Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 10:51

On ne peut en aucun cas s’aimer si on ne comprend pas la nature de l’esprit et le fonctionnement des causes et effets. Qu’est ce que l’esprit ? Rien d’autre que ce qui est simplement imputé par l’esprit, l’esprit est juste un concept. L’esprit est comme une télévision avec de nombreux programmes. Il est important de se rappeler que la vie nous apparait selon notre interprétation personnelle, selon la chaine choisie : tout dépend de l’esprit chaine que l’on a choisi. Ne pas se 0416214740DVB-TFrance-5.jpglaisser prendre dans un amour halluciné sur la personne que l’on désire, qui elle-même hallucine à notre sujet. Un amour sincère à l’inverse, signifie qu’il n’a aucune attente, qu’il n’espère pas que l’autre personne nous désirera, cela signifie aider qqu’un par bonté bienveillante et par compassion. Les actions faites par amour, sans attachement ni égoïsme,  se concrétisent en bonheur ; leurs empreintes se manifestent en liberté et en joie. Tout ce qui apparait dans notre vie quotidienne, du matin au soir, a à voir avec notre esprit en fonction des empreintes déposées sur notre courant de conscience par le passé. La façon dont nous percevons les choses dépend de la façon dont nous les regardons. Ne pas se laisser duper par son propre esprit, croire en la véracité de nos désignations ou étiquettes rend notre vie difficile. Voir toute chose ( le sujet, l’objet et l’action) comme illusoire, rien n’a d’existence propre, chaque chose n’existe qu’en fonction de son imputation. Une chose existe en dépendance de causes et de conditions, et cette chose cesse d’exister quand cessent ces causes et ces conditions. A chaque seconde de notre vie humaine on est libre de choisir entre les enfers et l’éveil, qq soit les circonstances rencontrées on peut rendre son esprit heureux en les transformant. Comment être heureux lama Thoubten Zopa Rinpoché

 

Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article
9 février 2011 3 09 /02 /février /2011 10:36

Les 12 liens de la production dépendante ou conditionnée

Les 4 Nobles Vérités reposent fondamentalement sur le principe de causalité et mettent en évidence la loi de cause à effenuage.jpgt, base de l’enseignement sur la vacuité.

Les 12 liens sont : l’ignorance – les formations volitionnelles – la conscience – le nom et la forme – les 6 sources des sens – le contact – la sensation (ou sentiment) – le désir (ou attachement) – la soif (ou perception) – le devenir – la naissance ou renaissance – vieillesse et la mort.

Ainsi toutes choses et tous évènements y compris tous les éléments de notre propre vécu individuel viennent à exister seulement en tant que résultat de la réunion de causes et de conditions. Le comprendre nous amène à voir que tout est par nature interdépendant et est entièrement produit par d’autres choses et d’autres facteurs. Le fait même que qq chose est produit en dépendance signifie que cette chose est forcément dépourvue d’une réalité indépendante ou essentielle, elle est donc vide. Dans les 12 liens de la production conditionnée, la racine de l’existence non éveillée repose sur notre ignorance de base de la nature vide de la réalité. Leçons de sagesse le soutra du cœur SS Dalaï Lama

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
8 février 2011 2 08 /02 /février /2011 10:44

stupa5.jpg

Attention au corps – aux sensations – à l’esprit – aux phénomènes mentaux.

Au fur et à mesure de leur approfondissement, on accroit son enthousiasme pour des activités positives ou « vertueuses » et pour les 4 abandons ou efforts parfaits :abandon des actes non vertueux déjà produits – rejet des actes non vertueux non encore produits – accroissement des qualités positives déjà présentes et des actes vertueux déjà produits – préparation à l’accomplissement des actes vertueux non encore produits.

Avec les bases solides de l’attention et de la conduite éthique, il est possible de progresser dans l’exercice de la concentration. Ces activités parce qu'elles demandent une préparation mentale exceptionnelle et un niveau de concentration peu commun, on les qualifie de surnaturelles : pouvoir surnaturel de l’aspiration – de l’effort joyeux ou énergie – de la concentration – de l’analyse.

Ces 12 1ers auxiliaires se rapportent aux méthodes et permettent d’améliorer notre capacité à demeurer en état de concentration en 1 point sur l’objet de méditation. Ce qui renforce toutes les autres facultés spirituelles ou 5 pouvoirs : faculté de la foi – de l’effort joyeux – de l’attention ou vigilance – de l’absorption méditative – de sagesse ou connaissance supérieure.

