le passé mais pour l’avenir les changements sont entre nos mains, les jeunes sont les fondements même de notre espoir. 200 millions de personnes sont mortes suite aux guerres du xxème siècle et il y a encore beaucoup de violence, assurément nous n’en n’avons retiré aucuns bienfaits. Le xxi siècle nous appartient, la paix est d’abord intérieure avant d’être extérieure et les prières seules ne peuvent l’amener, la paix vient de nos actions et cette génération vous en êtes responsables. Les différents conflits doivent être résolus par le dialogue et non par la violence, pour cela c’est de détermination, volonté, approche altruiste alliée à du discernement que nous avons besoin. Nous avons le devoir de rester optimistes contre le « c’est impossible ».

Sur la question d’une Europe de moins en moins tolérante nous devons mener des efforts constants, les dirigeants de différentes traditions doivent se rencontrer, se connaitre. « Une vérité une religion » n’a plus cours, sous la multiplicité on retrouve la compassion, l’amour altruiste, le pardon, certes avec des différences philosophiques, des dispositions mentales différentes, c’est pourquoi même au sein du bouddhisme il existe différentes écoles philosophiques s’adressant à ces différentes dispositions. Quelque soit la forme, le but reste le même pour une société plus compatissante, l’Inde, la plus grande démocratie au monde, depuis 2000 ans abrite toutes les plus grandes traditions, dans ce pays si vaste elles sont en harmonie, tout comme les non croyants vivent dans le respect en référence à la laïcité française de la révolution

Sur la question des jeunes migrants c’est bien sur une situation triste, l’Europe, l’Allemagne ont commencé par les accueillir, mais devant ce flux incessant, il faut trouver des moyens plus constructifs, la paix doit être amenée dans ces pays par les pays plus libres. Donner l’éducation la meilleure possible pour qu’ils puissent reconstruire leur propre pays avec des idées nouvelles, un esprit ouvert. Dans ces situations difficiles, ils doivent obtenir le respect pour eux-mêmes dans un effort continu, au Tibet il y a un proverbe « 9 échecs 9 efforts consécutifs ».

Sur la question d’une plus grande stabilité dans nos pays, il est plus facile de critiquer que de mener la tâche soi même, on peut recommander une vision à long terme, une plus large vision avec de nouvelles idées portées par des hommes tel que Charles De Gaulle à son époque. 7 milliards d’êtres humains et personne ne souhaite les problèmes alors pourquoi continuons nous à les créer…Pour promouvoir l’unité de ces 7 milliards, il est nécessaire de valeurs humaines fondamentales, elles doivent être portées outre la religion, par l’éducation. Apporter du bon sens, acquérir de meilleures connaissances sur nos émotions, le fonctionnement de l’esprit au sein d’une éthique séculière.

La question de l’augmentation de la violence latente aujourd’hui, elle est due à des vues étroites, du manque de respect de la vie humaine. C’est la peur de l’autre la cause de la haine et le seul moyen pour la combattre : la bienveillance et le respect.

Face à une violence directe, il y a eu une expérience de cohabitation d’étudiants de différents pays en crise, ayant vécus des situations difficiles, ce qui a eu pour effet de renforcer leur détermination pour la paix. Cela devrait être proposé à des russes, vivant dans la peur d’être envahis par les pays de l’ouest, les inviter à passer du temps dans un monde libre pour combler la distanciation.

Oui la tolérance est essentielle mais il est nécessaire de l’associer à de la compassion et de la bienveillance agissant comme une barrière protectrice, de la compréhension pour ceux qui ont des vues différentes. Transcription à vif de la conférence

Published by Sarasvati
commenter cet article
3 juillet 2016 7 03 /07 /juillet /2016 20:39
Extérieurement nous pouvons tout avoir… mais si en essence nous n’avons rien (!)

