Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 avril 2014 7 20 /04 /avril /2014 17:02
Une mémoire en acte au présent, un « je » limité à un phénomène de langage Michel Malherbe philosophe

Dans la métamorphose d’un homme en cancrelat de Franz Kafka, on voit bien que l’identité ne peut être séparable de la mémoire. On a souvent le sentiment d'un "moi" immuable, mais il n'est qu'une continuité, à contrario de R Descartes : "je peux douter de la réalité de mon corps mais pas de mon âme". Pourtant la pensée n'est qu'un sentiment, Nicolas Malebranche et la conscience est un sentiment attaché à la pensée elle même liée au corporel.

Nous ne pouvons prétendre à la connaissance de l'essence de notre être, pas de possibilité de définition de ce que je suis même si j'ai un fort sentiment attaché à mon être. Le sentiment de moi même est toujours au présent donc forcément limité avec une conscience incluant le temps. Notre identité est toujours tributaire de nos perceptions, d'impressions, on parle d'une mémoire en terme d'acte au présent dont son contenu appartient au passé.

David Hume : le sentiment de moi-même est au présent donc limité, on ne parlera non pas d’identité personnelle mais d’un « bundle », faisceau de « moi », le « je » reste limité à un phénomène de langage.

« Amour » de Haneke sur un couple confronté à la maladie d’Alzheimer montre que la perte de la mémoire induit la destruction de la personne, de son identité, de sa sensibilité corporelle, cela finit par affecter son langage, il n’y a plus de communication possible.

La mémoire est constitutive, John Locke, de ce qui nous caractérise dans une conscience du monde, conscience de soi et de son souvenir. « Qui est ce ? Est ce la même qu’elle-même ? », Reste t’il une mémoire involontaire dont parle Marcel Proust car tout moment de lucidité est lui-même figé par la maladie, tel ce malade répétant « je ne sais pas ce que je sais, quelque chose ne va pas, je suis foutu ».

Emission Philosophie R Einthoven

Partager cet article

Repost 0
Published by Sarasvati
commenter cet article

commentaires