Facultés qui en atteignant un degré supérieur deviennent 5 forces. Quand ces forces sont développées, on peut suivre le noble chemin octuple : vue juste – pensée juste – parole juste – action juste – moyens d’existence justes – effort juste – attention juste – concentration juste.

Les 7 derniers auxiliaires sont connus sous le nom des 7 facteurs d’éveil : facteur d’éveil de l’attention juste – du discernement juste – de l’énergie juste ou effort joyeux – de la voie juste – de la souplesse juste – de la concentration juste – de l’équanimité juste. La pratique des 37 auxiliaires de l’éveil sont les fondements du bouddhisme, le 1er tour de la Roue du Dharma. Leçons de sagesse le soutra du cœur SS Dalaï Lama

 

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
7 février 2011 1 07 /02 /février /2011 10:35

Donner la possibilité de ramener l’harmonie dans le dialogue intergénérationnel et de pouvoir communiquer ensemble. Les jeunes sont confrontés à beaucoup de choses à l’adolescence dans leur choix dthai.jpge vie avec tout ce qui n’a0628084435DVB-TFrance-2.jpg pas été résolu par les générations précédentes. On observe que les enfants sont très réceptifs aux entrainements à la pleine conscience qui est de ramener son esprit dans l’instant présent, dans l’ici et main2011-02-07 091003tenant vers le corps et vers nous-mêmes. Pour cela  2 outils : la respiration consciente et la marche en pleine conscience mais 2011-02-07 091032aussi les 5 entrainements que sont : une Ethique universelle du respect de la vie, le bonheur véritable qui est la générosité et l’altruisme, l’amour véritable pour une responsabilité de la sexualité, une écoute profonde et une parole aimante, et une 0523084324DVB-TFrance 2consommation avisée pour notre corps et notre esprit, notamment avec internet.

C’est l’un des principes fondamentaux de la pratique de la "Pleine Conscience" enseignée par le grand maître zen vietnamien Thich Nhat Hanh, fondateur du Village des Pruniers. 

Appliquée sans relâche dans le quotidien, cette pratique conduit à l’amélioration et à l’harmonie certaine des relations parents-enfants. 

Concrètement les jeunes sont accueillis en retraite d’été avec les activités habituelles proposées comme la méditation assise, la marche, les repas en silence avec toute la communauté, le travail communautaire et des activités qui nourrissent les jeunes comme des randos avec des espaces de parole. Ce qui contribue à la mise en place d’une fraternité et solidarité ou ils apprennent à se connaitre et à connaitre les autres. Revoir l'émission : ici

Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article
3 février 2011 4 03 /02 /février /2011 10:44

Ignorance ne veut pas dire stupidité et que l’on ne comprend rien à rien. L’esprit peut avoir de nombreuses capacités tout en étant ignorant, car ici l’ignorance désigne le fait de ne pas voir la réalité telle qu’elle est. Chacun a un potentiel et des qualités ; le problème vient du fait que nous ne pouvons pas voir certaines choses, alors que l’ignorance nous incite à croire que nous le pouvons. Certaines personnes ont une bonne éducation et sont très intelligentes et érudites, ce qui ne les empêche pas de faire des erreurs parce qu’elles sont sous l’emprise de l’ignorance, mais ne le voient pas. L’ignorance n’est pas de la bêtise, c’est le simple fait de ne pas voir la cause de nos sensations, de nos émotions, etc. C’est à cause de cette absence de vision que l’erreur survient. Il est important de comprendre le contexte dans lequel s’inscrit cette explication : 0823210726DVB-TTF1.jpgl’enseignement bouddhique montre que c’est par ignorance que nous générons des émotions perturbatrices et donc des pensées négatives qui mènent à des actes négatifs qui produisent du karma ou conséquences futures.