Notre pratique spirituelle doit être au centre de notre vie, nous avons souvent une mauvaise estime de soi, ce qui s’apparente à de la paresse en vérité, l’antidote est d’apprécier notre précieuse existence humaine. Il est peu probable que les bonnes conditions se reproduisent, nous avons au fond de l’intérêt pour ce qui concerne notre esprit, retrouver notre nature authentique de sagesse et compassion. Penser être trop occupé est en fait une stratégie d’évitement, l’antidote est de penser à notre impermanence, tout peut arriver et à tout moment, ne serait ce que la dégradation de nos facultés. Le deuxième antidote est de constater ce que nous créons par nos actions intentionnelles, des catastrophes en chaine trop souvent, Il est important d’apprivoiser notre esprit, nos pensées, nos paroles, notre confusion. Se rappeler les difficultés du cycle des existences et morts, non tant à l’extérieur mais dans notre propre esprit, en nous-mêmes, il est important d’orienter d’urgence son esprit, de nous éveiller, combattre nos perturbations. Etre moins tourné vers soi même, moins égoïste, moins envieux, les autres ne sont pas des obstacles mais Notre pratique. Quelles sont nos motivations ? retrouver une certaine paix, une vie plus confortable, mais l’affaire est de se libérer de l’attachement à notre ego, dans une situation qui par nature est inconfortable, et d’entrainer les autres dans cette libération, qui est l’esprit d’éveil même. L’idée est que notre esprit devienne un instrument correct, suffisamment flexible pour l’utiliser, avec l’aide de la méditation de la pleine conscience, du calme mental, entrainer notre esprit à être Un avec son objet. On sait maintenant avec la physique quantique que l’on ne peut jamais trouver l’existence d’un objet, nous sommes limités par notre esprit conceptuel tout nous parait solide. Toutes nos pensées, émotions n’ont pas non plus d’existence intrinsèque, elles ne sont pas non plus le « je »ou « Moi », ainsi nous ne faisons que voir en les autres nos propres projections.

Jetsunma Tenzin Palmo à Plouray Drukpa le 25 26 Juin (suite):

Notre état normal est un ½ sommeil, nous vivons dans une prison, nous pensons être cette conscience… superficielle, éloigné de notre vrai nature profonde. Nous ne voyons pas les choses telles qu’elles sont vraiment, la principale illusion est la croyance en un « je » séparé, ce que nous expérimentons est par nature insatisfaisant. Nous nous accrochons absolument à cette existence que nous croyons autonome, « je pense », « je ressens », nous nous identifions à des tas de qualifications, au centre de tout ça le « je » confortablement installé, ce « Moi », Bouddha a questionné de façon révolutionnaire « ou est il ? », qui sommes nous vraiment ? Nous sommes sous 3 emprises, accroché à satisfaire ce « je », ce qui soulève des émotions si on le menace : dans la roue des existences il ya un cochon pour l’ignorance, un coq pour l’avidité, un serpent pour la colère, ces 3 animaux mordent la queue l’un de l’autre. Le chemin consiste à laisser aller, se reposer dans l’espace ouvert, dans la clarté, laisser aller le moi pour être dans un autre niveau de conscience. La pollution de notre esprit n’est que temporaire c’est pourquoi il est facile de la faire disparaitre, retrouver notre vraie nature, toute la pratique consiste à diluer ce moi solidifié et son cortège de confusion, le chemin consiste à simplifier. Il ne s’agit pas non plus d’embellir un ego, qui pourrait vite se prendre pour un Grand spirituel, nous devons avoir une certaine intelligence, et non renforcer ce qu’on est sensé dissoudre, nous sentirons ainsi de plus en plus l’interconnexion avec tous les êtres.

Notre illusion fondamentale est l’identification au « moi », nous le voyons de façon solide, autonome et inchangé…Nous avons une fausse identification aux pensées, aux émotions conceptuelles, ceci recouvre notre véritable nature. Vacuité ne veut pas dire néant, car elle est en fait pleine de sagesse, d’amour, de capacité à agir, c’est notre nature de conscience pure, comparée souvent à l’espace sans centre, périmètre : insaisissable mais pourtant partout. Notre confusion c’est l’appréhension d’un sujet et objet , acquérir un savoir sur la non dualité par nature, ni né ni mort, qui ne peut être décrit en langage conventionnel. Commencer par la pratique de samatha, observer en pleine conscience notre esprit, vipassana ou méditation introspective : qui pense ? Quand cette pleine conscience est stabilisée on peut laisser tomber l’objet, rester dans une conscience plus subtile, nue, non colorée par les concepts ou émotions, une simple clarté permettant de voir tout le reste très clairement, tout se manifeste. La méditation est de maintenir cette vue avec l’activité quotidienne, l’accomplissement est que cela soit complètement spontané. D’ordinaire nous ne sommes conscients que de l’objet et non de la conscience elle-même, ainsi notre illusion et nos perturbations se transforment en sagesse, la compassion s’élève alors naturellement étant omniprésente. Possibilité de trouver les enseignements et la conférence publique sur you tube...

Published by Sarasvati
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 10:47
Il fut un temps où les frontières n’existaient pas entre philosophie, démarche religieuse et mystique : Pour…

Une philosophie de l'esprit de la vie et de la beauté intérieure, de l'intelligence et de la simplicité.
Un spiritualisme épuré ce qui conduit à la critique des traditions religieuses, car il est pure activité d'être, de l'humain, d’une mystique fondée sur l'intériorité, la rationalité.
Pour une nécessaire purification à l'aspiration à l'unité par laquelle notre propre centre se relie au centre de toutes choses, à l’encontre d'une dualité qui nous distancie de nous mêmes.
Pour faire le discernement entre les pensées qui amènent le trouble, l'agitation intérieure, la dureté envers autrui et celles qui apportent la paix du cœur, la douceur, une joie intérieure sobre et discrète, celles qui viennent du bon esprit.

Une complexité intérieure qui implique distance et absence dans une analyse régressive, purification ou critique intellectuelle mettant en jeu l'éthique.
« Pour un chemin de la sagesse qui est une sagesse de l’action puisqu'il s'agit d'espérer un peu moins et de vouloir un peu plus (pour ce qui dépend de nous) d’espérer un peu moins et d'aimer un peu plus (pour tout ce qui n'en dépend pas).

Pour apprendre à se dépendre à se rendre moins dépendant de l'espoir et de la crainte, dans la vie vécue ici et maintenant, en action et en vérité, désentraver de nos espérances, nos rêves, nos frustrations, angoisses, déceptions.

Pour une sagesse de l'amour : ne reste plus que l'être et la joie, que l'être et l'amour dans un désir sans manque.»(André Comte-Sponville)

Plus besoin d'avoir peur de quoique ce soit...Ce n'est pas la lucidité qui nous étouffe, c'est l'angoisse, l'égoïsme, la sécheresse de Cœur, l'indifférence, le manque de courage et d'amour. Quand on comprend ce que l'on est en profondeur on peut se libérer de toutes ses anxiétés, de l'habitude d'être mû par la peur pour avoir quelque chose de plus.

Pas besoin d'avoir peur de quoique ce soit quand on comprend notre nature, il n'y a plus de problèmes non dans un état de non peur mais de sans peur.

Notre expérience ordinaire est la vue dualiste, le Moi qui expérimente et le quelque chose dont on fait l'expérience, nous avons le ressenti de "ceci est mon expérience" avec l'étiquette de bien ou mal. Nous cherchons alors à obtenir ce que l'on veut ou au contraire à nous en séparer avec la peur de perdre ce qui est bien ou la peur de ce l'on ne veut plus, même quelque chose d'agréable nous pose des problèmes. Moi est ce que je ressens avec son objet, alors quel est ce Moi, qui ne peut être ni dans le corps, dans ses cellules, ni à l'extérieur, il ne peut être différent de l’expérience ou des pensées. Avec le Moi est l'ego, la peur d'être détruit...

« Se débarrasser de tout ce qui nous encombre et qui ne cesse de nous séparer du réel et de la vie. L’important est de ne pas se mentir sur la vie, de ne pas négliger ses leçons. Au fond, nous ne sommes séparés de l’éternité que par nous-mêmes, de là cette simplicité, quand l’égo se dissout, rien à dire, rien à attendre, puisque tout est là, l’éternel présent de ce qui dure et passe. Chacun veut le bonheur mais nous ne l’atteindrons qu’à condition d’y renoncer, parce que la vie est décevante, toujours, on n'échappe à la déception qu'en se libérant de l’espérance. Pour une sagesse du dés-espoir « Je n’espère rien, je ne crains rien : je suis libre. », la joie ne redevient possible que de l’autre côté de la souffrance, comme le bonheur ne l’est que de l’autre côté de la désillusion. Arriver à sortir de nouvelles espérances qui succèdent à des déceptions successives, du cycle d’alternance d’espérances et de déceptions, nous n’avons pas d’autre choix que la sagesse ou désespoir. » (André-Comte-Sponville)