Si nous comprenons que nos perceptions sont dues à nos émotions perturbatrices et qu'à cause d’elles nous ne sommes pas libres, l’esprit est plus spacieux et plus détendu. Cette compréhension nous permet alors de nous ouvrir aux qualités et à la clarté de l’esprit, de sorte qu’il subit de moins en moins l'influence des émotions perturbatrices. Peu à peu, la colère et les autres émotions s’estompent et l’esprit s'oriente de moins en moins vers les négativités. Plus l’esprit est clair, plus le fonctionnement des émotions est faible, lorsque l’esprit est totalement clair, les émotions ne fonctionnent plus du tout. Nous devons donc essayer de nous améliorer dans notre vie quotidienne, afin que notre esprit s'éclaircisse de plus en plus et que les émotions se manifestent de moins en moins.Enseignement en lien

 

Repost 0
Published by Sonam - dans regards sur soi
commenter cet article
2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 10:35

 ce qui entraine des répercussions physiologiques qui nous rendent plus vulnérables aux maladies. Ceci est prouvé par des recherches, les résultats révèlent que les gens qui emploient souvent les mots « je », « moi » ou « mien »dans leur conversation-et donc sont extrêmement préoccupés par eux-mêmes ont plus de risques que les autres de développer une maladie cardiaque. Qd notre esprit est ravagé par l’attachement et l’aversion, il peut faire de notre vie un enfer. Tant qu’on ne se préoccupe que de soi et de son bonheur immédiat en se demandant : « Comment pourrais-je réussir ? De quoi ai-je besoin ? Qu’est ce qu’il me faudrait ? », notre 0501210147DVB-TFrance-5.jpgchamp de référence reste très étroit. Prisonnier d’une mentalité étriquée et fermée, nous ne supportons pas le moindre contretemps ni le plus petit désagrément. Enclins de surcroit à fuir nos responsabilités, nous accusons les autres en disant : « Oh Untel n’a pas fait ce qu’il aurait dû ! Regardez ce qu’Unetelle se permet ! ». Et nous montons ainsi tellement en épingle la moindre difficulté que nos problèmes n’ont plus de fin. Penser seulement à soi engendre toutes sortes de malheurs et ne fait qu’augmenter sans cesse notre insatisfaction. A l’inverse, songer au bonheur d’autrui rend automatiquement notre esprit plus large et, du même coup, moins porté à l’excitation ou à la tristesse. Nous ne pouvons que constater que ne penser qu’à soi, négliger et dédaigner les autres ne nous rend pas heureux. Se chérir est un défaut à éradiquer ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas s’aimer, ce serait une grave erreur car l’amour doit, au contraire, commencer par soi, ceux qui ne s’aiment pas s’aperçoivent qu’ils ont beaucoup de mal à aimer les autres. « La grande paix de l’esprit » SS Dalaï Lama

Repost 0
Published by Sonam - dans regards sur soi
commenter cet article
1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 10:35

0918140541DVB-TARTE.jpg

: l’attachement à l’ego.

Quand on nous frappe avec un bâton ou une pierre, cela fait mal ; si l’on nous traite de voleur ou de menteur, nous nous mettons en colère. Pourquoi ? Parce que nous nous tenons en haute estime et sommes très attaché à ce que nous considérons comme nous-mêmes ; nous pensons donc : « On m’attaque ! » L’attachement au moi est le véritable obstacle à la libération et à l’Éveil. Ceux que le « moi » appelle des faiseurs d’obstacles ou forces négatives - fantômes, dieux, démons - ne sont pas des entités extérieures. C’est de l’intérieur que viennent les ennuis. C’est à cause de notre fixation sur ce « moi » que nous pensons : « Je suis si malheureux, je n’ai rien à manger, je n’ai pas de vêtements, tant de personnes m’en veulent et je n’ai aucun ami. » Et ces pensées nous tiennent constamment occupés, ô combien en pure perte ! Voilà pourquoi nous ne marchons pas vers la libération. Au cours de toutes nos vies successives, depuis des temps sans commencement jusqu’à aujourd’hui, combien avons-nous dû peiner réduits en esclavage par notre attachement à l’ego ?


Repost 0
Published by Sonam - dans mots pour maux
commenter cet article
31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 10:42

goutte-d-eau.jpgExaminons l’expérience mentale, la pensée que vous avez à l’instant : a-t-elle une forme ou une couleur ? Où la trouve-t-on, dans la partie supérieure ou inférieure du corps, dans les yeux, les oreilles ? Ce qu’on appelle esprit n’est en réalité pas là. S’il était véritablement quelque chose, il devrait avoir certaines caractéristiques : une couleur (blanc, jaune...), une forme (celle d’un vase, d’un pilier...), etc. Il devrait être grand ou petit, vieux ou jeune... Vous pouvez découvrir si l’esprit est une entité existante ou non simplement en vous tournant vers l’intérieur et en réfléchissant soigneusement. Vous verrez que l’esprit n’a pas de commencement, n’a pas de fin, et qu’il ne réside nulle part ; qu’il n’a ni couleur ni forme ; qu’il ne peut être trouvé ni à l’intérieur ni à l’extérieur du corps. Et lorsque vous voyez qu’il n’existe pas comme une chose, demeurez dans cette expérience sans tenter de la définir ou la nommer. (suite article précédent)