L'éveil est donc la compréhension correcte de ce que nous sommes, la non dualité, quelque chose de naturel mais recouvert par trop d'émotions nous ne le voyons pas.

Beaucoup trop de facteurs d'aliénation dans notre société, d'égoïsme foncier, en même temps l'individu est devenu très conditionné, il se doit de rentrer dans un moule. On vit avec un bagage à gérer, toutes nos potentialités sont gâchées avec beaucoup de résistances liées aux intérêts économiques. Une crise de civilisation symptôme de valeurs qui ne sont plus partagées tels que liberté égalité fraternité...Mais que seraient elles sans une liberté intérieure ou tant que l'on n'a pas de connexion avec ce que l'on est. Si l'on n'a pas une connexion profonde avec ce que l'on est nous tombons dans une aliénation de l'avoir contre l'être. Les jeunes sont la proie des solutions faciles, il faut une lucidité pour être libre de ses désirs dans une capacité de désintéressement et dans la satisfaction profonde : tout homme possède la vraie nature spirituelle dans une transfiguration de ses conditions.

Published by Sarasvati
commenter cet article
9 mai 2016 1 09 /05 /mai /2016 10:14
"le dénommé "esprit", bien qu'on en parle partout et qu'il soit largement connu,

Est soit incompris, soit compris de travers, soit partiellement compris

Ou encore méconnu dans son authentique réalité.

Et, qui plus est, les êtres ordinaires...

Le point juill aout 2014 "aux origines de la méditation"

Published by Sarasvati
commenter cet article
21 avril 2016 4 21 /04 /avril /2016 16:06
De l’intuition des phénomènologistes Husserl, Merleau-Ponty aux neurosciences : un monde pré-élaboré…

Alors que nous pensons habituellement fonctionner comme si le monde était posé devant la conscience qui n'aurait qu’à le regarder d'en haut pour le comprendre. Ce que je suis ne peut être indépendant du monde dans lequel je vis, l'intentionnalité ne peut se réduire à un mouvement unilatéral de la conscience vers les choses d'où l'illusoire évidence d'une séparation claire et distincte entre l'âme et le corps, le sujet et l'objet, la conscience et le monde.

Contre ces raisonnements dualistes il va falloir réapprendre à voir le monde sans un point de vue extérieur, de surplomb. On est dans le monde plutôt que devant, la perception est déjà une construction, une visée, projet, de notre rapport au monde, les autres sont autant d'autres points de vue, incarnés dans d'autres corps que le mien, différents mais complémentaires. Merleau-Ponty parle dans cette rencontre des intentionnalités d'intercorporite plus que d'intersubjectivé, c'est l'intentionnalité, le mouvement et la sensation du corps qui nous permet d'explorer le monde commun, corps qui a lui même quelque chose de commun avec le monde.
"Le corps en acte" de Merleau-Ponty rejoint le "sens du mouvement" d'Alain berthoz neuroscientifique. L'acte au fondement de notre compréhension de la relation à soi, à l’autre, au monde, l'acte avec son intentionnalité projette sur le monde ses intentions, ses perceptions, ses grilles d'interprétation. Ou autrement dit par Husserl, lorsque je perçois, je suis déjà en train d'agir, la perception n'est pas seulement une interprétation des messages sensoriels, elle est stimulation interne de l’action, elle est jugement et prise de décision, elle est anticipation des conséquences de l’action : "perc'action". Le cerveau dispose de circuits neuronaux capables de reconstruire à la fois mon corps et le monde, de modèles internes permettant cette anticipation. Les mouvements donnent l'impression d'être réalisés consciemment, ce qui permet de naviguer dans le monde sans avoir à traiter toute son information, tel un skieur qui dévale une pente à 100 km/h.

De plus l'information transmise par les sens est, dès son origine, empreinte d'émotion d'une manière inconsciente, ce qu’avait démontré William James décédé en 1910, Antonio Damasio puis Alain Berthoz : « l'émotion n'est pas faite pour réagir aux aléas du monde, mais elle est en fait un guide, une préparation de l'action, en transformant le monde perçu, elle sert à établir un contexte pour l'action. Le Sens du mouvement et La Décision, permet de dire à la suite de nombreux autres neurophysiologistes qu’au commencement, n'était pas le verbe mais l'action. C'est à partir de l'action que nous construisons notre perception du monde, le cerveau n'est pas un simple simulateur logique qui construit une image du monde pour guider des actions, c'est plutôt un émulateur : il invente un monde en faisant des choix à partir de règles implicites qu'il a intégrées au cours de l'évolution, sans doute parce qu'elles étaient nécessaires à sa survie. Ainsi peut-on considérer que notre représentation du monde en trois dimensions est imparfaite mais qu'elle résulte du meilleur choix que l'homme ait trouvé pour échapper à ses prédateurs. Cette théorie du cerveau émulateur et décideur permet de créer un lien entre processus conscients et inconscients »

« Au commencement était l'action » entretien d’Alain Berthoz dans le mensuel LA RECHERCHE: n°366 daté juillet 2003 à la page 74. Revue psychologie mois de Mars 2016

Published by Sarasvati
commenter cet article
1 avril 2016 5 01 /04 /avril /2016 08:56
"Ils n'auront pas ma haine : garder les yeux ouverts, comme les grands yeux immenses d'Hélène",

c'est ce que Antoine Leiris veut transmettre absolument à son petit garçon. "Je l'aiderai à garder les yeux ouverts sur la culture, sur les livres, la musique, quelle qu'elle soit, ouverts sur tout ce qui fait voir le monde par un prisme qui est à l'opposé de celui par lequel les terroristes le voient. C'est ce que ça mère lui a déjà laissé. Il aime déjà beaucoup la musique et les livres. J'espère lui donner les armes pour qu'il se tienne debout. Mais des armes de papier, de pinceaux, de notes de musique et pas des kalachnikovs."

"De toute façon, une grande partie de moi est partie avec Hélène ce jour-là, ce qui reste de moi est pour Melvil. Pour lui, je suis obligé d'oublier la haine, le ressentiment et la colère. S'il grandit là-dedans, il deviendra exactement ce que eux sont devenus : des gens aveugles, violents, qui préfèrent les raccourcis aux chemins plus complexes de la réflexion, de la raison, de la culture.."

Peinture de G Fromanger

Published by Sarasvati
commenter cet article
16 mars 2016 3 16 /03 /mars /2016 17:51
« Maintenant ou jamais ! transition du milieu de vie » Christophe Fauré, psychothérapeute et psychiatre

Passage en opportunité de se reconstruire, avec plus d’intériorité ou il y a moins d’enjeux personnels, ou l’on cherche à sortir de nos rôles ou l’on cherche moins à trouver sa place, à se plier aux injonctions de notre culture, société, ou l’on a envie de quelque chose d’autre. Entre 40, voir 30, et 60 ans, on voit son corps se transformer, sa relation de couple se déliter ou se banaliser, ses parents vieillir, ses enfants partir, sa situation professionnelle ronronner, et on ressent une urgence à s’accomplir. On vit aujourd’hui plus vieux, et à 50 ans, on a encore 30 années devant soi. Les femmes, plus proches de leurs émotions et plus conscientes de ce changement biologique dans leur corps, sont, de ce point de vue, plus aptes à conscientiser ce passage que les hommes, qui ont tendance à se jeter dans l’action. On peut échapper à la maladie, à la dépression, à la crise si l’on accepte réellement de travailler et de préparer cette deuxième moitié de vie. Plutôt que crise de milieu de vie on parlera plutôt de transition, de remises en question, de frictions, de grands questionnements, ce que Carl G Jung nomme le processus d’individuation. Ce processus est forcément spirituel par essence car l’on commence à voir se profiler la fin de la vie, ou nos actes vont avoir des conséquences sur les années qui viendront, ou l’on se demande par zoom arrière quel est le sens de tout cela..On ne va plus rechercher à l’extérieur de soi, mais dans notre fondement, notre socle, dimension qui a toujours été là, d’un ancrage intérieur pour aller vers le plus vaste, le soi dans un élargissement de perspective, c’est là que commence la mise en œuvre du chemin spirituel avec les qualités à développer. On comprend que chercher le bonheur à l’extérieur c’est comme boire de l’eau salée qui nous donne de plus en plus soif, il va falloir alors trouver l’ami, l’amour en nous-mêmes, le contentement. En répondant à cette aspiration de transcendance en nous, on ne s’enferme pas, mais on va au-delà de soi, se construire dans l’intériorité ouvre au souci de l’autre. Avoir accepté de rencontrer ses deuils et ses abandons, avoir lâché ses regrets permet de vivre davantage dans l’instant présent.