Repost 0
Published by Sonam - dans regards sur soi
commenter cet article
30 janvier 2011 7 30 /01 /janvier /2011 10:26

Ce précieux corps humain, bien qu’il soit l’instrument suprême pour atteindre l’Éveil, est lui-même un phénomène transitoire ; nul ne 0130084424DVB-TFrance-2.jpgsait quand viendra la mort, nul ne sait comment elle viendra. Les bulles se forment à la surface de l’eau, mais, l’instant d’après, elles disparaissent, elles ne restent pas. Il en va de même pour le précieux corps humain que nous avons réussi à obtenir,  mais qui sait quand cette vie va finir, tout simplement ?
À présent, d’après la perception de nos sens, l’univers extérieur - terre, pierres, montagnes, rochers et falaises - semble permanent et stable comme une maison en béton armé sensée durer des générations. Mais il n’y a rien de solide dans tout cela ; ce n’est rien d’autre qu’un royaume sur lequel on régnerait le temps d’un rêve.

Nous pouvons aussi prendre l’exemple d’évén
0130084444DVB-TFrance-2.jpgements appartenant à un passé plus récent : avant l’arrivée des communistes chinois, combien y avait-il de monastères dans ce qu’on appelait alors le Tibet, le Pays des Neiges ? Combien y avait-il de temples comme ceux de Lhassa, Samyé, Trandrouk ? Combien y avait-il d’objets précieux, représentations du Corps, de la Parole et de l’Esprit du Bouddha ? Maintenant, il ne reste pas même une statue. Tout ce qu’il reste de Samyé, c’est quelque chose de la taille de cette tente, à peine plus grand qu’une remise. Tout a été pillé, démoli ou dispersé ; les grandes statues ont été détruites. Tout cela est bel et bien arrivé et nous montre l’impermanence.

Sans une certaine compréhension de l’impermanence, si nous continuons à croire que tout va rester tel quel, notre situation s’apparente à celle d’un homme riche qui fait encore des projets sur son lit de mort. A-t-on jamais vu de tels gens évoquer leur vie future ? Cela prouve qu’ils n’ont jamais apprécié au fond d’eux-mêmes le caractère inéluctable de la mort. Extrait d'enseigenement sur www.buddhaline.net, revoir l'émission : ici ,Traduction de Matthieu Ricard dont il a été l'un des Maitres.

Repost 0
Published by Sonam - dans sagesse
commenter cet article
27 janvier 2011 4 27 /01 /janvier /2011 10:38

0501211715DVB-TFrance-5.jpg

démontre la forte interdépendance entre entendement et sentiment pour expliquer l’imprévisibilité des hommes. Nous sommes libres d’une certaine façon de nous déterminer nous-mêmes mais cette liberté est limitée par nos expériences et par notre propre histoire, M Freud avait mis un bémol et de détail : l’inconscient. Ceci explique pourquoi l’exigence de l’existentialisme n’est plus d’actualité ainsi que les trop grandes exigences psychiques du socialisme. Entre un psychisme qui déterminerait nos actes et des actes qui détermineraient notre psyché dans le croisement de nos actions avec nos états de conscience, dépendant elles mêmes de nos conditions de vie. Entre les conditions de notre connaissance, notre volonté, Kant, qui n’est que ma propre attribution de schémas culturels et idéologies et l’expérience au centre du questionnement d’ Husserl et Heidegger. « “To be is to do” – Socrate , “To do is to be” – Sartre et “Do be do be do” – Sinatra ». Autrement dit laisser parler la chanson : entre « être c’est faire » pour l’un et « faire c’est être » pour l’autre, il y a le « faire être » à chanter…

Repost 0
Published by Sonam - dans actualité
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Sarasvati
  • Le blog de Sarasvati
  • : De Sarasvati, source d'inspiration, de savoir et de transformation... Pour partager mes lectures, mes rencontres, mes découvertes pour un regard sur nous mêmes!
  • Contact

Recherche

Catégories