L’essence du travail du Dr Fauré, basée sur plus de 20 ans d’expérience en tant que psychiatre alliées à 15 ans d’étude et de pratique du bouddhisme, se fonde sur la conviction que chacun d’entre nous porte en lui d’insoupçonnables ressources pour se libérer de l’étau de la peine et parvenir enfin à l’apaisement.

Published by Sarasvati
commenter cet article
22 février 2016 1 22 /02 /février /2016 10:36
Comment concilier la vision à court terme, le fini d'un homme face à un univers infini...

Les facultés de l'être humain sont réflexives, nous interprétons ce que nous sommes, dans la saisie, le court terme, forcément en décalage face à un univers absolu, éternel en continuité. Cela demande une acceptation, déjà de ne pouvoir tout maîtriser, accepter de ne pouvoir répondre à tout, toutes les situations et de laisser notre intuition accueillir cet absolu. Notre vie avec ses poisons de l'âme est insatisfaisante dans un état de confusion, d'ignorance, d'énergies perverses et d'illusions. Nous ne pouvons pas tout ramener à la machine ou au matériel, certaines situations de vie comme la perte, la séparation, la maladie nous oblige à travailler sur notre esprit. Cela demande à laisser un esprit fluide, une certaine souplesse pour répondre à chaque situation telle qu'elle se présente. Un esprit éveillé est grand ouvert pour être un avec la situation, pour être en comptabilité avec la réalité d'une existence qui coule sans cesse à chaque instant et qui est insaisissable. Nous savons déjà intuitivement l'impermanence de toutes choses, leur vérité relative, de surface, rien sur quoi s'accrocher. René Faure philosophe, enseignant zen.

On a tendance à croire sans pousser une quelconque réflexion que notre esprit c'est notre cerveau, mais il n'est qu'un organe comme un autre, il ne sert qu'à la fonctionnalité. Quand on s'intéresse à ce qui dépasse justement la simple fonctionnalité mécanique, ce qui va au-delà de notre compréhension, on est dans le spirituel. Pour libérer son esprit un guide, une méthode est nécessaire, à condition d'avoir une certaine connexion et autonomie, de ne pas être pris par les passions. Khenpo La Nigma Dzong Des enseignements, il en existe 84000, adaptés à la capacité de chaque personne, sa particularité, sa compréhension, voire sa langue, ils datent de plusieurs millénaires mais en terme de philosophie, sciences ont beaucoup à apporter à nos domaines actuels occidentaux, ils sont d’ailleurs désormais en étroite collaboration, voire rencontres neuroscientifiques avec SS Dalaï Lama. Par la force des méditations, des observations de son esprit, une nécessaire mise en pratique, il est possible sinon d’obtenir mais de se rapprocher de qualités primordiales, innées par une perception pure, une pleine conscience qui est l'état de rester dans l'instant présent dans une attitude equanime sans pensées discriminantes et partiales et donc de compassion.

Pour accueillir cet absolu encore faut il combattre notre plus grand fléau :« L'égocentrisme, qui nous touche tous à différents degrés, nous empêche d'éprouver envers les autres de l'amour et de la compassion. Or, pour être vraiment heureux, il faut avoir l'esprit pacifié, et la paix de l'esprit ne s'installe en soi que par le biais de l'amour altruiste. Bien sûr, pour cultiver la compassion il ne suffit pas de croire à ses bienfaits ni de s'extasier sur la beauté de ce sentiment. Il faut faire des efforts et profiter de toutes les circonstances quotidiennes pour modifier nos pensées et notre comportement. » Extrait résumé et adapté de Les Voies spirituelles du bonheur, Matthieu Ricard.

Published by Sarasvati
commenter cet article
29 novembre 2015 7 29 /11 /novembre /2015 16:49
Qui dégrade autrui me dégrade...

Qui dégrade autrui me dégrade
Et rien ne se dit ou se fait, qui ne retourne enfin à moi.
A travers moi le souffle spirituel s'enfle et s'enfle, à travers moi c'est le courant et c'est l'index.
Je profère le mot des premiers âges, je fais le signe de démocratie,
A travers moi des voix longtemps muettes
A travers moi des voix proscrites,
Je ne pose pas le doigt sur ma bouche
Le voir, l'ouïr, le toucher, sont miracles, et chaque partie, chaque détail de moi est un miracle.

Walt Whitman, pour voir le poème dans son entier « Chant de moi-même »

la voix des poètes est peut être seule à même de dire l’essentiel avec celle du philosophe Fabrice Midal : Apaiser la souffrance, le déchaînement de la terreur qui s’est abattue sur Paris nous atteint tous, d’une manière qui dépasse même souvent ce que pouvons comprendre. Nous sommes d’emblée, avant même d’y réfléchir, en rapport à la situation, de tout notre être, de tout notre cœur. C’est notre propre humanité qui est comme attaquée et niée…Notre première réaction est sans doute de vouloir réagir immédiatement, mais en un sens très profond, dans une telle situation, il est bon de commencer par ne rien dire et garder le silence.
C’est le sens de la minute de silence : elle dit au fond quelque chose d’essentiel propre à toute humanité : que seul un geste ou un rite peut être posé quand plus rien ne peut l’être. Que c’est ainsi que les êtres humains gardent le sens de leur propre humanité. Même si cela n’est plus très audible aujourd’hui, le silence, en son sens fort, n’est pas la négation ou la privation de parole, mais une manière très profonde et très digne de dire et de se tenir. Une manière profondément éthique d’être. C’est là aussi le sens de la méditation. Simplement se poser sans rien faire d’autre que laisser la vie résonner. Prendre le temps d’un acte pur, d’un acte qui ne faisant rien, entre en rapport au plus essentiel qui est aussi le plus fragile, une manière d’entrer simplement en rapport à ce que vous ressentez. Nos réactions dans de telles situations ne répondent le plus souvent à aucune logique. Certains d’entre vous peuvent s’en vouloir car ils sont comme médusés et ne ressentent rien, d’autres sont dans des états de peurs irrationnelles, d’autres emplis d’un trop lourd chagrin, d’autres encore profondément découragés, d’autres dans une intense colère… L’important est ici le geste tout simple de la pratique : simplement entrer en rapport à ce que vous éprouvez, tel que vous l’éprouvez, sans chercher à vivre une autre expérience que celle qui est la vôtre, là, maintenant. N’ayez pas peur de votre douleur par exemple. Prenez le temps de toucher ce qui vous arrive sans aucunement le juger.
Pour la plupart d’entre nous, cela implique de rencontrer d’abord la stupeur et l’incompréhension, puis toutes sortes d’émotions. C’est une première étape très importante. Il faut ensuite prendre le temps de rencontrer la douleur de nos proches, de nos amis et d’éprouver ainsi la vérité des liens qui nous unissent et font ainsi de nous des êtres humains. Méditer nous conduit en effet à mêler l’intensité de la douleur à l’ouverture de la présence. Dans cet espace de la vie toute nue, il est alors possible de donner naissance à la bienveillance aimante envers tous ceux qui aujourd’hui souffrent. Puisse la peur, la violence, la haine se dissoudre et la bienveillance s’épanouir. Puisse notre cœur s’apaiser puissions-nous par là retrouver un peu de notre humanité si profondément mise à mal.

Published by Sarasvati
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories